vendredi 30 septembre 2005

Transhumance

Déjà un couac ce matin: j'ai fait une lessive mais j'ai oublié la poudre. A refaire...Pour le reste préparation tranquille de ma délocalisation: hier soir mise à jour du site de B. et de ses marcheurs, puis repas sympa avec lui. Je lui ai raconté mes amours. Dans une totale franchise. J'ai pu me délivrer d'un certain nombre de choses. Il a l'écoute attentive et chaleureuse. Au final je ne sais pas qui a le plus aidé l'autre : moi avec mes compétences (somme toute limitées) en HTML ou lui avec son sourire attendri et son regard affectueux.



Ce matin pot d'adieu avec mon voisin du premier. A la terrasse d'un café nous avons senti avec délice la chaleur réconfortante du soleil. Octobre arrive déjà, mais ici l'automne est un bonheur. Je m'extirpe de tout cela pour aller vers des émotions que j'espère intenses et inoubliables...


jeudi 29 septembre 2005

Rétrogradation

Hier j'ai rétrogradé avec D . Je croyais être son amant, mais je ne suis plus qu'un amant. Son amant c'est P, si je lis bien son dernier blog. J'exagère certainement. Serai-je jaloux? Ben.....peut être...


Ca me fait penser à Eliane. J'étais son amant depuis un certain temps et puis elle a pris un deuxième amant, F., qui était un collègue. Et un soir que nous étions à l'hôtel elle m'a raconté, avec une certaine satisfaction, que F. l'avait sodomisée. Dans une chapelle en plus.... Elle m'a donné quelques détails : ça s'était passé derrière le petit autel, au cours d'une après midi bucolique...Son récit m'a tué d'un coup. Je n'avais jamais sodomisé Eliane! Je ne sais plus trop comment s'est terminée cette soirée, mais j'ai certainement repris mes esprits et j'ai dû bien la baiser comme à chaque fois: je l'aimais trop pour ne pas avoir envie d'elle . Mais je ne l'ai jamais sodomisée, c'était plus possible... Eliane, depuis, s'en est allée vers d'autres cieux, et je la porte toujours en moi. Bonne occasion, à travers cette anecdote, de la faire revivre quelques instants...



Je vois D samedi. J'ai trop envie de lui. J'espère qu'on va bien baiser et bien s'aimer. Le reste, bof, on verra bien....

mercredi 28 septembre 2005

Petit effort

Je m'en voulais de ma paresse. Rien produit depuis longtemps. Je me dissous de plus en plus dans le néant jusqu'à finir par disparaître à mes propres yeux. Ce matin donc opération sauvetage : j'ai sorti mon chevalet et j'ai peint un petit tableau. C'est comme d'hab archi simplissime, misérabiliste et minimaliste mais quelques mouvements de la main avec mon plus gros pinceau ont donné ceci:



C'est une vague. Je ne peins plus que des vagues . Mais bon....Ca a le mérite d'exister et de me faire exister du même coup...


mardi 27 septembre 2005

TNT

Nous sommes à l'heure de la TNT et des complications... J'ai acheté mon décodeur avec sa télécommande et tous les boutons qui vont avec. Il y en a beaucoup de boutons ! Beaucoup trop. Ca n'a pas manqué j'ai tout bloqué et tout déréglé... Retour à la case départ, c'est à dire au manuel d'utilisation. Ce que c'est bien un manuel d'utilisation. Je cherchais la rubrique "reboot", mais il fallait chercher à "réinstallation, remise à zéro". Et là, humblement j'ai suivi les instructions pas à pas. Bingo!


Rebelotte quelques jours plus tard chez mon père. Il a appuyé partout pour le même résultat: le blocage total. J'ai cherché la rubrique "réinstallation". Et dans son manuel à lui il n'y en avait pas. Retour à la lecture attentive du mode d'emploi depuis la première ligne et, dans un schéma d' arborescence, j'ai trouvé tout au bout d'une branche, à l'emplacement d'une feuille : "retour aux réglages d'usine"... Et voilà. c'était reparti...Mon père s'est calmé. Il me restait encore à régler les chaînes dans l'ordre habituel. J'ai fait cinq tentatives avant de comprendre le mode opératoire...Mais j'ai finalement réussi.



Le progrès c'est bien mais que c'est compliqué. Pourquoi tous ces boutons?? Combien de décodeurs finiront directement à la poubelle? Je préfère mon ordi, je le trouve finalement beaucoup plus simple...

lundi 26 septembre 2005

C'est quoi?

Les brocantes c'est un vaste espace culturel où on peut trouver de tout de la manière la plus inattendue. De fines pointures chinent dès les premières lueurs de l'aube quand les premiers vendeurs déballent. Hier j'étais trop naze pour me lever aussi tôt, mais vers les onze heures j'ai trouvé ça :



C'est fortement abîmé. Hauteur 32 cm. C'est chinois vraisemblablement. Je subodore début 19e. Le reste pour moi c'est du mystère. C'est certainement pas terrible, sinon les pro l'auraient pris, mais parfois on a d'agréables surprises...Je cherche...C'est l'un des aspects positifs des brocantes: à force de chercher, on apprend toujours quelque chose..


Pour la suite, je prépare tranquillement ma transhumance...Départ prévu samedi..

dimanche 25 septembre 2005

Oreille

J'ai trouvé ça sur l'avant dernière page du magazine que m'envoie ma mutuelle santé tous les mois:



J'ai pas mis toute la page, mais je vous garanti que tout est du même tonneau. Il y a les témoignages de BJ de Courbevoie qui a perdu 4 kg en un mois, de VP 01 Ain dont le mari a perdu 11 kg etc...J'hallucine et d'autant plus que c'est dans un magazine à orientation santé qui cautionne de fait cette Pub en l'intégrant dans ses pages...Je leur ai envoyé un petit Email pour protester.


Dehors il tombe des cordes.. Je vais me réfugier au sauna en fin d'aprem...


F a lu mon blog. Commentaire "tes notes sont trop teintées de ce nombrilisme dont tu ne mesures toujours pas l'ampleur".


Ben un blog c'est fait avant tout pour parler de son nombril. Non?

samedi 24 septembre 2005

Beauté

J'ai acheté ce petit microscope dans sa boîte en bois ce matin sur une brocante. Voilà un objet que j'aime beaucoup: je le trouve beau. Il exprime pour moi la rigueur, l'ordre, l'organisation, le vrai, le sincère. Il est bien astiqué et éclate dans la lumière de ses couleurs chaudes.



C'est un objet qui était offert à des élèves de familles aisées . Il date, d'après moi, du début du XXe siècle. C'est quelque chose d'inutile, je pourrais vivre sans. Je vais vivre avec. J'ai refermé la boîte et je l'ai posée sur un meuble.


Vu B sur cette brocante. Nous avons pris un café ensemble.


D prend le chemin du retour aujourd'hui. On va se rapprocher un peu.

vendredi 23 septembre 2005

Ce soir

Ce soir j'ai invité un voisin et son épouse à venir dîner. C'est toute une préparation: 1°/ choix du menu. Facile je ne sais pas faire grand chose . Donc j'ai un menu unique sans trop de risque: magrets de canards et tarte Tatin. Le risque c'est les pommes de terre sautées qui accompagnent le magret. Je ne maîtrise pas tout à fait la cuisson et ça éclabousse de l'huile partout...2°/ courses : elles sont faites. 3°/ la table. J'ai deux nappes la rose et la bleue que je ne parviens jamais à laver correctement malgré les produits antitache que je mets avant le lavage. D'où une stratégie : poser des objets sur les taches pour les cacher . J'ai commencé la mise en place ce matin. Je fais un peu de ménage et cet après midi je ferai la tarte en avance. Voici la table vue par satellite et extraite de Google Earth...



Ne pas oublier les bougies pour l'ambiance intime...


D m'a SMSé hier soir. Il a envie de camembert... Voilà qu'il se met au fromage !... Il veut aussi manger des yaourts, mais pas dans n'importe quelle condition.. Hummmm !...

jeudi 22 septembre 2005

Anus open

Lu sur Yahoo ce matin :" Pour M. Rosart, qui a découvert le rayon vert en 1972 ( rayon qui vient éclairer le Christ de la chaire de la cathédrale de Strasbourg à chaque équinoxe vers 12h30 ), trois projecteurs installés en hauteur "gênent" la perception du phénomène. Il y voit une nouvelle tracasserie des autorités religieuses qui, assure-t-il, ont "déjà tenté de faire disparaître le rayon". L'archiprêtre de la cathédrale, interrogé sur les soupçons de l'inventeur du rayon vert de la cathédrale de Strasbourg semblait tomber des nues mercredi: "Je découvre avec surprise" cette critique... "Mais de quoi je me mêle", a-t-il commenté sans dissimuler son agacement et en déniant à M. Rosart toute compétence d'historien. Une allusion à son livre sur la cathédrale où la grande rosace "représente le sexe féminin" et une petite rosace aveugle, "l'anus imperméable aux rayons du soleil", la cathédrale étant Notre-Dame "couchée" et sa flèche "correspondant à une jambe".



Ce décriptage de la symbolique de la cathédrale me plait bien: une cathédrale c'est une femme allongée sur le dos, avec une ou deux jambes en l'air, la chatte et l'anus offerts: M. Rosart est un génie, je n'y avais jamais pensé. J'attends le phallus avec impatience, quel trou va-t-il choisir? Voilà une question que je me pose maintenant...


Il y a cependant un vrai trou du cul sur cette cathédrale: il est représenté là, sur le tympan du portail central.



C'est du côté de l'enfer : un sodomite tend son cul bien ouvert avant d'aller bouillir dans le chaudron....A moins que le sculpteur n'ait voulu faire une allusion aux moeurs de certains clers du moyen âge....


En tout cas M. Rosart mérite sa médaille en chocolat. Je l'inscris au tableau d'honneur...


mercredi 21 septembre 2005

Mon D.

J'étais avec G hier soir. G que je vois pour la seconde fois. Pas de problème avec G. Mais j'ai mon D.


J'aime trop D pour lui mentir. Je veux même qu'il sache tout de moi, jusqu'aux derniers recoins de mes plus intimes pensées. C'est comme ça. Je lui fait confiance sur sa capacité à partager, à entendre, à écouter, à encaisser . Je suis total offert avec lui, total dans la confiance. En plus cette sorte d'abandon m'érotise un max. En retour je ne veux pas qu'il me mente: si je pose une question il me répond la vérité. J'en prends parfois. Pas toujours évident. On ne se voit pas très souvent. Il faut gérer la distance. Je crois que ce plan marche très bien depuis le premier jour qu'on se connait. J'ai pas envie de vivre d'autre plan de toute façon avec D...Et D non plus...


Hier soir D me téléphone du Grand Nord. Je lui dit que je suis avec G. Il me demande s'il va passer la nuit chez moi, je lui répond que oui. Il me demande quelques détails sur G. Je réponds. Il se tait et me laisse seul avec son silence. J'essaie de combler...Je sens que ça coince. Je lui dit qu'il dort aussi avec quelqu'un. Il me rétorque que c'est deux lits séparés qu'on ne peut pas rapprocher... Je ne veux pas faire de mal à D. Je suis son mec, je l'aime trop...Flottement...



Aujourd'hui soleil et vent du nord. Ca glaglate un peu. C'est l'automne...

mardi 20 septembre 2005

Oh la la...

Je suis tombé sur ça hier soir. Ca, c'est lui et plein d'autres qui se font mal au corps, qui se modifient, qui se déforment, qui se testent dans la douleur, qui se totemisent, qui se retirent du monde, qui s'isolent etc...Naturellement la transformation est poussée jusqu'au sexe: quelle vie sexuelle avec ces attributs??? Le gros anneau s'appelle un Prince Albert car la rumeur dit que le mari de la reine Victoria en portait un... Une fois tout cicatrisé, il s'enlève et se remet très facilement: la reine Victoria a eu beaucoup d'enfants.


J'ai croisé plein de gens qui avaient de petits tatouages, sortes de souvenirs qu'ils ne voulaient pas quitter, mais je n'ai jamais discuté un tel personnage: quelles sont ses motivations, pourquoi se découper les lobes des oreilles, pense-t-il aux autres qui le regardent etc etc..? Mille questions sur les profondeurs de l'âme humaine qui resteront sans réponse.




D me téléphone chaque soir. C'est bon de l'entendre...

lundi 19 septembre 2005

Plan B Comme baisé....

Laurent Fabius, qui a soutenu le non lors du référendum sur l'Europe, se retrouve un peu seul entre la gauche et les modérés du parti socialiste. Il a voulu se la jouer présidentiable et plus proche des pauvres que moi tu meurs, et là maintenant, lui , riche et fils de plus riche il n'y en a pas des masses, on lui balance des tomates ou des oeufs quand il veut se montrer à la fête de l'Huma. Comment s'occuper des pauvres quand on a toujours été riche de chez riche? Il n'y a que celui qui a été pauvre qui peut savoir ce que c'est qu'être pauvre. Et je ne parle même pas de misère. Alors, faut pas charrier...


Ce tableau de Georges de la Tour, exposé à la National Gallery of Arts à Washington, porte le nom de Madeleine Fabius. C'est lui, vendu alors, qui a permis de payer les droits de succession au moment de la mort de son père, le richissime antiquaire Fabius. Tous les droits ou une partie seulement? Je ne sais pas...



Maintenant que Laurent a pu mesurer sa popularité dans les couches populaires, va-t-il nous sortir son plan B?


D m'a longuement téléphoné hier soir depuis le Septentrion. Que du bonheur à l'entendre...

dimanche 18 septembre 2005

Dimanche

F est reparti. Hier sauna et ce soir même chose. Le moyen de ne pas être seul et quelques fois d'avoir de bonnes surprises. Une bonne pioche hier soir avec un mec qui m'a dit que j'étais très beau et qui savait s'occuper d'une queue. Des choses qui font du bien. Je suis ensuite allé prendre un pot. Mais pas grand monde et une ambiance un peu morte : est-ce le froid qui les avait tous engourdis? Ce matin un tour dans un vide grenier. Trouvé un vase années 50 joli comme tout. Et ensuite déjeuner avec mes parents. Voilà un dimanche bien règlementaire.



Pour le reste D me prend la tête. Pourquoi est-il parti si loin avec son moyen de jardin?

samedi 17 septembre 2005

F à la Plage

F ne peut pas se passer du soleil. Au moindre rayon il expose sa peau, dessus, dessous, le haut, le bas et tout le reste. De sorte qu'il est super bronzé et bien ridé. Donc hier, entre deux nuages on va à la plage. Trois pelés, quatre tondus et quelques fondus de surf à voile tant il y a de vent. Donc habitat épars: le premier mec à 50 mètres. Moi caillant. Je m'endors cependant une dizaine de minutes. Au réveil je retrouve mon F dans les bras de l'autre mec qui avait une belle érection pas trop discrète parce qu'il était nu lui aussi. Et ça se tripotte....! Les chiennes...! J'ai passé pour un vieux schnoque en leur disant qu'on pouvait les voir, ce qui était archi sûr.. Mon F content de lui et l'autre bien excité...Et moi complètement frustré dans le fond...



Le soir restaurant. Grosse discussion sur le moi, le regard de l'autre et le compassionnel. F ne lâche jamais rien . Il vit depuis toujours à l'intérieur de ses murailles et voit le vaste monde qui l'entoure au travers de lorgnettes qu'il a lui même inventées. J'ai subi avec sérénité les tirs de ses mortiers mal pointés , parce que ses lorgnettes déforment un peu la vue...Le plus atteint finalement fut peut-être le serveur qui prenait quelques éclaboussures à chacun de ses passages et ne comprenait pas la vivacité de notre discussion au sujet de choses aussi connes...


En sortant nous avons pris l'air au bord de la mer. Thalassa venait juste de se terminer et nous avons assisté au feu d'artifice de son trentième anniversaire. Un petit tour au phare, mais il y avait tous les techniciens télé qui repliaient leurs installations de sorte que notre excursion en fut perturbée: il n'y avait rien à chasser. Retour à la maison...


Je me suis connecté, mais D n'y étais pas. Grosse frustration...Je me sens de plus en plus frustré...Grave!

vendredi 16 septembre 2005

La baronne dans ses œuvres


Fallait aimer être femme, donc veuve en puissance, à l'époque. Mais faut toujours relativiser: en Inde, il n'y a pas si longtemps, les veuves étaient brûlées vives sur le bûcher funéraire en même temps que leur défunt mari....

Temps

Avec le temps, ici, on ne sait jamais. Tout peut changer en quelques minutes. Alors souvent je m'interroge: " m'habiller chaud ou froid, sec ou pluie, calme ou venteux". D'où des stratégies : ne jamais partir en laissant une fenêtre ouverte, avoir un parapluie dans la voiture ( j'avais un Kway mais je me le suis fait voler), avoir un thermomètre extérieur pour bien choisir ses vêtements, étudier la météo et toutes les cartes qu'on peut avoir sur internet, ne pas trop y croire finalement et laisser faire la chance.


Par exemple ce matin brume et température extérieure 16°. Prévu cet aprem 21° avec soleil et en début de soirée 19° avec averses. Stratégie : rester au lit jusqu'à 9 heures, un petit pull pour aller chercher les croisssants, un tee shirt pour la plage cet aprem avec un kway dans le sac. Ne pas s'éloigner trop de la voiture. Le soir Kway et pull léger en dessous.



Ca me fait penser aux conseils de la Baronne Staffe. Un monument ! Le sommet je trouve, c'est quand elle explique les habits de deuil. Faut avoir lu ça une fois dans sa vie...Si j'ai le courage j'en recopierai un extrait ici...Ou mieux, je scanne la page du livre...


Pour la petite histoire, mon F est toujours au lit et je me suis fait une gâterie en attendant qu'il se lève. La journée commence bien...

jeudi 15 septembre 2005

Porte

Porte de l'immeuble fracturée cette nuit. Mais curieusement elle a été forcée de l'intérieur. Ce n'est donc pas l'oeuvre d'un cambrioleur. Mon scénario : un voisin rentre bourré, il se venge sur la porte pour une raison ou une autre, lui flanque un grand coup de tatanes et pète le chambranle. Sauf que je n'ai pas vu de trace ce coup de pied. C'est plutôt un coup d'épaule donc. Mais là il a dû se faire mal.


Résultat : voisins en émoi, plainte à la police, appel de l'assurance, devis du menuisier. Une matinée de foutue pour rien...



Là c'est une porte du château de Bruniquel dans lequel a été tourné le Vieux Fusil...


Cet après midi c'est la plage. Il faut que F ne soit pas venu pour rien....

Bordeaux

Aller retour à Bordeaux pour aller chercher F. Pas le temps de sortir du quartier de la gare, tenus par les horaires du train.



Au retour une réunion. J'ai retrouvé avec plaisir des gens que j'aime avec lesquels je fais quelques petites choses utiles : un peu d'écoute conviviale et un peu de prévention contre le sida. Cette grande cause tombe petit à petit de Charybde en Scylla et, faute de volonté politique forte, nos ados sont laissés à eux mêmes. Les bénévoles font ce qu'ils peuvent, bloqués çà et là par des rigidités d'un autre âge : parler du sida c'est obligatoirement parler de sexe et il y a des responsables qui ne veulent pas, qui n'osent pas et qui simplement sont contre. On a, au cours de la réunion, évoqué la possiblilité d'aller dans les écoles où presque plus rien n'est fait, mais de l'avis général c'est mission impossible...Le manque de courage malheureusement se paie toujours un jour ou l'autre.


J'ai passé un long moment avec D sur Msn. Son père va mal. J'aimerais qu'il le revoie rapidement. C'est plus important qu'il ne l'imagine. C'est à travers son père qu'il s'est construit de toute façon. Comme chacun d'entre nous...

mardi 13 septembre 2005

Scarron

J'ai bien dormi cette nuit et j'ai été tout surpris de me réveiller vers huit heures: le mal de cou que je me traîne depuis deux mois semble enfin me lâcher un peu. Quoique..!, mais ce soir avant de m'endormir je vais lui foutre un coup de doliprane qui va l'occire définitivement , je l'espère. J'ai eu mal pendant deux mois, mais j'ai évité tous les calmants, les radios en série, les séances de kiné, les manipulations de la colonne et toutes sortes d'autres traitements périphériques que j'aurais payés plus tard. J'ai mal dormi, c'est un fait, mais quand je suis un peu mal foutu je pense toujours à l'épitaphe de Scarron qui décrit assez bien ce qu'il a enduré :


" Celuy qui cy maintenant dort
Fit plus de pitié que d'envie,
Et Souffrit mille fois la mort
Avant de perdre la vie.
Passant, ne fais ici de bruit,
Et garde bien qu'il ne s'éveille,
Car voici la première nuit
Que le pauvre Scarron sommeille."



Mon père, lui , à 85 ans va très bien : ce matin il a abattu un arbre. Tronçonneuse, tracteur et tout le saint Frusquin. Pas facile de le calmer, il explose de vitalité. Donc logiquement, du simple point de vue de la génétique, j'ai encore de beaux jours devant moi. Alleluia, alleluia...!


lundi 12 septembre 2005

Lundi

C'est lundi. C'est là que le vide sidéral opère. Dehors il va faire beau. Dedans il fait bon. Neuf heures du matin. Petites choses de faites: lever à six heures, déjeuner, les mails, les sites, une photo du lever du jour, passage de l'antivirus dans l'ordi. En projet : aller chercher les petites annonces gratuites, acheter une prise pour la télé, mettre un site à jour, faire le blog et poster une photo. La sieste l'aprem, un reportage à regarder à la téloche. Entre temps grignoter. Pour terminer le jour: film le soir et sortie dans un bar avec rentrée très tard, pas avant une heure du mat.Voilà. Le vide c'est ça. Moins de vide c'est un mec qui passe ou encore MSN avec D s'il se connecte. Pas de vide du tout c'est quand je suis assez près de D pour pouvoir le toucher...


Je n'ai jamais fait de photo pour illuster le vide, et quand il est sidéral en plus, ça n'est pas évident. Au mieux j'ai cette photo d'un trou:



mais c'est un gentil trou, plein de forêt à l'intérieur.


Bon maintenant il est temps que j'aille chercher le journal des petites annonces....

Phallus impudicus


Cette image d'un érotisme rare (vous apprécierez les mouches), est celle du phallus impudicus de Ravenel, dont on dit que c'est un médiocre comestible quand il est en boules ( on peut toujours lécher les boules). On trouve ça dans les livres d'école. Mais, tudieu, qu'apprend-on à nos chères têtes blondes? Ce Ravenel est un exhibitioniste de bas étage... Avec des mouches en plus...! Je rêve...

dimanche 11 septembre 2005

Qui pleut le plus, pleut le moins...

C'est ça, il pleut. C'est des entrées maritimes, mais à Mulhouse il pleut aussi. Ca veut dire début d'aprem au chaud et ensuite sauna qui sera plein à bloc comme chaque fois qu'il pleut.



Les réseaux c'est bof là. Les mecs sont tout calme et ceux qui s'agitent sur leur claviers sont des fantasmeurs : ils vont écrire les pires scénarios et puis plus rien. Ils disparaissent. Ils doivent se branler au fur et à mesure et à un moment ils jouissent comme ça. Alors ils sont contents et vont regarder la télé: c'est un bon dimanche pour eux.


Chez moi aussi la télé elle tourne . Je ne la regarde pas, c'est un bruit de fond : au choix ambiance grand prix, ambiance cyber guerre, ambiance forêt équatoriale etc...La radio c'est que des chansons. La télé c'est bien plus inattendu : je suis parfois au milieu d'un gang qui cambriole une banque. Alors que je suis en train de faire fantasmer un mec sur un réseau ça tire tout autour de moi. En plus j'ai le son stéréo : c'est presque un tir à balles réelles. Mais j'ai pas peur, c'est que de la télé.


Si je regarde par la fenêtre ça tombe dru. Il n'y aura plus de crottes de chiens sur les trottoirs: c'est un des multiples avantages de la pluie...

samedi 10 septembre 2005

Vu dans le métro une équipe de pickpocket en plein travail. Un gars vous saisit au pied, fouille dans vos chaussures. Vous êtes surpris, vous vous demandez ce qui se passe. Il retrouve par miracle la montre qui vient de tomber de son bras, son bracelet venant de lâcher. Vous êtes content pour lui qu'il ait retrouvé sa montre. On arrive juste dans une station. Le type sort. La rame repart. Le type rejoint ses deux complices qui vous ont fait délicatement les poches pendant que vous aviez l'attention détournée vers vos chaussures. J'ai prévenu des flics qui étaient en faction. Ils sont aussitôt partis en chasse...



Dans le train j'ai fini de lire "Baise moi". Baise mi et Baise moi sont en bateau. Baise mi tombe à l'eau. C'est ki ki reste? Ben quand on arrive au bout de l'histoire on s'en fout . C'est trop. Elles peuvent tomber à l'eau toutes les deux, ou prendre l'hélicoptère, ou s'enfiler des lames de rasoir dans le vagin, on- s'en- fout. C'est despentes dont on ne remonte pas...


Le Tgv était bourré. Mais pas bourré de chez bourré : il restait une place.


En fin de parcours j'ai discuté avec un flic qui revenait du Kosovo. Il est envoyé par l'Europe pour former des flics là bas. Eh ben c'est pas gagné là bas: d'ici quelques années ils se referont une petite guerre régionale, comme ça, pour s'occuper. A croire qu'ils aiment ça...


Arrivé dans ma bonne ville. Pas de courrier, sauf les impôts.