vendredi 31 mars 2006

Glacis

Une demi heure ce soir aux Glacis, derrière chez moi : branlé 4 queues, sucé par trois bouches, fait jouir deux bites....

La Mamma

Dormi comme un brave entre Paris et Sarrebourg.

Entr'ouvert une paupière en passant sur Nancy.

Vaqué à mes affaires dès l'arrivée.

Croisé la Mamma, vieille péripatéticienne que je connais depuis des lustres. J'ai taillé un brin de causette avec elle. Elle bosse toujours, doit approcher les 65 balais ou peut-être les 70, va savoir.

Fachée parce qu'un cruising gay ( tenu par un ami ) s'est installé dans sa rue. " Tous ces pédés..!" . Elle trouve que c'est la décadence, d'autant plus que le bar où elle avait ses habitudes est maintenant fermé.

Je me souviendrai toujours d'une de ses réparties. Nous étions entre collègues, dans ce bar justement, buvant le pot de fin de semaine. La Mamma et deux de ses consoeurs étaient assises à une table à côté.

Je racontais à mes commensaux que je venais de risquer 50 francs au loto et j'ai trouvé amusant de lancer à la cantonnade :

" dis voir, la Mamma, à quoi j'aurais eu droit pour 50 francs ?

Elle me répondit, outrée:

- à deux coups de langue, rien de plus ! "

jeudi 30 mars 2006

Stylo

KIMOBOOK, qui s'est enfermé dans sa chambre depuis un certain nombre d'années écrit ceci: "Reçus aujourd'hui les résultats du test HIV. Recalé. Négatif. J'imagine que je devrais être ostensiblement content, alors je le suis"

Bon. Il ne sort pas et ne voit personne. Comment peut-il attraper le HIV ? Il se fait livrer du sperme infecté qu'il avale ensuite ? L'automutilation semble l'intéresser. Quel garçon étrange ! A la lecture de son blog je sens qu'il ne progresse plus. Il se prive des autres, qu'il croise peut-être un peu sur le net, mais sans cet apport fécond, il stagne... Je lis ses posts avec intérêt. Il pourrait nous en raconter plus.

Au VIIIe siècle Saint Stylianos, lui, s'est isolé au sommet d'une colonne et y a vécu pendant des années. Le HIV n'existait pas à l'époque, mais il risquait de tomber. Comment a-t-il fait pour ne pas se ramasser par terre ? Il a donné le mot stylo ( qui a la forme d'une colonne ), donc il n'a pas passé sa vie en l'air pour rien...Il est censé protéger les enfants. J'ai cette icone qui le représente à droite.

mercredi 29 mars 2006

Pierre

Préparation de la transhumance...

J'espère ne rien oublier. Je dois revenir ici avec deux pâtes de verre et peut-être le grand tableau de N. que je lui avais offert pour ses 50 ans et qu'elle ne pourra pas emporter dans son île. Elle me le rend. Ce tableau c'est son portrait en taille réelle. Le minimum qu'on puisse en dire, c'est qu'il est encombrant. Mais s'il était dans mon appartement en l'Ile, je pourrais ainsi la voir tous les jours et penser à elle. Il y a un pan de mur qui lui conviendrait parfaitement

J'aime bien ces manipulations monstrueuses d'objets, en train, qui traversent la France du coup. C'est des petits défis assez trash que d'être aussi encombré quand on voyage, mais qui laissent souvent de grands souvenirs.

C'est le cas de ma pierre tombale. Mon père a reçu il y a trente ans des pierres de démolition d'un mur qu'on lui a données. Et dans ces pierres on découvre deux pierres tombales basques. Des carrées et non pas des discoïdales. Mais qu'importe, il n'y en a qu'une semblable au musée de Bayonne et elle doit être du 16e siècle. Sur ces pierres d'un côté le monogramme du Christ et de l'autre une croix pattée.

Mon père m'en ayant donné une ( la deuxième a disparu depuis...Hum...! ), je l'ai "remontée" dans l'est en train. J'étais seul avec mon fils, petit alors, et je me souviendrai toujours de ce voyage. La pierre pesait des tonnes et il y avait grêve des trains.. Epique...

La pierre, depuis a bien voyagé. Je l'emmène dans mes déménagements.

Elle est revenue à son point de départ et je l'ai installée avant hier dans un mur.

mardi 28 mars 2006

Portables

Je suis estomaqué par ces nouveaux jouets que sont les téléphones portables. Ils font tout: MMS, SMS, radio, télé, jeux, internet, photo, caméra, agenda, réveil matin, horloge, dateur... On peut même s'en servir pour téléphoner.

Reste à leur apprendre à faire: la lessive, les courses, la cuisine au beurre,... et une petite pipe de temps en temps...LOL!

lundi 27 mars 2006

Abeilles

Ben, finalement elles étaient calmes. Pas de piqûre. La campagne explose de fleurs et d'odeurs..

Demain grêves. Journée à risques. Galou pousse les jeunes à bout. Gare à la casse..!

Posé

Parquet posé. Zen...

dimanche 26 mars 2006

Travaux

Divine surprise il est déjà neuf heures. Changement d'horaire. Il faut que j'aille travailler. J'ai un planning tout ce qu'il y a de chargé. Je transhume jeudi et d'ici là il faudrait que j'aie bien avancé mes travaux.

Reste à faire aujourd'hui : finir la pose du parquet, avec rabotage de la porte d'entrée et de multiples découpes dans la cuisine. Hier j'étais cassé total en rentrant...

Demain: je vais aux abeilles avec mon père. La journée sera foutue. Mais il n'ose plus conduire le soir et à 85 ans c'est un peu compréhensible. C'est à 70 km d'ici les abeilles de son ami. Je lui sert de manoeuvre. On va ouvrir des ruches, regarder les rayons, etc, etc... Mon père va râler: il grogne tout le temps. S'il fait beau demain les petites bêtes vont être tout excitées. Je me ferai peut-être piquer, les salopes !....

Mardi: j'espère poser les baguettes le long des murs pour finir le parquet et repasser une couche de peinture. Je reçois normalement un frigo, un lave linge et un lave vaisselle.

Mercredi: j'organise le rayonnage où je vais installer l'informatique. Quelques finitions deci delà....

Et jeudi départ...

C'est la vie d'artiste...

samedi 25 mars 2006

Exquis....

Mes cadavres suivants sont moins zen que le premier.

Quand on m'a appelé pour un nouveau suicide, j'y suis allé cette fois accompagné de D. Je savais qu'il valait mieux ne pas être seul et que le simple fait d'une présence, même muette, aidait beaucoup.

Celui-là il ne s'était vraiment pas raté : il était coupé en deux au niveau de la ceinture et son tronc gisait , tandis que le bas était plus ou moins déchiquetté et s'était dispersé, avec les boyaux, sur plusieurs centaines de mêtres. Ses vêtements avaient été arrachés.

Quand je suis arrivé, des corbeaux étaient déjà en train de picorer des morceaux d'un peu de tout, qu'ils avaient l'air de trouver fort à leur goût.

Un policier était là. Le légiste est arrivé peu après, très guilleret. Nous avons échangé deux trois banalités. J'ai pris les mesures qui m'incombaient et leur ai demandé de faire le plus vite possible. Le policier m'a dit que les morceaux seraient ramassés par les croque-mort et qu'il fallait les attendre. Et, pour l'enquète, il a demandé au légiste de faire une prise de sang au tronc pour savoir s'il n'était pas en état d'ébriété ( avant de s'être transformé en tronc..).

Je me suis un peu éloigné pendant cette opération, mais D. et le policier n'en n'ont pas perdu une miette, à savoir que le légiste a trifouillé dans le cadavre, a écarté des organes pour aller faire directement le prélèvement dans le coeur. Grandiose...! Le policier m'a dit qu'il avait vu cinq morts quelques jours auparavant dans une tuerie familiale collective et qu'il était blindé. Depuis ce jour là j'ai une profonde admiration pour ces gens qui gèrent toute la merde de notre société et qui s'en prennent plein la gueule.

Puis les croque-mort sont arrivés. Zen de chez zen. Ils ont sorti des sacs en plastique et sont allé ramasser tout ce qu'ils pouvaient comme s'ils faisaient ça tous les jours, ce qui est peut-être le cas.. Ce qui n'a pas été ramassé a été mangé par les oiseaux.

J'ai débriefé au retour avec D. qui m'a proposé de conduire. Mais non ça allait...

Le troisième cadavre est plus glauque. Je vais attendre un peu avant de raconter, parce que j'ai comme l'impression que je vais lasser...

vendredi 24 mars 2006

Décapité

B. m'a écrit hier "Concernant Galou, cela paraît simple: il est dans un pari fou pour prendre le leadership de la droite c.a.d montrer que lui n'a pas peur d'aller à l'affrontement et niquer ainsi S**. Ce mec est dingue et est capable dans son ambition démesurée de mettre le pays à feu et à sang. Il se prend pour Bonaparte au pont d'Arcole!" Oui, c'est bien vu. C'est ça le fond de l'histoire....

Autre sujet: le drame de cet afghan converti au christianisme, dénoncé par sa famille et qui risque la mort selon la charia. Et on paie pour la reconstruction de ce pays là...! C'est tellement gros, monstrueux que je ne sais pas quoi dire. Hurler peut-être ?..

Et puis un souvenir m'est revenu tout à l'heure, peut-être en liaison avec cette exécution annoncée: mon premier mort. J'étais en service et on m'appelle pour un mort. J'y vais. J'arrive et je vois sa tête bien posée , teint cireux garanti et yeux à demi fermés. Et le corps un peu plus loin, presqu'intact. En regardant les traces de sang je vois nettement le point d'impact, là où il a posé la tête. D'ailleurs je remarque deux extrémités de doigts encore accrochée par un lambeau de peau . Voilà. Il s'était installé bien tranquillement, avait attendu qu'on lui passe dessus..

Dans le fond c'était un cadavre bien propre. Ce mec là savait ce qu'il voulait.

Les cadavres suivants furent moins exquis...

jeudi 23 mars 2006

Marions

J'ai fait le commentaire suivant sur cette note DE REGIS SADA DANS SON BLOG "MARIONS LES HOMOS".

Comme je suis un peu paresseux en ce moment côté ciboulot j'ai trouvé que ça pouvait me servir de note du jour.

Alors voilà :

Je suis soixante huitard...Je trouve ton billet d'humeur très tonique et vivifiant. J'aime tous les cris... Cependant, l'analyse me semble un peu courte , car en 68 j'ai dû écrire ou lire le même billet d'humeur.

C'est à dire que tout est toujours pareil.

J'avais trouvé, un jour, un vieux journal de 1923, caché derrière une boiserie en faisant des travaux dans un appartement comme des ouvriers en laissent parfois pour marquer leur trace ( ce que je fais aussi pour respecter cette tradition ) et, le lisant, j'ai su que le pari communiste s'y plaignait déjà de l'injustice universelle , que le cartel des gauches était déjà nul, que le franc était déjà mal en point et que des crimes venaient juste d'être commis... Il y avait aussi relatés, des accidents de chemin de fer...

Il faut donc comprendre que chacun doit trouver sa niche dans la société, un jour, généralement à la fin de ses études, et doit faire son chemin.

J'ai aussi été chômeur à la fin de mes études. C'est pas nouveau... J'ai ensuite trouvé un boulot sous qualifié par rapport à mon niveau de diplômes, comme tant d'autres, et voilà, je suis ici maintenant.

La vie c'est ça: un fleuve comme il en existe des tas de différents. On saute dedans un peu au hasard quand on nait, on nage pour survivre, et on s'y noiera un jour.

De là à comprendre qu'il ne faut rien faire, non. On doit tous s'efforcer d'améliorer les choses, pour soi et pour les autres si possible. Des fois on réussit, des fois on ne réussit pas...

Voilà. Que dire d'autre? Ceci : continue de crier, mec, c'est bon de t'entendre...

mercredi 22 mars 2006

News

Je vais commencer la peinture. C'est un peu chiant, surtout au plafond, mais bon, quand on peint c'est que toutes les démolitions, reconstructions etc.. sont faites. J'ai rajouté des prises, prévu une applique. J'en ai trouvé une, en bronze, aux Emmas, style 1900, tournicotée, qui sera du plus bel effet, je pense, au dessus du bar de la cuisine américaine... J'ai une tulipe en pâte de verre qui complètera cette applique. Avec des petits riens...

Galou joue les matamores. Je ne comprends pas cet entêtement. J'attends des fissures dans son camp. S** ne va pas tarder à se démarquer : qui perd la jeunesse perd les élections...

Il fait très bon maintenant. J'ai la fenêtre ouverte toute la journée. Mon père a récolté ses premières salades. Je dois l'accompagner la semaine prochaine entretenir les ruches d'un de ses amis. Je crains les piqüres des abeilles alors je vais m'arnacher : gants spéciaux, voile, tunique.

Voilà. C'est le printemps...

mardi 21 mars 2006

Chantal Sébire

La mort de Chantal Sébire pose une nouvelle fois le problème de l'euthanasie. Principaux opposants: les catholiques et leur église qui pourtant aujourd'hui, vendredi saint, se livrent aux rituels sado-masochistes du jour, avec la flagellation, la montée au calvaire et la crucifixion du Christ. Du sang et de la souffrance adorés et vénérés jusqu'à l'absurde avec en clé de voûte un rituel anthropophagique où l'on mange le corps et l'on boit le sang du Christ lui-même. Plus sinistre, plus sauvage, plus préhistorique on ne peut pas....

Et voilà qu'on nom de toutes ces pratiques, de ces croyances insensées qu'on qualifie " de foi", on impose des lignes de conduite, des comportements à tous les autres, particulièrement à ceux qui souffrent. Ah! la souffrance, le cilice, la discipline, la flagellation, les contritions , les macérations, les péchés mortels, et toute cette panoplie macabre qui doit conduire l'homme au salut....

Chantal Sébire, qui en avait marre de souffrir et de cette sorte de salut, nous a quitté en catimini. Qu'elle repose en paix....

Détente

Je ne suis pas très zen quand je suis dans une période de travaux.. Il faut penser à tout, prévoir ses prises de courant, tenir compte des matériaux ( là c'est du béton dur de dur: mortel ! ), enduire, poncer, faire les achats, etc, etc... et me retrouvant dans la situation du travailleur qui rentre crevé le soir après sa journée de labeur je sais qu'il n'a qu'un souhait, c'est de ne pas se casser la tête et d'avoir un vrai moment de détente.

Les gens qui agitent de grandes idées, soulèvent des problèmes, proposent des débats, etc... n'ont aucune chance de toucher l'immense majorité des salariés qui rentrent fatigués de leur boulot. D'où la programmation de TF1 qui fait la moitié de part de marché de la télé. C'est aussi simple que cela... Le pragmatisme paie toujours...

J'ai mis quelques petits objets en vente sur Ebay ( même pseudo ). Toujours pas vendu ma superbe et rare chaufferette St Gobain.. Je propose cette fois-ci un superbe service à café façon jean's: plus kitch tu ne trouves pas....

lundi 20 mars 2006

Travaux

L'avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt...

Je me suis réveillé de bonne heure. Tracassé.

Je fais les travaux moi-même dans mon nouvel appartement : habiter en l'Ile ça se mérite. D'autant plus que je suis au taquet, forcément. On racle toujours ses derniers fonds de tiroirs quand on achète quelque chose d'important. Mais bon, ça devrait aller..

J'ai déjà abattu un mur et démoli l'ancienne cuisine. Evacuation des déblais dans une déchetterie, sans salir la cage d'escalier pendant les transports. Toutes les manutentions à la main, dans des petits sacs...Ma vieille 4L, est tout à fait efficace dans ce genre de plan...

Normalement faire de l'exercice, comme je le fais en ce moment devrait me faire perdre un kilo ou deux. C'est pas la peine de s'inscrire dans une salle de gym pour affiner sa silhouette: bricoler chez soi suffit largement.

dimanche 19 mars 2006

CPE

CPE : Comment Perdre les Elections..

Galou a mis sa machine à perdre en route. L'économie française manque de dynamisme, certes, mais essayer de faire croire aux jeunes qu'on les aide en les rendant plus vulnérables c'est peut-être un peu fort de café.

Résultat : ça va être une fin de règne pénible pour tout le monde. Chirac est usé jusqu'à la corde et Galou, échaudé, va se contenter de gérer les affaires courantes. La France immobile va se figer encore plus...

J'espère qu'à gauche émergera un(e) leader qui saura rendre de l'espérance aux uns et aux autres. Et qui saura, s'il (elle) est élu(e) redonner du tonus à notre cher pays...

Bon, c'est dimanche... Ici temps couvert. Va-t-il pleuvoir ?

samedi 18 mars 2006

200

C'est ma deux centième.

Pourquoi bloguer? Le plaisir d'écrire, et d'être lu ? Oui certainement.

J'avais, pendant quelques temps tenu un journal. Je le conserve pieusement. J'en ai quelques cahiers...

Et toutes ces photos : des centaines et des centaines! Il va falloir que je les revoie un jour. Je les ai datées au dos. Mon passé est rangé dans des boîtes sous forme de positifs et de négatifs.

Et les tableaux! Ils m'encombrent...

En matière de traces, j'ai beaucoup donné.

Le blog, je crois que c'est cela pour moi : une trace. Une lutte contre le temps qui passe, une tentative désespérée contre les moments qui émergent et qui sont instantanément engloutis. Le blog c'est une trace moderne, faite avec les derniers moyens techniques dont on dispose: c'est une trace IN.

C'est une trace pour combien de temps? La véritable problématique de la trace consiste dans sa durée et dans sa pertinence.

Dans le fond, le mammouth, dont je possède un morceau de dent a, pour l'instant, réussi la gageure : il m'arrive de penser à lui, brouttant dans les prairies qui existaient à la place de la mer du nord...

Une autre trace que j'ai réussie : j'ai terminé ainsi le récit que j'avais consacré à Sun radio:

" Maintenant Sun radio est bien loin. J’éprouve cependant un véritable bonheur de savoir que les ondes poussives qui ont surgi de notre pauvre antenne n’ont pas disparu. Elles courent toujours dans l’éther, filant à la vitesse de la lumière. Mes chroniques solaires ont depuis longtemps dépassé Proxima du Centaure. Quelques-unes unes ont frôlé un temps Procyon et s’y sont perdues. Des survivantes croiseront un jour Bételgeuse . D’autres iront jusqu’au Nuage de Magellan ou salueront la Grande Ourse. Leur voyage ne s’arrêtera jamais portant jusqu’au fond de l’infini de l’univers les mots que j’ai consacrés à ma patrie. "

vendredi 17 mars 2006

En l'Ile

J'ai lu hier des écrits de l'ayatollah SISTANI SUR SON SITE. Je suis resté coit . Je recommande de lire " les usages aux toilettes " dont j'ai extrait le passage suivant :

" Il y a plusieurs façons d'accomplir l'istibrâ; la meilleure d'entre elles est la suivante : si, après la sortie de l'urine, l'anus lui aussi devient impur (sortie de matières fécales) il faut qu'il soit nettoyé en premier. Ensuite, on doit presser trois fois, avec le majeur de la main gauche, la partie du corps allant de l'anus à la racine du membre viril. Puis on doit tenir le pénis entre le pouce (au-dessus) et l'index (au-dessous) et le presser trois fois jusqu'à la pointe de la circoncision, et enfin, la partie frontale du membre viril doit être secouée trois fois. "

Je préfère penser à mon arrivée en l'Ile. C'est en cours. J'ai eu les clés. Je ne serai pas loin de la mer. J'espère que le bruit des vagues couvrira les bruits du monde furieux. La lecture du site de l'ayatollah m'a donné l'impression de faire une marche à reculons vers le moyen âge ou vers les temps préhistoriques...

jeudi 16 mars 2006

News

Ecouté Didier Leick, avocat de la partie civile entendu à la commission d'enquête parlementaire : "quand on veut regarder la cassette d'audition des enfants au deuxième procès d'Outreau, la cassette ne renferme plus qu'un feuilleton télé et un reportage sur le premier procès...." En matière de conservation des scellés il y a certainement mieux....

Bu un pot en l'Ile hier soir. Les gens bougent. Arrivées, départs. Apparaître, disparaître...L'Ile est bien un monde particulier...

Préparé ma dent de mammouth ( 20000 ans ) pour la déposer en l'Ile demain dans mon nouveau home... Mon plus vieil objet.. Et qui a été porté et pêché...

Fait une lessive. Lavage, essorage, étendage...

Profité de la douceur. C'est le printemps, ça y est, mes hormones ont parlé...!

Pensé à la prochaine nuit hard sex du 15 avril...

Admiré ce phénomène qui vit près d'ici... Ce n'est pas du chiqué, ni un montage photo. Ce garçon existe, je ne l'ai pas rencontré, mais il m'a fait un plan à la webcam...

mercredi 15 mars 2006

Choisir

Actuellement un grand débat sur l'immigration est ouvert dans tous les pays de l'Europe. Beaucoup de pays se tournent vers une immigration choisie ( Allemagne, Angleterre, Danemark, Hollande ), et je suis bien d'accord avec ce principe : nous avons assez de problèmes à régler chez nous pour en importer de nouveaux. Et je constate avec un certain étonnement que ceux qui veulent accepter tout le monde sont les premiers à se plaindre de tout, attendant de leurs élus qu'il règlent tous leurs soucis. ( Qu'ils s'y collent aux-mêmes à régler leurs difficultés au lieu de râler : tout le monde peut être candidat et se faire élire...)

La remarque de Michel Rocard "on ne peut pas accueillir la misère du monde entier" est et sera toujours vraie. Et puis, comme il faut bien le reconnaître, et avoir le courage de le dire, le monde chrétien et le monde musulman s'assemblent mal. Les derniers graves conflits en Europe se sont produit à la lisière des deux civilisations, tandis que d'autres décrivent la situation dans certains quartiers de banlieues comme explosive....

Je dis donc "assez"... Ne laissons venir que ceux qui sauront s'intégrer chez nous et dont nous avons besoin... L'angélisme conduit presque toujours à des catastrophes, soyons donc pragmatiques. Il est bien certain que les élections de 2007 se joueront en partie sur ce thème. J'espère que la gauche saura user d'un efficace discours en la matière. J'aimerais ne pas être contraint de m'abstenir de voter...

Lorsque je discute avec les uns et les autres, je dois bien reconnaître que l'opinion, pour l'idée que je peux m'en faire, est lasse des tensions inter communautaires qui émergent et dégénèrent parfois. Le racisme pointe son nez çà et là. Histoire d'une catastrophe annoncée ?

mardi 14 mars 2006

Wurtemberg

Le Wurtemberg, état province de l'Allemagne fédérale, fait remplir un questionnaire aux candidats à la naturalisation. La principe est de vérifier que les futurs allemands partagent bien les valeurs germaniques. Ca me semble un minimum . Je me vois mal accepter au sein d'un collectivité quelqu'un qui réfute les gravement certains principes qui sont à la base du lien social.

Le questionnaire , je le reconnais volontiers, mérite quelques améliorations, mais je trouve cette démarche pertinente et j'aimerais bien que chaque nouveau français parle correctement notre langue, ait un travail, ne soit pas polygame, aime la démocratie, s'engage à voter, soit tolérant, ne soit pas un intégriste musulman, soit pour l'égalité des deux sexes, respecte les homosexuels, etc... Au risque de passer pour un facho j'aimerais bien qu'on s'en assure avant de procéder à l'irréparable...

Autre sujet de réflexion, cette habitude qu'on prend de tout casser pour se faire entendre. Le raid des viticulteurs d'il y a peu m'a semblé effarant de violence et de brutalité. Avec de tels exemples, tout le monde s'y met et si les étudiants trouvent légitime de balancer des livres par les fenêtres, pourquoi les beurs des banlieues ne brûleraient-ils pas des voitures finalement ? En démocratie le pouvoir appartient au peuple et il se manifeste par le bulletin de vote. Mais quand il s'agit de voter il n'y a plus personne....Casser semble plus simple... Moi je pense que ce n'est pas la meilleure solution...On peut déjà essayer de se mettre autour d'une table et de causer....

Bon, là, je sens que je vais me faire tuer dans les commentaires...

lundi 13 mars 2006

Madeleine

En 2010...

"Le soir tombait lentement. Je restais assis sur mon banc. J’avais vécu une semaine sans nom et je méritais bien cette pose. J’étais seul, bien seul, face à l’océan, mais au moins il s’agitait, roulait, râlait, grondait, me parlait. Les nuages s’effaçaient pour me laisser voir les derniers éclats du soleil, colorant du même coup toute une partie des immensités océaniques. Les rayons dorés allaient peindre les murs blancs d’Itxasoan ancien casino de Guéthary, faisaient un clin d’œil depuis le fort de Socoa qu’on pouvait maintenant deviner au loin depuis qu’un rai venait de l’éclairer, et se perdaient là bas au loin sur les hauteurs des Trois Couronnes.

Le vent emmenait les nuages, refermait cette trouée céleste et noircissait d’un coup ce bas monde qui frissonnait sous les froideurs de la pluie cinglante. Les fougères et les ajoncs, qui avaient poussé sur toute la face osée de la falaise qui luttait depuis tant de siècles contre les harcèlements de la mer, tremblaient tout d’un coup sous les bourrasques. Le soir brusquement devenait sinistre, effrayant et laissait deviner une nuit terrible, faite de rafales de vent, de pluies incessantes, d’assauts répétés des vagues, d’incertitudes, de malaises et d’angoisses.

Mais l’instant d’après le soleil, plus bas sur l’horizon, faisait une réapparition éclatante, allait appliquer des touches vives sur les maisons de Bidart et rendre un bel hommage à la Madeleine en sa chapelle. Ce n’était plus alors que promesses d’un lendemain de douceur où les passages nuageux tempèreraient l’ardeur solaire pendant qu’un vent tranquille viendrait faire onduler la végétation sauvage qui tapissait le bord de mer.

L’océan me parlait, m’envoyait les premiers cris de joie des hardis navigateurs qui découvraient une terre nouvelle, les derniers messages des marins naufragés, les fatigues des rameurs des traînières harassés par leurs efforts, les inquiétudes des mousses à leur premier voyage, la joie des pécheurs basques après un harponnage de baleine…

J’imaginais de l’autre côté de l’immense étendue marine, les villes d’Amérique, juste en face de moi dans la direction de l’ouest. Le soleil, qui se couchait ici, était glorieux là bas. De l’autre côté de la terre, dans la mer de Chine c’était au contraire la nuit, mais le jour allait bientôt s’y lever. J’attendais avec impatience un message de ces pays lointains.

J’ai scruté les flots et j’ai cru apercevoir un point blanc vers l’horizon. Qu’était-ce ? Mais la nuit est rapidement tombée : je l’ai perdu de vue. Je suis resté sur mon banc tandis que la brise se calmait. Au pied de la falaise la mer chantait toujours son immuable opéra. Le vent finit par tomber complètement et sur la voûte du ciel je pus voir par intermittence le premier quartier de la lune au milieu des étoiles quand les nuages me faisaient la grâce de s’écarter un peu.

Ce qui m’a manqué à ce moment là ce sont les quatre rayons du phare de Biarritz qui découpaient chaque nuit le ciel dans leur rotation régulière et les scintillements des lumières de la côte qui traçaient la ligne qui séparait la terre de la mer: le monde n’était plus, et je n’étais plus guère…Mais l’océan et ses espérances était toujours là.

Ma combinaison en cuir était complètement imbibée de pluie. Je me mis à frissonner. Je suis rentré me coucher.

dimanche 12 mars 2006

Dimanche...

En marchant. Belle balade en pays d'Orthe. Sur les chemins de Saint Jacques de Compostelle...

samedi 11 mars 2006

Marabouté

C'est à ce genre de petits papiers qui arrivent dans les boîtes à lettres qu'on peut se rendre compte que les hostilités en vue de 2007 sont commencées.... ( copyright " PHILIPPE " )

Genoux

Une histoire garantie vraie sur les petites choses qui peuvent entraîner des terribles conséquences. On me l'a racontée hier comme finissait la relation des malheurs de ma fille avec sa chaudière...

Une mémé a des problèmes d'arthrose à ses genoux.. Celui qui la soigne lui dit qu'elle pourrait peut-être les exposer un peu au soleil: la chaleur de ses rayons ferait du bien à ses vieilles articulations. Sauf que ça fait fait des siècles que la peau de ses genoux, blanche de chez blanche, n'a pas vu le soleil et que la mémé, qui a trouvé que l'idée qu'elle était bonne...!, s'endort durant sa sieste...

Conséquences : coup de soleil grave, cloques...Infection qu'on ne parvient pas à maîtriser. On doit l'amputer. La septicémie s'y colle. Elle décède...

Bon... Pour terminer une dernière photo de l'exposition d'Ingres. La grande Odalisque. Elle, elle a quelques vertèbres en plus, mais qu'elle est belle !

vendredi 10 mars 2006

Trembler

La fuite d'eau ça s'est arrangé. Deux plombiers sympas. Un gros et un moins gros. Pour se glisser à plat ventre tout au fond du meuble de coin de la cuisine c'est le plus mince qui s'y collé. Il en est ressorti au bout d'un quart d'heure avec , comme trophée, la relique du joint complètement usé. Il faudrait mettre ce petit bout de matière sous verre: ça pèse un dixième de gramme et ça peut vous gâcher toute une journée. Comme quoi on est vraiment dépendant de peu de chose. Les grands sentiments, les raisonnements philosophiques ça ne tient pas devant une fuite d'eau. Vous pouvez vous mettre à genoux et implorer qui vous voulez, c'est ce petit bout de matière qui commande...Comme quoi faut rester humble et pragmatique...

J'ai pu achever ma transhumance. Arrivé vers 21 heures...

J'ai regardé les photos que j'avais faites à l'exposition Ingres... La princesse de Broglie et sa robe magnifique.

Photos sans pied et sans flash. Pose tenue, environ une seconde sans bouger: on peut dire que je ne tremble pas... Et Ingres encore moins....

jeudi 9 mars 2006

Fuite

Mal dormi. La fuite d'eau chez ma fille c'est de la merde en tube. C'est dans un endroit inaccessible. L'enfer..

Je bloguelis en attendant que C. se réveille. Et je tombe sur lui, Kimobook ( le lien dans mes favoris). Rimbeau...Il a 18 ans maintenant. Chacune de ses notes vaut le détour. Sa première note :

"J'habite dans la rue des Grands ensembles (bloc nord, code zéro A33), près des tours Canon et TDK. Je m'appelle Kim O-BOOk, j'ai 17 ans et cela fait maintenant deux ans que je ne suis pas sorti de ma chambre. Ca m'a pris comme ça, un jour qui aurait pu ressembler à tant d'autres jours, blanc-transparent dans ses contours, limite vaporeux. Les gens qui ont le temps de chercher des raisons aux choses le feront, pour moi tout ça est devenu accessoire. Je dirais simplement que la route était barrée. Du point de vue logistique, c'est ma mère qui gère tout: 3/jour et à heures précises elle m'apporte de quoi manger, petit-déjeûner à 7h, déjeûner à midi, dîner à 19. Je vous passe le détail sur les menus, elle a toujours été bonne cuisinière. Elle ne m'a jamais trop posé de questions non plus, ni avant, lorsque je menais une vie normale, ni après, ce qui fait d'elle une mère exemplaire je dois bien le reconnaître. Elle frappe deux coups à la porte d'entrée de ma chambre, dépose le plateau devant et s'en va sans un mot ou se contente d'un simple "c'est prêt". Les mères demandent toujours des explications, des justifications à tout; elle non. Pas par indifférence ou par manque d'amour, mais par respect. Elle fait partie de ces êtres rares qui croient encore au Destin. Et puis les Asiatiques ont peut-être plus assimilé la culture de l'isolement et de la solitude que les Occidentaux... Donc voilà, depuis deux ans ma vie s'est rétréci à la superficie de ma chambre/salle de bains, 12 mètres carré d'un territoire vierge de présence physique. Je ne communique plus que via le Net (représente: Azerty power generation!!!) et je ne parle plus: les seuls mots qui sortent encore de ma bouche sont des paroles des chansons, parce-que ça je ne peux pas m'en passer. Tout à l'heure, la tête dans mes haut-parleurs Aïwa, je hurlais encore "run run run, you can not run or ever, ever escape"."

Série

Une heure de queue pour voir Ingres hier aprem... J'ai pris des photos de quelques tableaux sans flash et sans pied. On verra le résultat. Ingres: impeccable dans le traîtement des étoffes, magistral dans les portraits. J'y suis allé à pied et revenu à pied, malgré la pluie fine. Paris c'est toujours ce même grouillement, ces voitures partout, ces gens qui vont et viennent dans tous les sens. J'ai photographié des rues mouillées mais sans enthousiasme. Rien de beau dans ce que j'ai vu en marchant.

Dans le restaurant, hier soir, rue du Paradis, je me suis aperçu que la jeune femme qui nous servait avait une pomme d'Adam. Ce détail m'a frappé d'un coup. Je l'avais regardée, auparavant, comme je regarde tout le monde, en posant longuement mes yeux. Je l'avais sentie loin de nous . Elle nous la jouait très pro. Et j'ai alors compris pourquoi. Mon regard l'avait gênée. Du coup j'ai raconté à ma fille l'histoire de CHRISTELLE qui s'était fait opérer à Bangkok.

Ma fille ! La série noire continue pour elle. J'ai pas raconté, mais en gros voilà : un ouvrier vient remplacer une pièce sur sa chaudière à gaz et ne coupe pas l'eau. Dégat des eaux. Le parquet foutu, la chaudière foutue. Vétuste la chaudière; donc ma fille doit donner une somme pour en avoir une neuve. Pas de chauffage un WE. Elle la remplace. Trois jours après la chaudière neuve tombe en panne. Pas de chauffage un autre WE. Réparée hier matin. Hier soir en rentrant du restau elle entend un bruit : de l'eau coule... Une fuite d'eau...Trouvera-t-elle un plombier tout à l'heure ? Je vais décaler mon voyage pour attendre le plombier . Entre temps, fatiguée elle s'est fait une déchirure musculaire. C'est pas drôle quand on bosse...Je ne compte pas les avions en retard et le taxi à Bruxelles qui ne connaissait pas la ville et qui lui a fait perdre presque une heure hier matin. Ca va s'arrêter quand ? Cette série de problèmes l'épuise psychiquement. Elle tend le dos. La prochaine c'est quoi ??

Ceci me fait penser à l'histoire de ma statuette vaudou. Mais bon, il est tard. Une autre fois...

mercredi 8 mars 2006

911

Le fond de l'être effraie... Hier soir, j'ai vu D. qui est friand de films fantastiques. Ce n'est pas ma tasse de thé, mais autant participer un peu à ses fantasmes. Qu'on mesure par là tous les efforts que je fais en direction de mon prochain...

Il y a un FESTIVAL DU FILM FANTASTIQUE A GERARMER. Dernier film qui a étonné , celui d'Eli Roth, "Hostel", tourné avec un petit budget où l'on peut voir " charcutage à la perceuse, énucléation, ablation des doigts à la tronçonneuse etc..." Il repousse les limites du genre. Sans compter ceux qui ont gerbé, un type qui voyait ce film, au festival de Toronto, s'est évanoui après avoir quitté la salle en cours de route, et une femme a cru qu'elle faisait une crise cardiaque. Gros coup de pub, si elle était vraiment morte de trouille, mais, bon, elle a survécu... Autre grand classique qu'on peut se rejouer, L'EFFONDREMENT DES TOURS DE MANHATTAN , ( toutes les vidéo sur ce site. Bon, je n'ai pas vérifié ) avec en prime un sondage "Pensez-vous que l'administration Bush est impliquée dans les attentats du 11 septembre?". 911 est en passe de remplacer 666 comme nombre de la Bête....

En tout cas, pour conclure, une invitation à D. pour fin janvier 2007: on pourrait se faire une semaine de vacances à Gérarmer, histoire de savoir combien de fois je vais me vomir dessus....LOL !

mardi 7 mars 2006

Ingres

Transhumance. Ce soir à Paris. Demain j'irai peut-être voir l'exposition Ingres dont deux violons sont conservés au musée de Montauban. Le talent est souvent multiple. C'est même à cela que je les reconnais, les supers intelligents: ils sont quasi universels , et presque toujours d'excellents manuels. Et généralement très culs aussi... Les véritables biographies, quand aucun aspect du personnage n'est mis sous silence, sont toujours étonnantes : des amours complexes à la mesure de la complexité de la pensée et souvent des goûts hors du commun : bisexualité, différence d'âge avec les partenaires, homosexualité, relations multiples etc.... Personne, et surtout pas l' hyper intelligent, ne peut échapper aux forces créatrices qui sont en lui, la sexualité me semblant être "La" force créatrice fondamentale... De là à dire que tout est sexuel... J'y ai pensé, Freud l'a fait.

Ceci me ramène à la nuit de carnaval en Espagne. P. m'a vu mettre la main au cul du beau curé exhib en soutane rouge. Et il m'a dit, pour me faire plaisir, je suppose : " j'y ai pensé et toi tu l'as fait..."

Faut oser, mec, faut oser....

lundi 6 mars 2006

Américaine

Tentative de visualiser mon futur chez moi en l'Ile. Grosso modo, quand j'aurai abattu le mur entre le salon et la cuisine, ça devrait ressembler à ça. C'est tout poncifs, mon installation, mais, on ne change pas une solution qui marche : je suis "cuisine américaine". L'avantage c'est que globalement on a l'impression de plus d'espace sans que la cuisine, à condition qu'elle soit nickel, ne vienne gâcher l'ensemble. L'aspect technique que peut revêtir la présentation, avec les robots, les machines, les écrans etc... peut donner un aspect très contemporain au décor qu'on peut mélanger d'ancien. Ca forme un patchwork, un fouillis, des anachronismes que j'aime beaucoup. Ca me ressemble: je suis plusieurs...Le reste n'est qu'une question de qualité. Il faut y mettre du beau, qui se trouve souvent à petit prix sur les brocantes. C'est fou ce que les gens jettent...!

Voilà donc du travail en perspective. Durée: un mois au moins. Mais l'important avant toute activité c'est de bien réfléchir, de tirer des plans, de prévoir l'emplacement des prises, des meubles etc....

L'avantage d'un budget serré, dans le fond, c'est qu'on ne peut pas se permettre la moindre erreur et que tout le processus doit être d'une particulière rigueur, depuis la conception jusqu'au port des accessoires de sécurité, masques, lunettes, gants qui empêcheront de se blesser. Un grand sérieux entraîne presque toujours un bon résultat.

Toute une philosophie de l'action, finalement... Je vous tiendrai au courant....

dimanche 5 mars 2006

Voisin

Il a bien insisté mon voisin avec qui je refais régulièrement le monde à B. Il est même redescendu la chercher et il l'a presque mise dans mon sac pour être sûr que je l'emporte.

Comme je m'attends à une interrogation ( écrite ?) à mon retour, je l'ai regardée ce matin sa vidéo ! Il faut dire qu'à B. je n'ai pas de magnétoscope et qu'ici je suis mieux équipé.

Donc ce matin film. "Mon oncle d'Amérique" d'Alain Resnais. Je craignais le pire et j'avais dit à L., qui n'est pas un grand cinéphile, qu'on arrêterait si ça le rasait.

Eh bien non! C'est très bien "Mon oncle d'Amérique". L a aimé jusqu'au bout. Oui, très belle tentative de décryptage des comportements humains. On devrait projeter ce film aux ados et aussi aux adultes... Pas étonnant que mon voisin ait pensé que j'allais apprécier. J'essaie de ( me / les ) comprendre moi aussi. Comprendre l'autre permet de l'aimer.

Je vais avoir une bonne note à l'interrogation du retour.

Ici pas de neige et du soleil. A Mulhouse F. m'a dit que c'était le chaos. Des arbres sont tombés, des toits se sont effondrés, etc..., etc....

Voilà pour les news...

Gavé

Histoire de passer par ici avant d'aller au lit .

Quelques mots sur ma soirée télé: J'ai vu au moins 20 morts, des crimes sordides, des inspecteurs vaches, une société pourrie, des trafiquants en tous genres, et au milieu de tout ça de la pub guillerrette et joyeuse... Quel monde...!

J'en sors la tête complètement farcie. Il y a des gens qui se gavent de ça à longueur d'année! Les pauvres...!

samedi 4 mars 2006

Chinois

Les chinois, il ne faut pas oublier qu'il sont un certain nombre. En voici DEUX QUI CHANTENT plutôt bien, je trouve....

La Chine s'est éveillée. Le monde n'a plus qu'à trembler....


Debriefing

J'ai eu mon soumis, beau mec de la trentaine, hier soir. Il y avait six mois qu'il ne s'était pas manifesté. Toujours particuliers ces plans. Il faut se renouveler à chaque fois. Avant de venir il donne quelques pistes sur ses fantasmes du moment. Règle à suivre : un peu de brutalité au début pour une bonne prise en main. Faut pas mégoter: il est consentant, mais il veut être convaincu qu'il n'a pas le choix. Il veut être une chose. Pas d'hésitation, être sûr de soi. Il faut être rapidement sexuel. Alterner les épreuvres et les récompenses : la récompense c'est le plaisir qu'il peut vous donner. Accessoire: lui masquer les yeux avec une cagoule : ça crée des effets de surprise, il ne sait pas ce que vous lui préparez. Indispensable : aller à ses limites et le forcer un peu. Il doit aller plus loin à chaque fois. Il va gémir, manifester. Dépasser un peu ces signes d'alerte et à un moment il va laisser tomber toute résistance et se donner. Il faut l'utiliser à ce moment là: il est vraiment objet... C'est ce qu'il aime.

Mon soumis adore en plus les jeux de cordes compliqués: les ligatures, les noeuds. Il est d'autant plus soumis qu'il est totalement entravé.

Nous avons fait le débriefing après la séance. On cause toujours un bon moment après. J'ai pas assez lié cette fois-ci. Il voulait des tractions, des élongations, des étirements. Mon plan ressemblait un peu trop au précédent. Il a apprécié quand même: j'ai été suffisamment dur.

Tout ça n'est pas si simple. Un plan peut durer des heures. Pas serrer trop fort pour laisser circuler le sang, rester SSR, aller crescendo, frustrer un peu et prendre son plaisir, ce qui est indispensable pour le soumis...

Il y a forcément une relation de confiance qui doit s'installer: le soumis prend des risques. Il ne peut pas faire cela avec n'importe qui. Les masters sont donc rares....

On a parlé aussi du dégoût qu'il avait de lui, une fois la tension retombée. Je lui ai dit que je vivais ma sexualité dans une sorte de bonheur tranquille. S'il se livrait à ces fantasmes, c'est qu'il y avait certainement des raisons profondes et que, ce faisant, il ne devait pas en être malheureux. La sexualité fait partie de la vie, et il n'y aurait pas de bébés sans cela...Il m'a dit "merci" en partant.

C'est la vie des mouches... Est-ce bien indispensable de raconter ces choses là ? Va savoir... Je me dis que bon, ça peut aider...

vendredi 3 mars 2006

Jouet

Nouveau jouet: la capture d'écran...

Vider

Dans l'Est, rien de nouveau: neige et froid... Dans l'Ile ils annoncent 15 degrès pour cet après midi : il n'y a pas photo...

Je commence à vider. Des objets emportés ce matin à la salle des ventes. Content de les voir partir. J'en ai marre de toutes ces accumulations. Je vais faire d'autres ventes. J'ai 200 tableaux que j'ai peints et qui m'encombrent. Ca me fait une lourde traînée alors que j'ai envie de bouger léger. Il faut que je m'allège... Ce que j'ai dans la tête me suffit largement.

Je vais bientôt habiter en l'Ile. Et là je vais me remettre à la peinture. C'est total, exigeant, précis, compréhensible dans toutes les langues, universel. On peut même y inclure des sentiments, un art de vivre, une joie de couleurs, des fantasmes, du sexe et que sais-je encore. Encore des accumulations de tableaux en vue. Vider, remplir... Le cycle infernal continue...

J'ai retrouvé avec plaisir, ce matin, la carte postale avec les pécheurs basques. On y voit mon arrière grand-père...

jeudi 2 mars 2006

Tigran

Petite halte à Paris. Quelques tendres moments à deux... Et tout à l'heure l'est. Et le froid. J'espère dormir durant le voyage.

En me promenant hier soir dans la blogosphère j'ai trouvé beaucoup de bonnes choses. Les blogs d'ado sont particulièrement intéressants, et vu souvent leur riche contenu, ils sont pleins de belles certitudes quand à la capacité de nos jeunes à "entrer dans la carrière, quand nous, ainés, n'y serons plus..." Les blogs des jeunes femmes sont pétris de finesse et de sensibilité. Tous ces blogs racontent un certain mal de vivre parfois, mais bien naturel à ces âges où l'on se cherche intensément. Qu'ils se rassurent, ils n'ont pas fini de se chercher. Je me cherche encore, et c'est pas près de se terminer....

J'ai quand même trouvé une gentille petite perle, le blog de TIGRAN : "Salut tout le monde /Je m'appelle Tigran. /J'ai 16 ans. Ca c'est mon premier blog. Je suis tres content d'avoir un, mais mentenent que j'en ai un je ne sais pas quoi ecrire,si vous avait des idee pouver vous me les ecrire./Merci ! ".

Je n'ai pas pu m'empêcher de lui laisser un commentaire: "Là, tu commences très fort, je trouve..."

Internet est véritablement un outil fascinant...!

mercredi 1 mars 2006

Anamorphose

Coucou !

J'ai trouvé une demi boule en argent. Du massif ! Cet objet est plein de mystère: à quoi servait-il ? Bien astiqué il m'a permis de faire cette photo : c'est en quelque sorte un autoportrait qui renvoie ( toute modestie gardée) au miroir central du tableau des époux Arnolfini par Jan Van Eyck . Depuis le XVe siècle les reflets dans ce miroir fascinent toujours...