lundi 4 mai 2015

Marine se marie....

Quand Jean Marie Le Pen a renié sa première femme, Pierrette, la mère de Marine, comme on lui demandait avec quels moyens elle allait pouvoir vivre, il a répondu qu'"elle n'avait qu'à faire des ménages". La Pierrette  n'a fait ni une ni deux, elle est allé faire des ménages, s'est mise en petite tenue et s'est fait photographier dans Lui l'aspirateur à la main...

Aujourd'hui il vient de renier sa fille, Marine. J'attends la suite comme vous pouvez l'imaginer. Verra-t-on une Marine en tutu rose épouser un Philippot rétrovirant sa cuti, comme lui a suggéré son père, afin de changer de nom?

Les prochains rebondissements, les prochains points de détail de l'histoire de cette saga familiale sont guettés avec gourmandise, surtout par les chaines d'information qui s'en pourlèchent déjà les babines.... 
Personnellement, pour une fois qu'il nous font rire au lieu de nous faire peur, autant profiter sans modération de leur spectacle de tartignoles....

samedi 2 mai 2015

Premiers mais....

Agression de journalistes, violation de domicile, milice privée, voies de fait, un avant goût hier de ce qui nous attend si les furieux du Front national arrivent un jour au pouvoir en France. On peut prévoir sans se tromper qu'ils n'auront de cesse  de museler les télés et radios, contrôler les médias, filtrer internet, déployer leurs nervis,  faire taire toute contestation et planquer du fric en Suisse... Beau programme...
Les femen ont réussi leur coup en tout cas et les images sont plus parlantes que les faux airs de la Marine  qui nous chante  le rejet de l'autre avec tant de nostalgie....

Mon premier mai à moi avait commencé comme celui de l'an passé et je n'ai qu'à recopier le billet d'alors : "Journée presqu'à l'ordinaire. Brocante mouillée ce matin pour rentrer avec...",  avec cette fois-ci un œuf d'autruche travaillé et monté en veilleuse que je pense offrir à ma petite fille. Pour la suite je recopie encore...  "Pour midi j'avais organisé un repas, histoire de marquer ce jour particulier. Un peu de préparations, je suis même allé jusqu'à repasser une nappe, un peu de stress et deux invités régalés, enfin, je l'espère".. Nous avons ensuite trainé, un peu pétés je dois bien l'avouer et je suis allé  dîner chez mon frère qui recevait également sa fille, son gendre et ses petits enfants, après l'indispensable sieste..  Une famille  de haut vol, agrégés, maitre de conf. à Paris, ingénieur...
La conversation a tout naturellement roulé à un moment sur l'enseignement et chose étonnante chez eux,  ça a été de les entendre se plaindre du faible niveau de leurs étudiants. C'est un discours habituel qu'on entend partout, auquel j'ai toujours résisté, considérant qu'on faisait tant de progrès de nos jours qu'il était impossible d' estimer que le niveau baissât, mais là, de les voir tous ( des membres de la famille, très proches, sensés, modérés, impliqués, honnêtes ) être  d'accord là dessus, m'incite à revoir un peu mes positions.
Un argument de mon frère: "avant, 15 % d'une classe d'âge faisait des études secondaires parmi lesquels 60% avaient le bac. Maintenant c'est pratiquement tout le monde qui va au lycée et le taux de réussite au bac est de plus de 80%. Il y a forcément une baisse de niveau.."
Autre exemple qu'il m'a cité, ce que lui raconte un ancien collègue s'appuyant sur les archives d'une carrière entière, qui affirme ne plus pouvoir donner au BTS d'aujourd'hui des épreuves qu'il demandait au CAP d'il y a trente ans....
"Je ne dis pas qu'il ne savent pas d'autres choses dans d'autres domaines, a conclu mon frère, mais on a voulu l'égalité et comme on ne pouvait pas l'obtenir par le haut, on l'a obtenue en nivelant par le bas..."

Certes, certes! Ils m'ont instillé le doute. Le niveau des diplômes baisse? C'est certainement vrai !Les jeunes ne savent plus écrire une phrase sans faire cinq fautes d'orthographe ? C'est certain ! Mais les 60% des 15% sont toujours là, en pointe,  et tirent l'ensemble comme il l'ont toujours fait. Je ne sais pas si l'humanité de toute son histoire a connu une période plus féconde en découvertes de toutes sortes, en inventions, en progrès.  Oui, le niveau des diplômes a certainement baissé, oui, il y a des gens en fac qui n'ont rien à y faire, oui, la France décroche dans les classements mondiaux, oui, mais qui osera remettre un peu de sélection dans le système éducatif pour remonter les niveaux?

jeudi 30 avril 2015

Ce n'est pas comme nous....

Les cygnes ne trompent pas, c'est le printemps. Je me baladais hier au bord de l'eau et j'ai vu cette couvaison dans un nid que ces volatiles  monogames et fidèles s'étaient aménagé... Le mâle se tenait juste à côté...
Je repasserai de temps à autre suivre les aventures de cette famille...

mardi 28 avril 2015

Autodafés....

J'ai entrepris de visiter les cartons qui me suivent à chaque déménagement depuis toujours, dans le secret espoir de retrouver l'unique lettre que m'a écrite ma grand-mère quand j'avais dix ans, lettre  que j'aimerais relire, et je m'aperçois que cette entreprise est un peu au dessus de mes forces.
Eh oui, ce n'est pas si évident que cela de se replonger dans son histoire. J'ai ressorti des dessins de mes enfants tout petits, des photos oubliées, des missives, des factures d'achats, des dossiers etc... et tout cela ne me remplit pas de joie, tant il est difficile d'admettre que le temps s'est écoulé, et qu'il ne reviendra jamais
Je comprends mieux  les autodafés de ma mère qui n'a pratiquement rien laissé des  correspondances, factures et autres traces  qui ont jalonnées sa vie, de sorte qu'à part des photos, fort rares à l'époque nous n'avons pratiquement rien comme souvenir d'elle, qui, je m'en rends compte maintenant, vivait surtout dans le présent et dans l'avenir..
J'ai mis  les documents en tas dans la pièce à côté: à garder, à jeter, à revoir, à trier, mais j'ai abandonné pour l'instant. Je n'ai bien sûr aucun remord, ni même de regret, de cette jeunesse qui me revient  à travers des tonnes de souvenirs conservés dans ces cartons, mais quand même, comment dire, une immense et quelque peu tragique nostalgie, de mes amours, de mes enfants bébés, petits, écoliers, etc.., m'envahit...  Tout cela est bien disparu, enfoui, et ce choc  avec le temps qui passe, m'est insupportable.
J'arrête. Je retournerai dans cette pièce plus tard....

samedi 25 avril 2015

Landschaft mit dem Pflügenden Bauer

Réveillé tôt ce matin et debout vers 6h30, heure que j'ai estimé décente pour petit déjeuner. Ensuite je suis allé sur mon ordi et vers 8h30 je me suis aperçu que le temps avait filé et qu'il serait peut-être intéressant que j'aille faire un tour aux Emmaüs, histoire de sortir et de causer à quelques personnes..
File d'attente comme d'hab, quelques gouttes de pluie, ouverture de la porte à 9 heures tapantes, bousculade.
Je vois une belle armoire ancienne en passant, mais je continue vers le stand des bricoles où j'arrive troisième. Je regarde les objets qu'y s'y trouvent espérant dénicher un oiseau rare, ce qui m'est déjà arrivé comme ce grand verre à bière en forme de cône très Napoléon III et portant la marque 1/2 litre comme il était d'usage, comme une autre fois des tasses japonaises satsuma avec leurs soucoupes   dont je me suis servi hier soir pour boire une tisane avec un ami, comme encore une série de  trois miniatures des années cinquante représentant des princesses, petits plaisirs qu'on peut se faire pour un ou deux euros. Mais rien aujourd'hui.
Je fais le tour de la salle. Quelques fauteuils intéressant dont un beau fauteuil de style Louis XIII à dos droit et os de mouton avec les crosses d'accotoirs sculptées  en très bon état pour une trentaine d'euros, et qui aurait pu être vendu deux ou trois cents euros il y a quelques années, mais maintenant les meubles anciens ne valent plus rien. Je file à la vaisselle.
Cette salle comporte un rayon verrerie de 7 ou 8 mètre de long sur quatre hauteurs, soit peut-être deux ou trois mille verres côte à côte. Mon créneau d'achat est simple: verre taillé  en cristal avant 1900... Rien après un passage aller et un passage retour. Maintenant la vaisselle.  Quelque fois une assiette mérite le détour et  je ne dirais pas non à un service en porcelaine toute simple avec un filet doré en parfait état sur le pourtour, mais  ça ne sera pas pour cette fois....
Salle suivante, l'électronique et les vieilles chaîne Hi fi. En l'Île je me suis uniquement équipé d'occasion. Je passe dans cette salle, car on ne sait jamais, mais j'ai déjà ce qu'il faut. Aujourd'hui il y avait un beau combiné B & O des années 70  pour 50 euros qui aurait pu intéresser un amateur...
Je suis allé alors vers les livres.  Toujours des choses intéressantes, mais je suis gavé en livres d'autant que je ne lis pas. Je regarde toujours les couvertures rouges des fois d'y dénicher un Jules Verne. Beaucoup de tout, des livres d'art, des romans, des BD. Je croise  souvent là un beur de la trentaine qui doit être prof de lettres et, ce qui ne gâte rien, très beau garçon. Il s'achète toujours sept ou huit livres, surtout des romans et j'ai toujours plaisir à le saluer... Il était là ce matin...
Je poursuis mes recherches et passe devant un rayon cédéroms étonnamment achalandé aujourd'hui. Peut être un millier. De tout. Je regarde en vitesse s'il n'y a pas de  de triple ou de quadruple albums d'opéras, mais non. Donc je poursuis  vers une  armoire XVIIIe avec ses grandes charnières en laiton. Magnifique. Proposée à 1200 euros tout de même.  J'ouvre ses portes pour voir l'intérieur et je passe la main pour vérifier que tout cela n'a pas été fait à la machine.... Elle est parfaite, mais ce n'est pas pour moi. Je n'ai plus la place...
Autre salle. Une vente temporaire de vêtements. Je vais voir les chaussures. Il y en a quelques fois des neuves qu'il m'arrive d'acheter.  Mais là rien qui puisse m'intéresser...
Dernier endroit, la salle consacrée aux tableaux. Je passe derrière tous les amateurs, et s'il y avait quelque chose, c'est déjà parti, d'autant que  ce qui est mis en vente ne vaut généralement pas grand-chose.  Les meilleures pièces vont directement en salle des ventes, du moins je  le suppose.. Je regarde quand même ne serait-ce que pour le plaisir de regarder..
Une petite gravure attire mon attention. Les gravures ne valent plus rien et j'évite d'en acheter sauf du 18e et en dessous. Cependant elle est proposée à six euros, un prix en baisse puisqu'il recouvre une étiquette  à 12 euros. Ça doit faire un moment qu'elle traine là... Cependant belle gravure, bien encadrée avec marie-louise, par ce qui semble être une bonne maison, Peter Leitner, 17 Berliner Strasse à Berlin.  Le sujet, un laboureur dans son champ, sa femme  et sa petite fille... Le graveur Ad. Lier, un beau talent à ce que je juge des traits. Je ne le connais pas. Mais ça me semble fin 19e, peut-être début 20e. Comme je n'avais pas envie de revenir bredouille, je l'achète.
Le vendeur me dit en plaisantant que ce sont les soldes aujourd'hui et me fait un ticket à cinq euros...
Dés que je suis rentré, recherches sur Internet. "1826-1882, peintre paysagiste allemand. Adolf Lier étudie aux Beaux-Arts de Dresde, de Bâle et de Munich. Il est en France en 1861, à Paris puis à Barbizon ou il rencontre Camille Corot, Théodore Rousseau et Charles-François Daubigny. En 1866, il repart en Allemagne et fonde une école de paysages directement inspiré de Barbizon."... 
Eh bien,  c'est sympa...  
Reste un problème. Où vais-je l'accrocher ?  C'est gavé chez moi. Par exemple l’autoportrait au nez rouge  est accroché parmi d'autres, au dessus de la baignoire... Je cherche.. Oui bon, il reste un trou là- bas à 20 cm au dessus du sol... Ça ira....

vendredi 24 avril 2015

Anniversaire

C'était hier le deuxième  anniversaire du vote de  la loi Taubira, permettant aux homosexuels de se marier entre eux.

Depuis ce jour, la terre  n'a pas explosé en mille morceaux, il n'y a pas eu de catastrophes plus  dévastatrices que d'ordinaire, ce ne fut pas la Révolution en France, autant de preuves que Dieu s'en fout du mariage gay.
Pas le Pape, chef de l’État du Vatican, un repaire de tapettes refoulées ( ou pas ),  qui lui est resté l'homophobe de fond qu'il était et refuse un ambassadeur parce qu'il est gay. Belle démonstration de l'intolérance de l'église alors que l'homosexualité semble être l’œuvre de Dieu lui-même puisque la recherche commence à démontrer qu'elle est d'origine génétique...
La manif pour tous, qui vient de se convertir en parti politique, elle aussi ne lâche rien, jamais, jamais, jamais, et nous plante encore quelques humains sur des places publiques attendant sans doute qu'on retourne vers le passé, vers le moyen âge. Mais non ce n'est pas possible, le temps va toujours dans le même sens....
Je ne suis pas allé voir où en était la mère Boutin dans ses tweets, je lis parfois du vomi bien épais là-dessus dans certains blogs orientés vers l’extrême droite caubelienne, alors que la Marine, elle,  est entourée d'une belle brochette d'homos ( mais, comme chacun sait, la marine peut  être  à voile ou à vapeur ),  je n'entends plus rien sur le sujet,  pour l'instant, de la part Sarkozy, cet énergumène qui s'agite et qui est prêt à tout  pour faire perdre son camp, je n'ai plus rien lu du Grand Rabbin de France qui nous avait promis des horreurs, je ne sais pas où en est le grand Recteur de la mosquée de Paris, mais  dans les pays d'islam radical ou pas  ( vous avez dit modéré ? ), on continue de punir l'homosexualité de différentes manières : prison, pendaison, décapitation, lapidation, saut dans le vide pour aller s'écrabouiller plus bas, mais surtout ne faisons pasdamalgame...

Voilà. A lire ce que j'écris plus haut on peut avoir l'impression que cette loi n'a rien changé. Si, elle a changé plein de choses. Elle nous a permis d'avoir le droit d'être visibles, d'être comme tout le monde, d'être aussi légitimes que tous les autres sur cette terre. Quelques milliers d'homos ont trouvé le bonheur en se mariant, d'autres ont pu adopter les enfants de leur conjoint(e), et grosso modo, dans l'opinion publique l'homosexualité se banalise de plus en plus et ne devient plus un motif d'exclusion...

Il faut aller plus loin dans les lois sociétales. Je ne vois pas qui peut être blessé par le fait qu'on insémine des lesbiennes pour qu'elles puissent devenir mère, sauf à vouloir se mêler de la vie des autres, mais au nom de quoi?  Les croyants qui s'autorisent à la ramener voient-ils bien  les horreurs qui se commettent sur terre au nom de Dieu ?

Quoiqu'il en soit, remercions Taubira, Hollande,  et tous les artisans de ce progrès. Si l'on retient une chose de son ( premier ?) quinquennat, ce sera bien celle-là....


mercredi 22 avril 2015

Dernier jour...

On ne pouvait pas manquer de rendre visite à la tour Eiffel et j'étais prêt à faire la queue pendant un certain temps pour acheter les billets et ainsi regarder Paris d'une certaine hauteur, mais la petite a préféré rester au sol. Nous avons alors  embarqué pour notre mini croisière sur la Seine, laquelle vaut le déplacement et permet de regarder bien des monuments sous un angle nouveau, ne serait-ce que les ponts qu'on peut voir par en dessous, sans parler des  mascarons grimaçants du pont Neuf qui méritent à eux seuls qu'on les observe d'un peu plus près...
Puisqu'on n'était pas monté au premier étage de la tour Eiffel, j'avais proposé qu'on montre à l'unique étage de l'Arc de Triomphe, mais là encore ma petite fille n'a pas  voulu. Craindrait-elle le vertige? Je voulais quand même profiter de l'endroit pour raconter un tout, tout petit peu de notre histoire, mais elle s'était mise d'elle même à lire les plaques de cuivre qui sont scellées un peu partout dans le sol autour de la tombe du Soldat Inconnu et j'ai bien l'impression que son étonnante mémoire va retenir l'essentiel de ce qu'elle a lu à toute vitesse. Je l'ai vue tant de fois  sembler ne pas écouter ce qu'on dit et l'entendre, des mois après, démonter qu'elle avait tout enregistré, que cette fois encore je suis sûr qu'elle a saisi l'essentiel de ce que représente ce monument...
Autre leçon d'histoire quand arrivé au pied de l'Obélisque que nous avons rejoint à pied depuis la place de l’Étoile, elle a lu la plaque commémorative  qui raconte les échafauds de la Révolution et la décapitation de Louis XVI....
Il ne restait plus qu'à aller voir la Pyramide du Louvre. Nous irons admirer quelques-uns des 35000 objets et tableaux exposés dans cet immense musée au cours d'un autre voyage, plus tard, quand elle sera plus grande...

mardi 21 avril 2015

Vue à la télé...

La cité des enfants à La Villette, ancien abattoir reconverti en beauté ( parmi les souvenirs de l'endroit, ceux de Proust qui venait là draguer de jeunes bouchers vigoureux fasciné par leurs larges paluches  imprégnées de sang. Proust a eu sa période sado-maso...)  est vraiment une cité des enfants. Je ne m'attendais pas à en voir autant. Ma petite fille a tout de suite compris que son temps était limité et elle n'a cessé de courir de jeu en jeu, ne lisant bien entendu aucune notice et appuyant sur tous les boutons jusqu'à ce qu'elle comprenne à quoi ils  pouvaient bien servir, moment à partir duquel elle courait ailleurs.
Bel espace ludique, où l'on peut apprendre plein de choses intéressantes, pris d’assaut dès l'ouverture et jusqu'à la fermeture....
Ce qui lui a vraiment plu, c'est le coin télévision avec son studio, ses régies, ses trucages, ses caméras, tout cela converti en mode enfant.
Belle démonstration également d'un robot qui construit  ce que l'enfant programme....
Pause déjeuner  dans un McDo pour rester dans l'ambiance, et l'après midi à flâner dans le magnifique parc de La Villette. Mon ex a trouvé la petite trop jeune pour aller dans la Géode où l'on voit des films assez impressionnants.. Une autre fois donc...
Ce soir un gros chagrin, ses parents lui manquent....

lundi 20 avril 2015

Dodo...

Ce volatile qui semble porter un béret se rencontre au Muséum d’Histoire Naturelle. J'ai l'impression qu'il est un peu fantasmé et, si j'ai bien compris les explications, a été reconstitué, d'après les témoignages de ceux qui en ont parlé au seizième et au dix-septième siècles, à partir d'un squelette retrouvé par chance au vingtième siècle. Ce dodo, exterminé par les colons de l'île Bourbon qui le trouvaient sans doute trop comestible, symbolise l'ensemble des espèces éradiquées par la faute de l'homme. Elles sont fort nombreuses, une galerie entière leur est consacrée...
Pour avoir successivement visité ensuite les serres et la ménagerie, seule la grande galerie de l'évolution  me semble mériter le détour. Des quantités d'enfants  en parcouraient les quatre étages faiblement éclairés, certainement pour mieux conserver les nombreux spécimens d'animaux empaillés qu'on y expose  C'est pour moi le musée pour écoliers par excellence et ils peuvent venir constater de visu ce qu'on leur a montré dans leurs premiers livres tout en calibrant leurs savoirs.  On voit un squelette de baleine d'une bonne vingtaine de mètres de long, des éléphants imposants, des girafes ( je viens d'y apprendre qu'elles peuvent avoir deux types de pelages )  très hautes, ce qui ne doit pas manquer d'impressionner les très jeunes.
Ma petite fille a couru dans tous les sens, prenant moult photos ( autorisées, mais flash interdit ) qui, dans la quasi obscurité dans laquelle on montre les collections, ne seront pas très réussies... Ce cliché du dodo en est l'exemple même, je devrai me contenter de ce résultat...  Suite demain...


dimanche 19 avril 2015

Manèges

Hier arrivée et installation dans les lieux. Ensuite invités à dîner chez notre fille.
Ce matin nous avons emmené la petite sur le canal St Martin voir une écluse écluser , et cet après midi visite du musée des Arts forains installé à Bercy
Tours de chevaux de bois et de vélocipèdes, manège des années 1900, dont il ne reste que trois exemplaires au monde, un à New York, un à Turkheim et celui là. Impressionnant. Des grands-bis attachés les uns aux autres en cercle, guidés par un rail à deux bords. Et  c'est à la puissance des mollets qu'on fonce peut-être à 50 à l'heure. La peur de me  faire éjecter par la force centrifuge m'a fait lever les pieds laissant aux autres le soin de fournir l'effort....
Beaux moments de  limonaire et d'autre orgue de foire. J'adore la musique mécanique....
Et pour ne rien gâcher, je sais tout maintenant sur l'orientation des têtes de chevaux de bois et sur leur queue en crin ou sculptée et je peux, d'un seul coup d’œil, vous dire s'ils sont allemands, français ou anglais...

Photo de Tripadvisor