mercredi 13 décembre 2017

En attendant le solstice...

Le froid commence à s'installer et les jours n'en finissent pas de raccourcir...
Novembre est habituellement le mois des déprimes, mais cette année encore ça s'est bien passé et les fêtes pointent le bout de leur nez maintenant.
Je vais entamer un tour des miens et faire une halte en l'Île pour consulter l'ophtalmo. Hier c'était le dentiste.

Cet après-midi je regardais distraitement un film de cape et d'épée, le Capitan avec Jean Marais et Bourvil. Bouches parfaites des acteurs, costumes neufs et propres, même pas de boue, éclairages impeccables, on était en pleine idéalisation d'un passé qui n'a jamais existé. Le seul film qui ait osé montrer un peu de la réalité c'est Barry Lyndon avec ses plans éclairés à la bougie, ses costumes usés et sales, quelques bouches édentées, etc... Si on sort des fantasmes d'un passé réinventé, on est obligé quelque part de reconnaître que c'est mieux maintenant. En tout cas, en ce qui me concerne, sans les nombreux soins que j'ai reçu, je ne sais pas si je pourrais encore croquer une pomme... Alors la nostalgie du passé, ce n'est pas trop pour moi...

J'ai regardé aussi la fiction consacrée à Stephen Hawking victime de la maladie de Charcot et qui tente encore, à 72 ans, pur esprit quasiment coupé du monde, d'unifier la physique de l'infiniment petit avec celle de l'infiniment grand, la mécanique quantique avec la théorie de la relativité, et d'essayer de savoir  ce qu'il en est du temps : y a t-il eu un début et y aura t-il une fin?

J'ai pensé, en voyant ce film, au livre autobiographique, "le Scaphandre et le Papillon", de Jean Dominique Bauby, qui, victime d'un locked-in syndrome, s'est retrouvé enfermé à l'intérieur de son corps avec seulement le clignement de son oeil gauche pour en sortir... Une lecture qui m'avait abasourdi...

Alors, quand j'évoque les déprimes de novembre, je trouve que je pousse un peu. Je gémis parfois, mais franchement....

dimanche 10 décembre 2017

Adieu...

J'ai suivi les obsèques de Johnny, quelques fois ému. Marqueur par ses chansons du temps qui passe, lequel finit toujours par s'arrêter, ses funérailles ne pouvaient pas me laisser indifférent. Elles furent à la hauteur de ce qu'il représentait pour beaucoup et c'est cette impressionnante participation populaire qui va les rendre inoubliables.

C'est son côté voyou,  bord-line, sauvage, libre, battant, rebelle qui a plu aux uns et aux autres. Je n'utiliserai pas le mot insoumis tant il devient négatif maintenant et la dernière "livraison" du Mélenchon dépasse toutes les bornes: "Samedi, jour anniversaire de la loi de 1905 sur la laïcite de l'État, le président de la République, chanoine de Latran, participe à une messe dans l'église de la Madeleine, monument religieux contre-républicain, où la prostituée de l'évangile implore le pardon du Christ. En face, l'assemblée nationale. Les rue qui mènent à ce bâtiment portent les noms des avocats de louis XVI et Marie-Antoinette. On voit ici ce que vaut la laïcité républicaine de certains. Rappelons que Clémenceau, vainqueur de la grande guerre, refusa d'entrer à Notre-Dame pour le «Te Deum» de la victoire. Mais là, évidemment..." (sic.  J'imagine que l'usage qu'il fait des majuscules et minuscules porte sens pour lui... )
On ne l'a pourtant pas entendu faire la moindre remarque concernant les obsèques nationales de son héros Chavez. Mais que représente donc cette croix derrière son cercueil?


Après avoir insulté une journaliste, demandé qu'un organisme les contrôle, trouvé anormal qu'ils aient une famille et des amis, voilà qu'il regrette qu'un président de la République, qui est avant tout un citoyen,  entre dans une église pour assister à des obsèques.... Je me demande où en seraient nos libertés si lui et sa bande avaient accédé au pouvoir...

Une autre vision du diable sur ce vase Portieux de la fin du 19e siècle....

vendredi 8 décembre 2017

Je ne suis pas très Johnny....

Je réussis à survivre à la déferlante johnnyesque. Encore demain et espérons que les télés et radios reprendront ensuite leur programmation normale.
Après ça va se calmer. L'idole ne pourra se faire adorer que sur l'île de Saint Barth, paradis des milliardaires, si bien  que quelques tourist operators lanceront certainement le produit "Saint Barth et la tombe de Johnny" dans les prochaines semaines. Avec quelque succès au début...
Ce grandiose hommage rendu à quelqu'un qui s'est fait domicilier en Suisse puis  aux USA pour échapper à l'impôt et à la solidarité nationale (à laquelle on est enclin à faire appel quand il s'agit de se faire soigner), semble tout à fait normal pour des gens qui gémissent tout le temps sur les injustices de notre société. Combien seront-ils demain à se rendre sur les Champs Elysées pour se recueillir au passage du cortège du défunt?

Ce qui m'a étonné, c'est qu'un chanteur âgé de 74 ans, atteint d'un cancer, monte encore sur les estrades plutôt que de rester chez lui, épuisé par la maladie et les traitements. Il y a été certainement obligé par d'impérieuses nécessitės financières. Je dois avouer que j'attends la suite avec curiosité. Quand je vois le temps que met à se régler le petit héritage absolument simple avec zéro problème de mon père, je me demande comment ça va se passer pour Johnny. Des enfants de plusieurs lits, des enfants adoptés, des ex-épouses, une épouse,  du patrimoine, vraisemblablement beaucoup de dettes,  une noria qui gravite autour de tout cela (détenteurs de droits, producteurs, éditeurs, avocats, etc..), je subodore que les feuilletonistes de la presse à scandales vont se faire un devoir de se faire des thunes en nous racontant toute cette saga par le menu. J'estime qu'il y en a au moins pour trois ans. Un vrai fond de commerce...

Bon.. Laissons les supers héros terminer en beauté leur somptueuse existence et souhaitons leur, s'ils y croient, un magnifique au delà...

mercredi 6 décembre 2017

Oh, merde !

"Oh, merde !" me suis-je écrié en apprenant la mort de Johnny ce matin. Un monument d'une époque disparaît et même si je n'ai aucun vinyl de lui, n'ayant pas été yéyé, il restera pour moi un mec qui aura vécu à fond, alcool, drogue, tabac, femmes, enfants, fric, motos, voitures, voyages, films, chansons, concerts, démesure,  et même cancer pour terminer tout ça.
Je réécouterai toujours avec plaisir quelques unes de ses chansons magnifiques dont celle qu'il a consacrée à sa fille Laura...


mardi 5 décembre 2017

Jean s'enterre...

Jean d'Ormesson ne voulait pas mourir tant que Hollande serait président pour être sûr que ce ne soit pas lui qui fasse son éloge funèbre. Il a parfaitement réussi. N'ayant lu aucun de ses livres j'ai cependant un autre souvenir de lui : je l'ai vu une fois sur un quai de la gare de l'Est, il n'y a pas si longtemps, reconnu de dos, comme je le doublais pour aller prendre mon train, et fus étonné qu'il soit si petit... Il était accompagné d'un grand, son majordome, j'imagine...

Mon éloge funèbre s'arrêtera là. A la télé, nous avons droit à l'instant à l'inévitable Frédéric Mitterrand, qui est de tous les hommages posthumes.

Nous avons droit aussi ce matin à l'inévitable Wauquiez qui fait encore de la provocation avec ses santons. Un habitué de la provocation. Comme le raconte ce même Frédéric: "Cet allumeur de Laurent Wauquiez me fait passer un petit papier au conseil des ministres. Il est assis en face de moi. Il a écrit : "Pourquoi tu me regardes avec cet air langoureux?" Il doit s'ennuyer et teste son pouvoir de séduction sur moi pour se distraire. C'est effectivement un beau gars dans le genre qu'on regarde dans les vestiaires après un match de foot et à qui on parle de filles en pensant éventuellement à autre chose."
Je suis convaincu que Wauquiez est un homosexuel refoulé ce qui peut expliquer bien de ses comportements: s'il était enfin lui-même, il serait moins outrancier et plus stable...

Pour le reste, je viens d'amener ma voiture à la révision des vingt mille kilomètres. Elle a déjà sept ans. C'est dire que je roule peu. Je n'aime pas du tout ça et d'être au volant ne me procure aucun plaisir particulier. Je vais d'un point A à un point B c'est tout, et depuis que je me suis rendu compte du caractère utéral de l'auto, corps creux, vase clos, enfermement, chaleur, ergonomie, confort, sentiment de puissance, je me suis débarrassé des sensations primitives que j'avais pu ressentir...

Ce bel enfant Jésus de  Prague vient de faire son entrée au Sanctuaire. Je le subodore fin 19e. "L'enfant Jésus se tient debout la main droite levée en signe de bénédiction tandis qu'il soutient le globe terrestre de sa main gauche. Il est coiffé d'une couronne. Le globe et la couronne, symboles royaux, manifestent la toute-puissance de Jésus qui est également le fondateur et le protecteur du Royaume de Dieu."  Une statuette en porcelaine qui a dû être choyée, car  elle a encore tous ses doigts....

vendredi 1 décembre 2017

Premier décembre

Pas de premier décembre sans penser aux victimes du Sida, ceux qu'on a connu et qui en sont morts, ceux qui en sont porteurs et qui vivent avec, ceux qui l'ignorent, ceux qui ne veulent pas savoir, ceux qui ne peuvent pas se soigner, ceux qui sont obligés de le cacher...

J'avais un jour fait le décompte de mes proches ou moins proches morts de cette maladie et j'étais arrivé au chiffre de 17. Je me souviens n'avoir pas pu retenir mes larmes et avoir pleuré à l'enterrement de Laurent S., gentil garçon qui n'avait jamais fait de mal à personne et qui avait été emporté très vite par cette calamité. On trouve encore de lui, sur internet, cette courte biographie : "à 40 ans ans il vient d'être nommé directeur d'un institut d'arts appliqués. Créateur de bijoux contemporains, il trouve dans les microgranulations de bronze électrosoudées ou dans un fragment de silicium des sources d'inspiration intarissables. Son atelier est un laboratoire où naissent boucles d'oreilles et broches, dont les formes font penser à de petites sculptures pour le corps".
Une pensée aussi pour Tambour Major, victime de stealthing, et qui, angoissé,  attend de savoir...

Nous avons la chance de vivre dans un pays où on peut se soigner, où on peut même se protéger par un traitement préventif, la PrEP, qui permet d'empêcher d'être infecté si on a une conduite à risque,  et qui, bien qu'il coûte très cher, environ 5000 € par usager, est pris en charge par la collectivité....

Ce jour doit être aussi celui de l'espoir, de l'espoir de la découverte d'un vaccin pour éradiquer ce virus, comme a été éradiqué le virus de la variole...  J'espère que nos scientifiques approchent du but...


lundi 27 novembre 2017

De Noël

Hier promenade en ville pour contempler le sapin à 300 000 euros et voir les illuminations dans un centre sécurisé aux accès filtrés et sans véhicule. La ville s'est transformée en pain d'épice géant... Le déferlement sucré  peut commencer...



vendredi 24 novembre 2017

Masculin et féminin...

France 2, a consacré la soirée de mercredi à la transexualité.  Beau travail. Il est temps qu'on se préoccupe des gens qui vivent sur cette terre dans leur vérité propre et non pas à travers des vérités de groupes fussent-ils religieux et dominants.  On sait  tout le mal que je pense des religions plus promptes à lancer des fatwas ou à fulminer plutôt qu'à essayer de comprendre la vie ici bas.
J'avais abordé le sujet   il y a longtemps et aujourd'hui je dois admettre que  je n'ai pas plus de réponses aux questions que je me posais alors. Mais je ne suis ni psy ni généticien et je n'ai pas  de trans dans mon entourage proche. Je revois S. parfois, rarement, et je n'envie en aucun cas son parcours.
C'était  mercredi une soirée tourné vers les 15000 à 80000 de nos concitoyens et concitoyennes qui ont des problèmes avec leur identité de genre et qui n'ont qu'une envie, c'est d'être acceptés tels qu'ils sont... Les mentalités évoluent doucement...

Pour évoluer, ça évolue chez certains, qui, pour promouvoir l'égalité des sexes, ont inventé l'écriture inclusive. Plus fort encore, les écologistes, peut-être sous l'influence des vapeurs de cannabis qu'ils voudraient voir en vente libre, ont  demandé que les journées du patrimoine s'appellent désormais "journées du matrimoine et du patrimoine".  
Entre la nécessaire égalité des hommes, des femmes , des transgenres, des gays, des lesbiennes, etc..   au sein de notre société et  cette attaque en règle de notre langue, trop machiste à leurs yeux, il y a  un gouffre. S'attaquer au français n'a aucun sens. Ses règles de fonctionnement ont été bâties au fil des siècles et vouloir en changer brutalement  n'aura comme résultat que de déstabiliser nos relations sociales.
Nous avons cette richesse, notre langue, ne l'abîmons pas...

Trouvé ce beau vase en bambou laqué avec des incrustations de nacre.

dimanche 19 novembre 2017

Des polémiques...


Je n'ai pas pris part aux dernières polémiques tant il m'a semblé que les causes étaient entendues.
Ramadan est à terre et Plenel est à la ramasse. L'islamo-gauche ne fait pas bander grand monde: vouloir soutenir  des gens qui voudraient nous imposer la charia à terme, nous rendre antisémites, et qui  haïssent fondamentalement ce que nous sommes depuis leur plus tendre enfance ne peut amener cette gauche nulle part. Même l'ouvrier le plus ouvrier ne peut pas adhérer à cela, au contraire, même...
Valls me semble bien plus réaliste et je suis toujours Charlie...

Les signes qu'envoie l'islam depuis les pays où il règne en maître ne peuvent que nous horrifier : la Mauritanie, par exemple,  vient de décider que le blasphème serait systématiquement puni de la peine de mort...

Même chez nous il est temps de faire montre d'un réalisme sans faille :  il est difficile d'être athée en France et ceux qui sont en capacité de faire un constat de l'intérieur des communautés nous décrivent une situation parfois alarmante :
"La laïcité ne peut rien contre un attentat djihadiste.
La laïcité ne peut rien contre une éducation familiale et un environnement local voir médiatique (paraboles) qui vous formate dans l’idée que les non musulmans sont des êtres méprisables qu’il ne faut pas respecter.
La laïcité ne peut rien contre le harcèlement des filles dans les rues, voir leur disparition sous l’effet de contraintes culturelles issues de l’islam.
La laïcité ne peut rien contre les incivilités urbaines liées à des personnes qui voudraient prendre une revanche post coloniale sur les « souchiens » !
La laïcité est démunie face à la matrice idéologique installée en France qui fournit des djihadistes mais aussi et surtout entraîne des quartiers vers des partitions territoriales qui ont déjà fait sécession sur le plan culturel, c’est une contre France, une contre société avec d’autres valeurs que les nôtres qui se met en place.
Ces contre valeurs s’articulent autour de 5 points:
Francophobie et haine des khouffars.
Antisémitisme virulent mâtiné d’antisionisme.
Refus de l’égalité hommes femmes, Complotisme 2.0 qui s’est hybridée avec la fertile imagination arabe qui réécrit le réel très rapidement afin de cultiver le déni et reporter les turpitudes de l’islam sur les juifs, la CIA, les services secrets français.
Homophobie assumée"

Je ne vais pas me gâcher mon dimanche davantage.
Croisé dans une rue cette belle porte ancienne avec ces ferronneries remarquables directement venues du 16e ou du 17e siècle.