jeudi 15 février 2018

La photo du mois

Le thème du mois : contraste..



Contrastes de l'image en noir et blanc, mais pas que....
Si l'on compare 1924 et ce qui se prépare pour 2024 on est sidéré... Il y a 100 ans il n'y avait pas de film couleur, pas d'internet, et la télé n'avait pas encore été inventée. Voici deux images extraites directement de la pellicule d'un film 9mm Pathé Baby montrant une délégation faisant le salut olympique pendant la cérémonie d'ouverture des jeux olympiques de 1924 qui ont eut lieu à Paris au stade Yves-du-Manoir de Colombes. Les jeux étaient loin d'avoir l'impact populaire, médiatique, financier, géopolitique qu'ils ont aujourd'hui et on peut constater que le stade n'est pas très rempli. C'était alors un événement quasi confidentiel.
Le même salut olympique a été fait en 1936 devant Hitler, par la délégation française en particulier, et bien entendu les gens le confondent avec le salut nazi. Inutile d'ajouter que le salut olympique a été abandonné après la deuxième guerre mondiale.
On peut voir ce film en entier ici

Ont également participé

lundi 12 février 2018

Des petits

De retour au Sanctuaire.

Le petit m'a surpris en nous racontant à table  l'Avare de Molière qui, semble-t-il l'a beaucoup amusé. Il nous a même récité quelques répliques pour nous montrer combien c'est drôle.. 
Son père a pu le convaincre de commencer   Harry Potter et l'histoire lui plait. Me voilà rassuré, il aimera lire. 
Je testerai la prochaine fois ses connaissances en art pour essayer de voir où il en est dans ce domaine, mais il est vraiment étonnant: il aura bientôt neuf ans..
Le samedi soir je les gardais pendant que leurs parents étaient sortis et ils m'ont demandé s'il pouvaient passer un CD pendant le repas. Ils ont mis des chansons de Vianney qu'ils ont chantées ensemble dans une sorte de compétition à celui qui connaîtrait le plus de paroles...
La petite a une mémoire étonnante. A une question de son père elle s'est mise à réciter les numéros de téléphone de son entourage, allant jusqu'aux immatriculations des voitures des parents de ses copines. Je crois que l'agenda sera superflu...
Ils sont tous les deux dans une sorte d'auto apprentissage, s'intéressant à tout et vu les facilités qu'offre maintenant Internet et la télé ils progressent tout seuls.

Comme grand-père, je suis évidemment ravi, d'autant que j'ai toujours une très sérieuse avance et que je peux  faire le malin, mais je sens que ça ne va pas durer très longtemps. 


Trouvé ce vase non signé. Il a été vendu "signé R. Lalique" à Drouot. Un autre marchant, plus prudent, annonce "style Lalique".
La signature ne prouve rien dans ce cas : elle a pu être ajoutée à la molette.. J'ai consulté un catalogue  des œuvres de René Lalique et il n'y est pas.

Je pense qu'il s'agit d'un vase en cristal de Bohème de la compagnie Heinrich Hoffmann créé par  Frantisek Pazourek,

mardi 6 février 2018

De tout, de rien...


Je suis en voyage et passe une semaine en l'Île. Ce dépaysement me fera du bien, d'autant qu'il fait beau parfois et qu'il pleut souvent. Mais nous sommes là dans les pires moments de l'hiver et de toute façon ici il ne faut jamais se préoccuper du temps qu'il fait tant il peut être capricieux..

J'écoute une cantate de Bach pour la première fois depuis mon arrivée afin de renouer avec la tradition.

Passé l'après-midi d'hier avec P. qui m'a rasséréné : je suis arrivé ici légèrement dépressif et notre longue conversation qui s'est poursuivie pendant un moment dans un restaurant en Espagne m'a permis d'exprimer mon mal-être passager et de recevoir les consolations que sait prodiguer un ami. Ce qu'il y a de bien entre gays c'est qu'on n'a rien à se cacher et qu'on peut aborder franco toutes les problématiques sachant que l'autre saisit instantanément et sait de quoi on parle. De plus nous avons le même âge à quelques jours près et il peint, beaucoup, beaucoup mieux que moi d'ailleurs...
Nous arrivons à un moment où nous ne pouvons qu'envisager les multiples turpitudes de la vieillesse qui va s'abattre sur nous, et déjà je deviens maladroit, hier matin j'ai cassé un objet, tandis que lui il est astreint à un régime permanent. Ça fait du bien de parler et je suis donc rentré le soir plus serein.

Je dois revoir tout à l'heure aux Emmas un chineur. Discutant avec lui samedi pendant l'attente que les portes s'ouvrent, il m'a appris qu'il venait d'O. une petite ville située à quelques dizaines de kilomètres. J'ai poursuivi en lui disant que mes ancêtres du début du 18e siècle habitaient dans un petit village voisin et que la maison, citée dans quelques actes, existait toujours. J'ai même pu me rappeler de son nom : La Claverie. Il m'a dit qu'il passerait la voir et qu'il ferait des photos pour me la montrer en attendant qu'il ne m'emmenât  pour que j'effectue ce voyage mémoriel et qu'ensuite il me déposerait à la gare d'O. pour que je rentre.
C'est plus facile à dire qu'à faire car dans ce plan il manque un trajet, celui de la gare de B., où j'arriverai, jusqu'à ma voiture que je devrai récupérer aux Emmas.. Et donc, je ferai cette excursion tout seul, en le suivant peut-être, et en choisissant un jour où il fera beau, un jour du printemps  prochain certainement, maintenant que le sujet a été remis à l'ordre du jour...

Passé voir mes parents hier. Le nom de mon père n'est pas encore gravé sur la tombe.. Mais que fait le marbrier..?