dimanche 23 février 2020

Des diapositives..

Curieusement, c'est le décès de Jean Daniel qui a déclenché mon  envie de rechercher et finalement de revoir toutes mes diapositives stockées dans les boîtes ad-hoc, mais qu'il faut regarder avec un projecteur que j'ai retrouvé recouvert de poussière et que j'ai dû nettoyer à l'aspirateur.
Jean Daniel je l'ai croisé par hasard sur le petit aérodrome de Cap Skirring au tout début des années 80.  Nous allions rentrer, mon ex et moi, sur Dakar à bord de notre tout petit avion, loué à un prix intéressant avec le pilote amateur qui devait remplir rapidement son minimum d'heures de vol  pour pouvoir conserver sa licence, quand un petit jet d'affaire atterrit.  En descendit Jean Daniel accompagné d'une charmante femme.
Nous nous sommes approchés et avons échangé quelques mots. Comme nous allions repartir dans notre coucou, Jean Daniel nous a offert gentiment de profiter de son appareil  dont les pilotes devaient  retourner à Dakar pour attendre Michel Rocard qui arrivait le lendemain ainsi qu'il nous l'a expliqué.
Ce qui fut fait. Mon premier et unique voyage en jet.  Six ou huit fauteuils en cuir, bonbons, chocolats, whisky, deux pilotes en costume, vitesse, luxe et volupté, un retour trois fois plus rapide que l'aller...

Je voulais savoir si je conservais des photos de cette escapade à Cap Skirring. Sans aucun classement j'ai dû en revoir beaucoup d'autres avant de tomber sur celles de ce voyage au Sénégal où nous étions invités par un coopérant. Cependant rien qui rappelât cet événement particulier de notre séjour.

Mais ce retour dans mon passé m'a fait revoir mes enfants, bébés, petits, plus grands. Un vrai bonheur d'avoir ces traces et de recroiser des petits instants de cette vie qui a passé et que j'ai vécue de mon mieux, comme chacun d'entre-nous essaie de le faire... Un peu ému à la vue de certaines photos...

Eh oui, le temps s'enfuit...!



lundi 17 février 2020

De l'affaire...

Quelques mots de l'affaire Griveaux.
Si j'ai pu le dézinguer comme candidat à la mairie de Paris, visant, en particulier, sa proposition de déplacer la gare de l'Est pour en faire un Central Park, je suis complètement effaré avec cette publication d'une vidéo intime par un activiste russe, réfugié en France.
Ne parlons pas de l'effet destructeur de ce film auprès des siens, de ses enfants, de sa famille, de ses proches. J'espère qu'ils sauront surmonter ce traumatisme et ils ont toute ma sympathie..

J'ai réagi en direct par Twitter tout au long de la journée de vendredi pour soutenir Griveaux, notre droit au fantasme, à la pornographie, à l'érotisme, à la vie comme elle mérite d'être vécue dans la paillardise si l'on veut, en bons Gaulois que nous sommes...

Quelques tweets :
"Je soutiens Griveaux. Marre des pincės du cul et autres hypocrites. Ce qu'on lui fait est immonde...
Je suis "Benjamin Griveaux".
Oui, c'est triste, les érections et les élections ne font pas bon ménage.
Oui, perdu pour perdu, il aurait dû s'accrocher... Le sexe et l'érotisme font partie de la vie...
Si c'est la vidéo que j'ai vue, il a une belle bite et pourquoi ne pas le faire savoir. A 42 ans ou même à 70, on a le droit de fantasmer. Je ne m'en prive pas en ce qui me concerne. Et ça n'a rien à voir avec le pouvoir...
Renvoyons cette merde dans son pays....
Oui, comme cela seuls seront élus des pincés du cul, éloignés de la vraie vie. Insupportable !
J'espère que la loi sera appliquée dans toute sa rigueur à ce délinquant..."

A l'opposition qui a commencé son bashing pitoyable sur Agnès Buzin, ma réponse :
"Il n’empêche que quand on est beau joueur, on souhaite bonne chance à son adversaire, surtout si elle est de qualité. Une manière de lui dire qu'on ne craint rien d'elle..."

Restent les zones d'ombre de cette affaire, comme de savoir quel rôle a joué l'avocat d'extrême gauche complètement allumé  Juan Branco, de savoir s'il n'y a pas d'interconnexions avec quelques Insoumis, ce qui ne m'étonnerait pas, de savoir si le pseudo artiste n'est pas noyauté par Moscou, de savoir si cette jeune femme, membre du conseil parisien de la jeunesse, n'a pas tendu un piège à Griveaux, de savoir de quoi vivent le pseudo artiste et sa compagne, ....

J'attends les premiers sondages pour me faire une idée des chances d'Agnès Buzyn. Il est sûr que la transformation de Paris en "ville du tiers monde et en ville sale à rats" par Anne Hidalgo déplait à nombre d'habitants de la capitale....
On verra...


mercredi 12 février 2020

Adieu..


Eglise quasiment pleine, tous les chants en basque repris en chœur par l'assistance...

Inhumation et collation ensuite, un adieu comme elle le méritait...


mardi 11 février 2020

Les allumettes

Hier après midi, discussions entre cousins, cousines autour du corps de la défunte,  nouvelles des uns et des autres, anecdotes familiales.
Mon frère nous a raconté celle-ci que je ne connaissais pas.

Quand ma grand-mère est morte, il y a déjà plus de 50 ans, mon grand-père est allé vivre chez ses enfants et a vendu sa maison.
Ma mère et mon frère ce jour là l'aidaient à débarrasser son grenier et ils sont tombés sur un carton contenant une vingtaine de boîtes d'allumettes déjà utilisées.
-Alors Papa, on les jette..!
-Mais ça peut toujours servir..
-Des allumettes brûlées ?  Mais qu'est-ce que tu veux faire d'allumettes brûlées? Pourquoi tu veux garder ça ?
-Ça peut toujours servir.
-Ecoute Papa, nous avons déménagé 14 fois avec toi, et à chaque fois nous avons traîné ces boîtes d'allumettes. Explique-nous pourquoi tu veux garder ces allumettes foutues..
-M...
-Si, si, je veux maintenant savoir pourquoi. Aller, explique  nous.
-Eh bien, pendant la guerre nous avions des godillots cloutés. Les semelles étaient en cuir. Et le cuir venait à se dessécher, ce qui fait que les clous tombaient. Et pour les faire tenir, on les coinçait avec des allumettes...

Mon frère de conclure qu'il n'avait jamais réussi à se séparer d'un tel souvenir qui le raccrochait à une période tragique et épouvantable de ses vingt ans.. Et d'insister sur l'authenticité de son récit : " j'étais là quand ça  s'est passé  ! "




lundi 10 février 2020

De l'Île...


Petit séjour en l'Île. J'avais un RDV avec Free pour qu'on m'installe la fibre optique. Voilà qui est fait. Je suis maintenant à la pointe de la modernité.

Comme lors d'un voyage précédent, une cousine vient de mourir. D'un cancer du pancréas. Demain j'assisterai à ses obsèques. Mon frère de Paris sera là lui aussi et je dois le récupérer  à la gare ce soir à 22 heures.

En attendant je mange chez mon autre frère ce midi et nous irons ensuite nous recueillir au funérarium devant sa dépouille. J'espère que le cercueil sera fermé.

J'ai fait mon petit programme habituel et mangé avec P. en Espagne. Je prends le même menu à chaque fois, tant je suis homme à ne pas me compliquer la vie, tant , également,  les chipirons sont parfaits et le tiramisu sympatique...
En repassant chez lui au retour, j'ai vu ce tableau en cours d’exécution que j'ai trouvé d'un érotisme achevé et auquel je ne toucherais plus si c'était un des miens... Il m'a donné envie de retourner voir les corps des hommes pour essayer d'en tirer la quintessence...

Je n'ai pas trouvé grand chose aux Emmas. Une brocante aussi  hier matin où j'ai fait remarquer à des babacools qu'il était interdit d'exposer et de vendre des croix gammées. On m'a répondu que ces trois objets neufs en bronze poli étaient des svastikas, symbole vieux de 4000 ans, etc...  Ce qui ne change rien au problème, les petits nazis du coin étant trop contents de les acheter pour enrichir leurs collections nauséabondes.  J'ai réitéré mes remarques, voulu prendre une photo et en retour je me suis fait copieusement insulter....




vendredi 7 février 2020

Des gaufrettes..

Je me demande parfois si c'est moi qui ne vais pas bien, si je le fais exprès, ou bien si c'est le monde qui m'entoure qui est dans le n'importe quoi, l'illogisme, la connerie fracassante.
Ainsi cet exemple.
J'achète des biscuits bretons chez Lidl. Je les trouve bons. Dans l'optique de surveiller mon poids je me demande combien je peux raisonnablement en manger par jour. J'ai pris deux kilos pendant les fêtes de Noël et j'aimerais les perdre..
Rien de plus simple, il n'y a qu'à consulter la déclaration nutritionnelle



Donc, combien de kcal par biscuit, sachant que le soir, avec tout ce que j'ai mangé, je ne dois pas dépasser les 1800 kcal si je veux perdre un peu de poids ?
Eh bien ce n'est pas aussi facile qu'on imagine !
Au début j'ai cru lire que le biscuit pesait 23,4 grammes, et couvrait 6% de mes besoins quotidiens.
Que nenni ! 
La portion de 23,4 g contient en fait trois biscuits, le paquet en "contenant environ 5 portions" soit "environ" 15 biscuits, et donc, après avoir sorti la calculette, un biscuit pèse 7,6 grammes et contient 38,6 kcalories.

Petite vérification :



Le paquet contient exactement 16 galettes bretonnes qui pèsent net 125 grammes comme c'est indiqué sur l'emballage. Pourquoi parle-t-on "d'environ 5 portions de 3 biscuits" ? Mystère et boule de gomme.. Combien pèse et nourrit un biscuit ? 125 grammes  divisé par 16 égale 7,81 gramme et nourrit de 38,75 kcal.  Les chiffres annoncés sont cohérents. On arrondit à 40 pour calculer dans sa tête et contrôler son poids et c'est bon...

Voilà. Pourquoi ne pas indiquer la valeur nutritionnelle par biscuit ?  Mystère..

Ces "déclarations nutritionnelles" sont faites en dépit du bon sens.

Lidl s'engage dans sa charte à proposer des produits responsables. Responsables de quoi ? Je m'interroge...

lundi 3 février 2020

Municipales, suite.

Benjamin Griveaux est en pleine forme. Il vient  de suggérer la création d'un nouveau métier à Paris : manager de rue. "Chacun aura en charge un pâté de maison de cinq ou six rues et aidera à régler les problèmes de l'espace public" Création de 500 emplois inutiles dans la foulée...

Plus fort encore, il vient de proposer que la ville de Paris offre 100 000 euros à 20000 citoyens gagnant entre 5000 et 6000 euros par mois, pour les aider à acheter leur logement dans Paris. Voilà une mesure qui va automatiquement contribuer à faire augmenter le prix du m2 dans la capitale, effet inverse du but recherché. Je ne parle même pas des milliards que ça va coûter aux contribuables et des fonctionnaires qu'il va falloir embaucher pour administrer cette nouvelle manne céleste..

Chez Anne Hidalgo et son adjoint bobo-communiste Ian Brossat, on propose de dissocier la propriété entre le foncier et le bâti et 500 logements vont être construits sur des terrains appartenant à la ville pour être revendus, à des acheteurs sélectionnés, à 5000 euros le m2 dans une sorte de bail emphytéotique ce qui n'empêchera pas l'acquéreur de devoir payer un loyer de 2 euros par mois pour l'occupation du sol... Propriétaire à durée limitée je ne sais pas si ça va plaire...

Il y a ces deux candidats, qui manifestement sont très créatifs, et puis il y a le marché qui régule la valeur des 1 million 300 000 logements de Paris à la hausse, comme c'est le cas en ce moment, ou à la baisse comme il y a quelques années. Le marché fluctue, comme tous les marchés.
Les 10 000 logements de Griveaux, comme les 500 logements d'Hidalgo sont des propositions opportunistes dont le but est de faire croire à l'électeur moyen que l'on peut tout maîtriser  dans une ville à la vocation internationale. Sauf à établir une dictature en France, ça me semble difficile.

Je préférerais que ces efforts soient consacrés à améliorer les transports collectifs, à créer des lignes de tramway, à créer des piste cyclables, à modérer  le droit de grève dans les transports publics pour que les Parisiens cessent d'être pris régulièrement en otage par quelques syndiqués manipulés.

Décidément on va de surprise en surprise dans cette campagne pour les municipales...

lundi 27 janvier 2020

Fiasco


Il y a 15 jours, j'écrivais ceci "Nous allons vivre une campagne des municipales où les candidats vont faire surenchère de projets écologiques. C'est à la mode, le réchauffement climatique et toussa et toussa. Un candidat à Biarritz propose que sa ville devienne à 60 % autonome électriquement avec des cellules solaires. Un autre veut interdire tous les produits phytosanitaires pour tous. Un troisième nous parle des papillons... Je rêve. Quand je constate le fiasco de ce Trambus, je me dis que l'écologie, qui sert de fromage à quelques opportunistes, commence vraiment à me les briser menu. Pour moi il n'y a p as pire contre l'environnement qu'un "écologiste" auto proclamé. Que vont-ils nous sortir encore?"

Il n'a pas fallu attendre longtemps pour avoir notre candidat vainqueur toutes catégories, mais ce classement n'est peut-être  que provisoire, en la personne de Benjamin Griveaux qui propose tout bonnement de déplacer la gare de l'Est pour mettre Central Park à la place.

J'hallucine !

Je ne vais pas trop m'étendre sur le coût pharaonique et les difficultés techniques de l'opération,  la quasi impossibilité de trouver des terrains pour une grande gare et ses arrières gares dans une banlieue à l'habitat hyper densifié, les galères supplémentaires imposées aux cent mille  banlieusards et provinciaux qui utilisent chaque jour la gare de l'Est, le coût écologique des transports supplémentaires imposés à ces utilisateurs, les conditions de ces transports supplémentaires qui vont être pitoyables, les pertes de temps pour chacun d'entre-eux, la dégradation de leur qualité de vie, les infrastructures post-ferroviaires inexistantes depuis la nouvelle gare de banlieue etc, etc...

Ce Griveaux est un comique troupier, de ce type d'hommes à qui il ne faut surtout pas laisser la moindre responsabilité car on ne sait jamais ce qui pourrait sortir de leurs cerveaux malades....

A l'autre bout de la ligne TGV Paris Strasbourg le candidat LREM à la mairie de Strasbourg a réagi sur Facebook :"Une vraie schnaps idée ! Déplacer la Gare de l'Est en périphérie est un non sens sur le fond comme sur la méthode. J'y suis fermement opposé. La liaison entre #Strasbourg, capitale européenne, et le coeur de #Paris, mais aussi Roissy avec bientôt le CDG Express, est indispensable et stratégique."

Quelques commentaires à la suite de ces lignes :
"C’était pas la peine de faire une ligne Tgv et mettre Paris à 1h45 de Strasbourg pour qu’on reprenne 1h30 de plus pour aller de la gare des champs aux Champs Elysées. En plus ça va être needle Park et Bois de Boulogne réunis, j’ose même pas y penser.."
"C'est un non-sens parfait .. pour une fois je suis d'accord avec Anne Hidalgo. On mettrait la gare à Massy ou Marne la Vallée ??? Quelle idée saugrenue... Villani est pour supprimer la gare du Nord. Ils sont fous"
"Il y a quand même une sacrée bande d'idiot dans ce gouvernement. J'espère qu'ils n'arrivent pas trop à se reproduire ensemble...."

Inutile d'ajouter que le maintien de Villani tue complètement la candidature de Griveaux et que de ce fait Anne Hidalgo a une belle victoire en vue.  Sans compter que la folle proposition  de Griveaux va peut-être un peu plomber les candidats LREM partout en France.

Un fiasco !

mardi 21 janvier 2020

Commentaire

J'ai commenté chez Anastase à la suite d'un de ses posts démesurés habituels contre Macron  et à la gloire de  Mélenchon qu'il intitule "Marine Le Pen présidente", où il veut nous démontrer que la Blonde a ses chances d'être élue en 2022.

Mon commentaire:
"Je me marre, parce que la majorité des électeurs mélenchonesques vont voter Marine au second tour de la Présidentielle..."

Il me répond, chose rare :

"au 2nd tour 2017, 52% des électeurs Melenchon ont voté Macron, 41% ont voté blanc ou abstention, et 7% ont voté Marine Le Pen.  Bisous.
(source Public Senat, repaire de gauchistes: https://www.publicsenat.fr/article/politique/reports-des-voix-age-revenus-la-sociologie-du-vote-au-second-tour-60214)"

Oubliant de le remercier pour ses bisous, j'ai posté une réponse à sa  réponse, en gros ce texte, mais en plus court :

"Dans l’hypothèse d’un deuxième tour en 2022 opposant Emmanuel Macron à Marine Le Pen, le président de la République recueille 55% des intentions de vote (-2 points par rapport à mai), contre 45% à la cheffe du parti d’extrême droite (+2 points). Marine Le Pen progresse notamment grâce au report des électeurs de Jean-Luc Mélenchon : près de deux tiers des électeurs LFI aux européennes voteraient Le Pen au second tour, selon l’Ifop.
Enquête Ifop réalisée en ligne du 28 au 30 octobre 2019, auprès d’un échantillon représentatif de 1.503 personnes inscrites sur les listes électorales (méthode des quotas). Marge d’erreur : 1,4 à 3,1 points.
Donc, je me marre toujours..."

Le seul hic, c'est que l'Anastase ne publie pas ma réponse. Bon, il fait ce qu'il veut chez lui, mais je ne peux que constater que la Mélenchonerie vit dans un monde imaginaire prompt à la censure...

Trouvé ce crucifix janséniste, mains fermées,  en os, fin 17e.

dimanche 19 janvier 2020

Micro news

Voyage express malgré les grèves. Faute de métro une traversée de Paris de gare à gare en taxi à l'aller et une autre à pied au retour. Résultat : en taxi 50 minutes, à pied 1h 15. Si j'avais couru un peu, mais à mon âge aurait-ce été bien raisonnable, je battais le taxi...



Il faut dire qu'au retour je suis tombé en plein dans une manifestation avec ces ballons qui symbolisent je ne sais trop quoi. Voilà dans quoi passent nos subventions à ce syndicat...



Là-bas en bas, le programme habituel avec cette fois-ci la trouvaille entre autres d'une assiette de la Compagnie des Indes que j'ai malencontreusement cassée, pour m'apercevoir un peu plus tard qu'elle avait déjà été finement recollée, et d'une boule de Canton, hélas, loin d'être parfaite avec des sphères intérieures abîmées, mais je trouve cet objet tellement fascinant que je l'ai même rapporté ici pour en profiter davantage.

Passage au retour chez les petits..




mercredi 15 janvier 2020

La photo du mois

Thème du mois : perspective



La perspective la plus simplissime qui soit : rails et caténaires photographiés à l'arrière d'un train lancé à pleine vitesse dans la grande ligne droite de 46 km qui traverse les Landes...

Ont également participé :

dimanche 12 janvier 2020

De l'écologie...


J'adore le progrès et j'entends en profiter. Mais parfois je m'interroge, comme sur le Trambus de l'agglomération du BAB.


 "Ce nouveau transport 100% électrique offrira des services performants : Une fréquence élevée, Une amplitude horaire adaptée à toutes les catégories de population (domicile/travail, scolaires, loisirs), un réaménagement urbain des espaces publics, places et rues, sur tout le parcours, L’électricité embarquée nécessaire à la propulsion des véhicules est contenue dans des batteries nouvelle génération. La recharge des Tram’bus sera assurée à chaque terminus de la ligne 1, par des infrastructures dédiées de charge rapide (3 à 5 minutes).Une recharge lente des bus sera également assurée la nuit, au dépôt, via un système novateur de charge intelligente."

" Le Tram’bus bénéficie en partie d’une circulation en site propre, à savoir d’une voie sécurisée et réservée et d’une priorité aux carrefours, de la même façon et dans un environnement similaire à un tramway. "

"Sa vitesse moyenne est estimée à 20 km/h, comme pour un tramway. Sa priorité à l’ensemble des carrefours lui permet d’obtenir un gain de temps conséquent."

"Le budget du projet de Tram’Bus a été évalué à 168 millions d’euros dont 38 millions d’euros de participations financières publiques"

On apprend par ailleurs que  "le coût d'acquisition des véhicules atteint 650 000 € l'unité, soit encore le double du coût d'un bus articulé Diesel. Il s'agira de véhicules à charge lente, branchés la nuit au dépôt. Les terminus seront équipés de stations de charge rapide en 3 minutes. Evidemment, la fiabilité des batteries constituera le principal sujet d'attention technique, ainsi que leur coût sur la durée de vie de l'autobus."

Quand à l'esthétique de l'engin de ce projet "innovant", elle est qualifiée d'"unique" par les puissances tutélaires. Qu'on en juge...



Bon, je vais encore me retrouver dans la position du râleur, mais j'aimerais savoir à combien de millions d'euros accoste de projet, les travaux réalisés, et je me demande si le jeu en valait la chandelle...

Et puis, l'empruntant pour aller à la gare, j'ai forcément remarqué que le trajet me prenait presque le double du temps qu'il me fallait auparavant. J'ai fort à propos retrouvé hier un horaire papier qui traînait dans un tiroir
Il date de quelques années:



On note une fréquence de dix minutes environ et un temps de trajet total de 40 minutes environ.

Si l'on compare avec notre nouveau service "performant" 



On note une fréquence de 13 minutes environ et un temps de trajet total de 53 minutes environ. Et le trajet entre mairie de Biarritz et mairie de Bayonne durait 22 minutes avant, et  38 minutes maintenant..  La vitesse moyenne est de 13,6 km/h. C'est le progrès ! 

Bref, une jeune technologie balbutiante encore peu sûre qui, je l'imagine, tombe fréquemment en panne, comme c'était le cas à mon  précédent voyage, des temps annoncés de rechargement des batteries  qui m'estomaquent ( entre 3 et 5 minutes, je rêve...), des dépenses faramineuses, une dégradation de l'offre par rapport à ce qui existait précédemment, je ne suis vraiment pas convaincu par "ces services performants".

Il est vrai que ce Trambus électrique n'émet pas de gaz à effet de serre. Ne soyons pas cependant trop regardants sur le bilan écologique de la fabrication et sur le recyclage des batteries en fin de vie. Et ne parlons pas de l 'électricité d'origine nucléaire ou thermique.

Nous allons vivre une campagne des municipales où les candidats vont faire surenchère de projets écologiques. C'est à la mode, le réchauffement climatique et toussa et toussa. Un candidat à Biarritz propose que sa ville devienne à 60  % autonome électriquement  avec des cellules solaires. Un autre veut interdire tous les produits phytosanitaires pour tous. Un troisième nous parle des papillons... Je rêve.

Quand je constate le fiasco de ce Trambus, je me dis que l'écologie, qui sert de fromage à quelques opportunistes, commence vraiment à me les briser menu. Pour moi il n'y a pas pire contre l'environnement qu'un "écologiste" auto proclamé. Que vont-ils nous sortir encore?



Trouvé cette boussole-alidade du général Peigné

mardi 7 janvier 2020

Toujours Charlie...

C'était il y a cinq ans et nous ne les oublions pas.

Certains si : à la pèche aux voix là où il en reste, une partie de la gauche perd son âme, fricote avec les salafistes et défile avec eux, a oublié le sens du mot laïcité, et serait prête à condamner le blasphème...

Certains traitent les forces d'ordre de barbares, rêvent d'un pays à feu et à sang, souhaitent une révolution pour mieux supprimer ensuite nos libertés comme ce fut le cas derrière le rideau de fer, ou comme ça  l'est encore derrière le rideau de bambous.

Je suis toujours Charlie car pour moi les religions foutent la merde partout et ne servent qu'à enfermer les individus dans des croyances débiles pour mieux les dominer et les contraindre. Et que dire de ceux qui se radicalisent pour tuer en criant Allah Akbar ?

Une pensée admirative pour ceux qui vivent depuis sous protection policière pour défendre notre liberté d'expression, le droit de caricaturer, le droit de se moquer, le droit de blasphémer, et qui font paraître Charlie chaque semaine...


lundi 6 janvier 2020

Des pleureuses

J'ai commencé l'année doucement en restant bien au chaud dans mon antre..  Des sorties quand même pour aller chiner ou comme hier, pour profiter de la journée gratuite du musée d'art moderne où une intéressante exposition raconte Käthe Kollwitz dont je n'avais jamais entendu parler. Au fil des salles je me suis dit que cette excellente dessinatrice avait dû être chiante à vivre, gémissant à chaque coup de crayon noir sur la misère de la classe ouvrière. Bien-sûr il y avait beaucoup de pauvres dans les débuts du 20e siècle, mais, si je m'en réfère à mon histoire familiale que la pauvreté n'a pas épargné, ma grand-mère, par exemple, a quitté l'école et a été placé comme bonne à l'âge de neuf ans, je n'ai pas le souvenir d'avoir entendu qui que ce soit se lamenter du matin au soir sur son sort, alors qu'ils ont, en plus, traversé deux guerres qui ne furent pas des moindres.
Au cours d'une conversation avec M., je lui ai montré un petit vase en terre cuite et un autre en verre, dont je pense qu'il pourrait s'agir de lacrymatoires, objets qu'il n'imaginait pas qu'ils pussent exister, en lui expliquant que pleureuse, finalement, ça pouvait être un métier.. Cette pauvre Käthe, c'est sûr, en avait fait le sien...

Pour revenir à des choses plus contemporaines, j'ai trouvé ces trois objets datant de l'époque où j'émergeais dans le monde. L'aluminium alors était roi... Puis vint le plastique..