vendredi 19 octobre 2018

Mélenchon, ce fêlé....

La séquence hallucinante que nous venons de vivre avec Mélenchon, le futur président de la 6ème République, ne m'étonne absolument pas et ne fait que confirmer de manière éclatante ce que j'ai toujours pensé du personnage dont je crois sincèrement qu'il a de graves problèmes psychologiques.  Voici quelques extraits parmi les innombrables commentaires que j'ai commis sur cet abruti...."

le 1er avril 2010  "A l'entendre répondre au jeune Félix Briaud , "petite cervelle", que je félicite pour son calme et son professionnalisme face à ce rompu des médias, je trouve qu'il devrait rapidement se reconvertir pour le théâtre des deux Ânes: il y réussirait mieux qu'en politique..."

le 28 mars 2013   "Mélenchon c'est l'artillerie lourde du populisme, les gros mots, la vulgarité, les idées basiques, les pseudo formules chocs, les menaces et le chantage et à voir cet olibrius dans ses œuvres, je me dis que Hollande n'a vraiment pas de chance avec un tel personnage sur sa gauche. Je suis convaincu que Marine le Pen lui damera le pion dans les grandes largeurs à leur prochaine confrontation . Mélenchon est grotesque, grandiloquent et dangereux pour son propre camp, et il serait peut-être temps qu'il s'en rende compte.... Quel  boulet....!"

le 16 octobre 2015 : L'ultra-gauche et une partie de la gauche vont continuer à hurler et Mélenchon nous fera son cirque habituel en appelant à recommencer les violences et à je ne sais quoi encore, en bon conseilleur non payeur qu'il est...  Mélenchon, lui, ne risque rien.  Mélenchon continuera de toucher ses indemnités de député tous les mois, dans les 6000 euros net, et j'aimerais bien connaître sa situation patrimoniale.... Je cherche sur internet  et je trouve « Le candidat du Front de Gauche est à la tête d’un patrimoine évalué à 760 000 euros. Il est propriétaire de sa résidence principale, un appartement de 76 mètres carrés près de la gare de l’Est, à Paris, d’une valeur estimée à 470 000 euros d’après Paris-Match. Il possède aussi une résidence secondaire de 150 mètres carrés dans le Loiret estimée à 250 000 euros. ». Il est blindé de thunes le Mélenchon, il peut envoyer les autres au casse-pipe...."

le 6 mai 2016  "L'utopie, parlons-en. Elle est venue au pouvoir au Venezuela. Le régime de Chavez  a voulu faire son grand redistributeur de richesses, et a été largement soutenu par Mélenchon et l'ultra gauche qui n'ont pas tari d'éloges à son égard  "Ce qu'est Chavez ne meurt jamais. C'est l'idéal inépuisable de l'espérance humaniste, de la révolution", a martelé le coprésident du Parti de Gauche, précisant "il n'a pas seulement fait progresser la condition humaine des Vénézuéliens, il a fait progresser d'une manière considérable la démocratie".

Le 8 mai 2017 : Mélenchon lui ne dansait pas et son bras droit Alexis Corbière n'a même pas perdu un instant pour lancer des menaces en direct à la télé " tout cela va très mal se terminer", comme si ce président élu depuis quelques minutes devait déjà s'inquiéter de la fureur de ces partisans du ni ni, tout juste bons à remonter le peuple  pour prospérer sur ses frustrations."

Le 4 juillet 2017 : Dans le fond, le bolivarien Jean Luc Mélenchon a juste cent ans de retard, cent ans tout rond. Nous voilà revenus en 1917. Il veut faire sa grande révolution ouvrière, parle de résistance, n'assiste pas aux séances du congrès républicain, critique les médias, veut soulever le peuple et faire de la France un autre Venezuela...."

Imaginons qu'il réussisse. Guerre civile, élimination des russes blancs, massacre des élites politiques à  Iekaterinbourg  en 2018, nationalisation des terres agricoles, de l'industrie et de tous les médias, grande famine en 2022 avec des millions de morts. Décès de Mélenchon en 2023. Momification de son corps et enterrement dans un mausolée construit au milieu de la place de la Concorde renommée place Rouge. Corbière lui succède. Création d'une police politique. Construction des premiers goulags en 2024  installés au milieu de la forêt en Guyane et dans les îles Kerguelen. Rafles d'opposants et grands procès corbièriens. Arrivée de migrants en masse pour maintenir le niveau de la population. Signature des alliances bolivariennes, traité secret avec la Syrie. Disette. Le poids moyen des Français baisse en moyenne de 10 kg sauf pour la Nomenklatura, etc...."

 Eh  les gens !  Suivez ce bolivarien, foutez la merde dans la rue, cassez tout, manifestez contre tout, croyez ce qu'il vous raconte, et au bout du compte vous aurez ce que JE raconte.... Et si vous n'êtes pas convaincus, regardez ce qui arrive au pauvre Venezuela avec le chavisme, une variante du bolivarisme: ça se passe aujourd'hui et non pas il y a cent ans "

samedi 13 octobre 2018

Dur, dur...

Lienemann vient de quitter ce qu'il reste du PS pour fonder un nouveau parti où il n'y aura que de "vrais socialistes", c'est à dire elle toute seule. Il se trouvera sans doute des médias pour lui donner plus d'importance qu'elle n'a et lui offrir des heures d'antenne pour l'entendre gémir.
Elle n'est pas la seule à gémir et c'est fou le nombre de gémissements qu'on accumule chaque jour qui passe et pour qui reste  longtemps devant sa télé, il finit par être convaincu qu'il vit dans un monde absolument insupportable, injuste, où chacun est forcément malheureux tant la société est mal faite...
Personne ne parle des routes bien faites, des écoles gratuites, des soins que chacun reçoit,  des immenses forêts dans lesquelles on peut aller se promener, des magasins bien approvisionnés, etc....

En retournant voir  tout ce que j'ai déjà écrit sur les gémissements en tous genres, j'ai sélectionné cet extrait du 3 avril 2014 que je trouve toujours d'actualité :

"les gens qui viennent avec leurs problèmes me lassent très rapidement. Je préfère ceux qui viennent avec leurs solutions. Les dépressifs me fatiguent, m'exaspèrent. C'est tellement facile de gémir, de critiquer, de se plaindre. J'ai fait un tour des blogs politiques de gauche, c'est ce qu'ils sont devenus, des machines à râler, des râloirs, à se lamenter, des lamentoirs, à  démonter, des démontoirs, à douter, des doutoirs.
 La gauche, avec une sorte de fascination morbide, est en train de se découper en lambeaux et entreprend, dans la ferveur, une agonie qui va encore durer trois ans. On se croirait un vendredi saint à Lourdes, avec même l'espoir d'un miracle.
Je ne peux pas m'empêcher de penser à un ami dans la chambre duquel il y avait un grand crucifix ancien de toute beauté, chose absolument anachronique vu ce qui se passait dans le lit et qu'il était incroyant, et quand je lui ai demandé pourquoi il avait ça, il m'a répondu qu'il avait trouvé que le Christ souffrait bien et ça lui avait donné envie de l'acheter...
 C'est à ça qu'on se rend compte combien on est imprégné par notre culture judéo chrétienne: il faut avoir ses souffrances. Sans souffrance vous n'êtes rien. Vous voulez intéresser? Gémissez! Vous voulez exister? Critiquez! Vous voulez plaire? Râlez!
 Je trouve que  l'effort et le travail sont plus positifs que  la souffrance et la lamentation. Et il est certain qu'on s'en sortira en s'attaquant aux problèmes plutôt qu'en gémissant. Alors, qu'on rende des marges de manœuvre aux entreprises, qu'on devienne créatif, qu'on monte en gamme pour exporter la qualité française, qu'on innove dans la biologie, les nanosciences, qu'on découvre la batterie à haute capacité de stockage, qu'on exporte du TGV, qu'on commence ta transition énergétique, qu'on développe la recherche, bref qu'on aille de l'avant en croyant à demain..."

Cet étrange objet, la miniature d'une presse, est sans doute un cadeau de départ en retraite et a été joliment fabriqué pour l'occasion par l'un des amis du retraité...

mercredi 3 octobre 2018

Bref...

Collomb a manqué d'élégance avec son départ ultra précipité, mais il semble aussi que Macron manque quelque peu de fibre humaine, de compassion, d'empathie et que les expériences qu'il a vécues jusqu'à ses 40 ans ne lui aient pas donné les clés des rapports avec autrui.

J'ai souvent remarqué l'impression de toute puissance qui s'empare de ceux qui ont le sentiment de dominer les autres  leur fait perdre la nécessaire humilité et l'indispensable modestie qui permettent d'entendre et d'écouter, et, bien que cette déficience puisse se corriger par un grand savoir faire, il me semble que notre Macron n'a pas vécu assez d'aventures en tous genres pour enrichir suffisamment son expérience.  La Brigitte a pourtant dû l'encourager à aller picorer à droite et à gauche pour qu'il connaisse bien la vie, mais je crains fort qu'il se soit trop souvent réfugié dans sa relation maternante qui le rassure tant...

Voilà de la psychologie de foire, digne d'un diseur de bonne aventure, mais les démissions fracassantes de ses deux principaux ministres  posent bien des questions et suivant quelques réflexions de Coulomb, on a  le sentiment que le Roi est entouré de courtisans qui le caressent dans le sens du poil et n'osent pas le contredire quand il le faudrait.

C'est inquiétant.
Il a fait des choix stupides: la suppression de la taxe d'habitation, ce que personne ne lui avait demandé et qui n'est qu'une simple promesse de campagne qui lui est apparue peut-être au cours d'un songe, il veut vendre des bijoux de la République comme les aéroports de Paris, la Française des jeux, il laisse refiler le déficit, reportant du coup le retour à l'équilibre du budget à la Saint Glinglin, il défiscalise les heures supplémentaires ce qui, comme chacun sait, coûte deux fois, mesure sarkozienne que Hollande avait eu le courage de supprimer.

Je deviens donc dubitatif. Nous avions eu cette chance d'avoir élu un  jeune président doué et entreprenant dont je pensais qu'il allait, au bout du compte, après bien des efforts consentis par les Français, ramener le budget de l'Etat à l'équilibre, promesse qu'il a faite mais qu'il ne tiendra jamais...
Cette perte de son aura nous vaut de revenir dans la politique politicienne. Les oppositions, sidérées quand il a pris le pouvoir, commencent à reprendre de la voix et nous affligent de leurs critiques systématiques à la moindre occasion qui se présente. Le Pen, Mélenchon, Wauquiez et tant d'autres, veulent que Macron échoue, qu'il se vautre lamentablement, et font tout pour braquer le peuple contre lui.

Qu'aurait-on à gagner de la faillite de nos gouvernants? Rien. Notre société est extrêmement complexe, ne peut fonctionner qu'avec des règles et de l'ordre d'autant qu'elle est très sensible à l'effet papillon. Macron échoue, nous y perdons tous...
Alors, souhaitons que les choses s'arrangent. Souhaitons plus d'humilité et de modestie à notre président s'il en manque... Et espérons que ceux qui ont en charge le char de l'Etat y croient encore...