samedi 19 janvier 2019

De Macron

J'ai regardé pendant un moment, hier,  la prestation de Macron face aux 600 maires d'Occitanie. C'est quand même du grand art. Ce mec, il touche. Il est clair dans sa tête, il maîtrise particulièrement bien les sujets, il a une mémoire encyclopédique et tout est marqué par une cohérence globale, ce qui me fait dire qu'il sait où il va et qu'il regarde bien les choses en face. Je trouve qu'on a de la chance de l'avoir et que ceux qui passent leur temps à le décrier, souvent d'un manière vulgaire, voire ordurière, feraient mieux de se demander de quoi ils seraient capables s'ils étaient à sa place.
Pour ne citer que cela, quand il a abordé le problème de l'énergie électrique, d'une manière très brève, il a tenu à faire remarquer que le problème de l'énergie intermittente c'était son stockage. Et donc il a dit en passant qu'il avait incité des grandes entreprises à lancer leur recherche sur la batterie. Tout à fait d'accord avec lui, c'est ce que je notais déjà le 25 juillet 2012. Quelques petites minutes extraites d'un échange de 6h30 mais qui montrent qu'il a repéré les points durs et qu'il prépare bien l'avenir...

Le pâle Mélenchon pour toute réponse a demandé aux insoumis d'aller s'installer sur les ronds points. D'autres lancent déjà une polémique en demandant  que la durée de ces rencontres avec les maires, il a projeté d'en faire 13, soit décomptée du temps de parole de la République en marche pour la future campagne électorale des Européennes.

Les gilets jaunes vont réunir quelques milliers de personnes aujourd'hui, ils vont prétendre représenter le peuple tout entier, ils casseront certainement beaucoup. Ils ne me représentent pas. Cette France là n'est pas la mienne : j'aime construire, j'aime l'effort, j'aime l'intelligence.

Bravo Macron ! Tenez bon, président...


jeudi 17 janvier 2019

Du débat...

Toujours pas lu la lettre  aux 35 questions de Macron, mais j'ai vu cette réunion avec 600 maires qui  lui ont fait une standing ovation à la fin de 6h40 de dialogue.
Pour tout dire, j'aime bien les petites phrases de Macron quand il regarde le monde tel qu'il est et qu'il ose le dire. Les dogmatiques s'en emparent aussitôt pour essayer d'exister en créant une polémique de plus et râlent parce que Macron appelle un chat un chat, un tricheur un tricheur, un fainéant un fainéant. Pour ces dogmatiques le monde réel n'existe pas, ils vivent dans un univers fantasmé.


Le plus étrange c'est que les quelques politiques à qui j'ai pu parler en privé sont parfaitement conscients  des réalités du terrain, mais jamais ils n'oseront mettre le doigt sur ce qui risque de déranger. Il y a un langage politique qui fait qu'on ne confronte jamais directement le citoyen au monde réel, et tout se passe dans un monde bisounours où pour exister le politique lèche l'électeur moyen en le flattant, en le plaignant et en lui promettant sans cesse.  L'électeur est devenu un sujet idéalisé qui n'est jamais confronté aux dures réalités des chiffres. Portant ils sont là.

De ces chiffres on peut extraire des réalités qui peuvent déranger:

Le niveau de vie des 20% des Français les plus pauvres est augmenté de près de 75 % grâce à la redistribution. Leur revenu mensuel moyen passe de 560 € à 960 € sous l’effet de la redistribution.

L’impôt sur le revenu n’est payé que par 44 % des ménages et, parmi ces 44%, ceux qui ont des revenus plus élevés sont soumis à des taux d’impôts plus élevés.

Le niveau du coût du travail, notamment en raison des cotisations sociales, est plus élevé en France que dans de nombreux autres pays développés (fin 2018, le coût moyen de l’heure de travail dans l’industrie et les services marchands est de 38,3€ en France contre 36,6€ en Allemagne, 28,1€ en Espagne et 25,6€ au Royaume-Uni). Cela pèse sur l’emploi en France et sur la compétitivité des entreprises, c’est-à-dire sur leur capacité à gagner des parts de marché et de nouveaux clients, car le coût d’un salarié est plus cher qu’ailleurs. De même, la fiscalité des entreprises françaises est aujourd’hui supérieure à celle de leurs concurrentes étrangères.

Les finances publiques de la France sont marquées par le niveau de dépense publique le plus élevé des pays développés lorsqu’il est rapporté au produit intérieur brut (PIB). La dépense publique s’est élevée à 56,5 % du PIB en 2017.

Les dépenses régaliennes de l'Etat, défense, sécurité, justice, ne représentent   que 6% du total.
Le coût de la vie démocratique, Sénat, Assemblée nationale, etc.., ne représentent que 0,1 % des dépenses... 

Je pense que le grand débat va être utile. Il va obliger les gilets jaunes à se confronter aux chiffres au lieu de faire des propositions idiotes et dénuées de sens. Enfin on peut l'espérer, parce que la bêtise est souvent tenace.. Nous verrons bien...




mardi 15 janvier 2019

la photo du mois

Le thème du mois : drôle(s) de machine(s)




Détail du calibre  sur une base Venus 188, avec  une modification maison, d'une montre mécanique Butex à complications des années 50.  Elle donne l'heure, le jour, le quantième, le mois, les secondes, les phases de la lune et fait chronomètre.
Une drôle de machine...!

Ont également participé :

lundi 14 janvier 2019

De l'effort....

Macron vient de publier sa lettre aux Français et, bien sûr,  les opposants et les sinistres gilets jaunes critiquent à tout va. Je ne vais en dire ni bien ni mal, je ne l'ai pas encore lue.  Je suis resté à l'étape d'avant....

Quand Macron a parlé d'efforts, ce fut le même déferlement de critiques. Pourtant je ne peut qu'être d'accord avec ce qu'il a dit :
« Parfois on a trop souvent oublié qu'à côté des droits de chacun dans la République - et notre République n'a rien à envier à beaucoup d'autres - il y a des devoirs. Et s'il n'y a pas ce sens de l'effort, le fait que chaque citoyen apporte sa pierre à l'édifice par son engagement au travail, notre pays ne pourra jamais pleinement recouvrer sa force, sa cohésion, ce qui fait son histoire, son présent et son avenir. »

En matière d'effort j'ai toujours connu mes parents se débrouiller par eux-même. Mon père a construit entièrement sa maison seul avec l'aide de ma mère et un peu de la famille. Je me souviens d'un jour en arrivant chez eux, où je fus accueilli par un "tu tombes bien, on a prévu de couler la dalle" ce qui a signifié 35 bétonnières à remplir à la pelle, la mise en oeuvre à la brouette et deux jours et demie de travail.
Personnellement je n'ai jamais rechigné à changer un moteur, à refaire une installation électrique, à installer une cuisine, à poser du placo, etc...  Aide toi et le ciel t'aidera...
Attendre des allocations pour vivre n'a jamais fait partie de notre culture familiale.

Les sinistres gilets jaunes critiquent abondamment les élites. Mais qu'ils essaient de se passer des élites pour voir. Qu'ils aillent chez le guérisseur du coin pour se faire soigner, qu'ils enseignent aux-mêmes à leurs enfants, qu'ils ressortent les voitures à cheval pour se déplacer, qu'ils cultivent leurs jardins et élèvent leurs bêtes pour se nourrir, qu'ils aillent chez le charron pour entretenir leur véhicule....

Ils n'ont pas conscience de tout ce qu'ils doivent aux élites qui organisent, gèrent la société et la font progresser. De leurs ronds points, qu'apportent-ils aux autres, sinon que des gémissements en attendant des aides qu'on leur devrait. Sinistres gilets jaunes...

Je n'ai rien contre une répartition des richesses, mais je n'ai pas envie non plus de vivre en URSS, en Corée du nord, à Cuba ou au Venezuela, et la moindre des choses, c'est que le talent soit récompensé. La France  ne peut pas redistribuer plus qu'elle ne le fait maintenant...

Attendons la suite. Ce qu'il y a de bien, c'est qu'il y a des élections en vue et que ce jour là nous pourrons nous compter, et j'espère que Macron fera un bon score....


Cadenas berbère

vendredi 11 janvier 2019

Micro news

De retour d'une semaine de voyage avec ma fille. Nous avons fait le tour de la famille. Revu mon fils, son épouse, les petits. Passé quatre jours en l''Île. Je suis rentré avec elle ne me voyant pas rester seul là-bas alors qu'il fait moche et qu'il n'y a pas grand chose à faire..

Le petit est devenu très fort au diabolo. Il poursuit l'apprentissage du piano tranquillement et passe beaucoup plus de temps sur sa tablette. La petite entre doucement dans l'adolescence et commence à devenir impénétrable...

Nous avons trouvé l'Île déserte et froide tandis que l'hôtel du Palais est sous les bâches.

Ce fut quand même l'occasion d'oublier un peu les sinistres gilets jaunes qui tirent la France vers le bas. Demain ils vont de nouveau casser et détruire...




lundi 31 décembre 2018

Du dernier jour de l'année

Dernier tour aux Emmas de l'année. Histoire de prendre l'air et de rapporter des choses inutiles. Je suis champion à cet exercice avec d'improbables vases et des objets que je chine parfois ici ou là, à l'instinct, me disant que ce n'est pas mal,  que ça a de la gueule, laissant à mes recherches ultérieures le soin de les identifier. Quelques fois j'ai d'heureuses surprises

Ainsi il m'a fallu un an pour savoir que ce morceau  de bas relief  à trois registres faisait partie d' une frise de stupa, monument où l'on conserve des reliques de Bouddha, provenait de l'ancien royaume de Gandhara et était vielle de 1800 ans environ.




Ainsi hier, cette boîte cube en inox et plexiglas qui m'intriguait depuis trois mois a retrouvé son créateur, Alessandro Albrizzi, un designer italien des années 70, amateur de lignes hyper épurées.



Je partage beaucoup plus de sérénité avec mes objets qui me font voyager dans le monde et dans le temps, qu'à regarder la société telle qu'elle évolue, jusqu'à être choqué par cette couverture du Monde où, pour que la similitude  saute aux yeux, j'ai retourné l'image d'Hitler due au même créateur, Lincoln Agnew. Où va-t-on?  La confusion des esprits est totale et nous entrons dans une période d'une violence tragique, tant sur les réseaux sociaux que chez les institutionnels qui nous avaient pourtant habitués à plus de modération et de finesse d'analyse.



La crise des gilets jaunes, par ses débordements, sa vulgarité, son irresponsabilité, sa sur-médiatisation, commence à nous entraîner vers les bas fonds de désordres beaucoup plus graves : la CGT appelle chaque jour à la grève générale, des généraux deviennent factieux, le parti socialiste soutient tout et n'importe quoi, Wauquiez a définitivement sombré, l'affaire Benalla continue ses ravages et Marine Le Pen attend tranquillement son heure.

Depuis ce matin, les télés d'info en direct nous rabâchent déjà leurs commentaires sur les futurs vœux du Président de la République en soulignant leur aspect crucial en cette période troublée où les valeurs essentielles de ce qui nous rassemble sont complètement remises en cause.
Je n'attends pas grand chose de cet exercice difficile. Les télés d'info en direct interrogeront ensuite tous les mécontents qui diront tout le mal qu'ils pensent de ce quadragénaire qui  "n'aura pas répondu aux attentes du peuple français".... 

Je ne vais pas déjà pronostiquer les difficultés qui nous affaibliront en 2019. Elles ne manqueront pas et risquent de nous entraîner beaucoup plus bas encore.. 

Pour ce qui concerne ma famille et moi-même, nous avons eu notre dose en 2018. Je peux raisonnablement espérer que 2019 sera meilleur. Je vais d'ici quelques jours descendre voir mes petits enfants. Je suis resté bloqué ici six mois et j'imagine qu'ils auront grandi....

Je souhaite à chacun d'entre-vous un joyeux réveillon et une bonne année 2019...



samedi 22 décembre 2018

J-3

Sondé au téléphone par l'Ifop ce matin, des questions très précises sur les Gilets jaunes - ma réponse :"ils me cassent les couilles"-, des questions sur l'ouverture de la phase de concertation,  sa transparence, les résultats qui en sortiront, mes espoirs, mes votes... J'ai donné des avis positifs, tournés vers l'avenir car il faut quand même mieux croire au progrès et au succès de ce qu'on tente plutôt que de passer sa vie à gémir de tout et à se plaindre. Je ferai sans doute partie des 10% qui soutiennent encore Macron, mais j'ai très sincèrement envie qu'il réussisse et qu'il modernise notre pays. Jusqu'à preuve du contraire, c'est notre meilleur espoir.



Pour ceux qui aiment faire des comparaisons avec les pays voisins, cette carte des taux de pauvreté des retraités en Europe montre qu'il vaut mieux être Français. Mais il est vrai que j'ai entendu à la télé des retraités avec 2300 euros de pension par mois gémir et se plaindre de tout. 

Croisé ce matin une connaissance qui s'était affublé d'un bandeau jaune au bout d'une manche. Il m'a confirmé qu'il était gilet jaune, après quoi je lui ai demandé s'il n'avait pas honte, question qu'il m'a aussitôt retournée dans les gencives. Ceci dit je ne suis pas très sûr que son homosexualité soit bien tolérée par ce mouvement dont j'ai l'impression qu'il se fascise de plus en plus...

Nous avons brillamment franchi le solstice. Noël n'est pas loin.  Espérons que le petit Jésus dans sa crèche saura calmer les esprits. Pour un temps...




lundi 17 décembre 2018

Du gauchisme

L'association à laquelle j'adhère m'invite en tant que membre à soutenir les migrants  et à défiler aux flambeaux ce soir sur le pont frontière à Hendaye pour la liberté de circulation de tous les migrants et l'égalité des droits, en compagnie de la CGT, du NPA, du FSU, du PCF, d'ATTAC, des amis de Karl Marx, d'EELV, des Insoumis et d'autres organisations de gauche et  d’extrême gauche.

Oups!

Si j'en crois les statuts de la dite association, elle "a pour but de développer des actions sportives, conviviales, culturelles, festives, sociales, militantes et de prévention en faveur des LGBT + ( lesbiennes, gays, bi et trans) et leurs ami-e-s en Sud Aquitaine, et de lutter contre l’homophobie , la transphobie et les discriminations. L’association organise la marche des fiertés ou Lesbian Gay Pride  et œuvre pour l’égalité des droits."

Les statuts précisent  ensuite que " l’association n’a pas d’engagement politique, ni philosophique, ni religieux et ne poursuit aucun but lucratif. Aucun membre ne pourra engager l’association au service de ses convictions personnelles"

Bon! Je constate qu'il y a un dérapage gauchiste de l'association dans lequel, moi gay plutôt au centre, je ne me reconnais pas. Chacun, bien entendu  peut faire les choix personnels qu'il veut, mais réunir des gens dans une association crée un certain nombre de devoirs.  L'homosexualité est une sexualité qui n'est ni de gauche, ni de droite, mais qu'on retrouve partout, dans tous les milieux, chez tous les peuples. Je vais donc ne plus  adhérer à cette structure qui a pris une orientation politique, incompatible avec ses buts et ses objectifs, et qui me nie dans mes convictions.

Je tiens à préciser que l'association est dans son rôle  quand elle vient en aide à une soixantaine de migrants homosexuels qui fuient leurs pays chaque année " en raison de leur orientation affective ou leur identité de genre", mais de là à s'engager pour une libre circulation, c'est à dire une colonisation à l'envers de l'Europe par l'Afrique, il y a un pas qui devrait pas être franchi.
Les migrations sont un problème insurmontable que les communes, les préfectures, l'état  n'arrivent absolument pas à gérer et je pense qu'il faut en assurer le contrôle strict conformément à la loi.  Un débat national va être lancé sur le sujet et ce qui va en sortir confirmera , j'en suis convaincu,  la politique actuelle, voire même la durcira..

Outre les problèmes que cela pose pour l’accueil et l'improbable intégration des arrivants, cet afflux migratoire nourrit les populismes de l'Europe entière et Marine Le Pen en fait son beurre sans faire le moindre effort. Les prochaines élections européennes vont être catastrophiques à cet égard.  La gauche va être laminée, en raison en particulier de ses positions idéologiques complètement déconnectées des réalités.

Le pire, il me semble, dans ces arrivés en bus par la frontière espagnole d'une centaine de migrants chaque jour, essentiellement des migrants économiques, c'est qu'ils proviennent  de Tunisie, du Maroc, d'Algérie, du Mali, du Burkina Faso, et d'autres pays musulmans africains où l'homosexualité est fortement combattue, souvent punie et où l'homophobie forme le socle culturel des gens qui y vivent.   Quand ils migrent chez nous ils restent homophobes et ne changeront pas.
Et donc l'association en adhérant au principe de libre circulation, en soutenant  le flux par Hendaye des 35000 arrivées annuelles de migrants dont, allez,  80% sont homophobes, l'association ne fait qu'aggraver la situation des homosexuels qui vivent en France et qui sont de plus en plus agressés chaque année.
C'est par là que le gauchisme trouve ses limites...


dimanche 16 décembre 2018

De la machine..

J'ai terminé mon stage avec cette machine.

Il me restera en souvenir les trois points tatoués qui permettaient  aux opérateurs de me positionner de manière très précise par rapport à des rayons laser, position encore affinée au millimètre, après un scanner exécuté en début de chaque séance, par de petits déplacements de la table sur laquelle j'étais allongé, le slip à moitié baissé. Ensuite la zone à  traiter était irradiée par un immense bras piloté par ordinateur qui faisait une rotation complète autour de moi. Une dose de deux grays.
Durée totale environ 10 minutes sans bouger, seul dans la salle.
Le centre, doté de trois machines de ce type, se trouve au sein d'un hôpital catholique. J'aurais préféré aller dans le système public, mais à partir du moment où j'ai choisi complètement au hasard mon urologue, celui-ci m'a orienté vers les gens qu'il m'a présenté comme les meilleurs.
Les soins étaient tout à fait à la hauteur et dispensés avec beaucoup de gentillesse.
J'ai  eu droit au début du traitement, ( tout comme  P. qui a aussi été hospitalisé dans cet hôpital ) à un petit entretien sur les différents soutiens psy que je pouvais demander, lequel entretien a rapidement débouché sur  mes relations avec la transcendance. J'ai bien entendu dit à la dame que je n'étais pas croyant tandis qu'elle essayait de me démontrer toute la force que lui donnait sa foi. Nous avons ainsi discuté gentiment  une bonne dizaine de minutes dans le respect total l'un de l'autre.

Les trois machines tournent du matin au soir, ce qui donne un petit côté industriel au centre, avec les arrivées, les attentes des patients, les sorties, les rotations des Véhicules Sanitaires  Légers, les consultations, les secrétaires, les plannings détaillés que chacun reçoit, les retards, les pannes de machines parfois, engins très sophistiqués.

Notre système de santé, en plus de ce traitement de pointe, m'a offert le transport pour aller et revenir de mes soins. 20 à 25 minutes de trajet en ce qui me concerne. J'ai discuté avec un patient qui venait de plus de 100 km ce qui lui prenait au moins trois heures en tout et ceci pendant 38 fois successives...

Mes chauffeurs étaient tous maghrébins, comme pratiquement tous les chauffeurs de taxis sur Strasbourg. Brillants conducteurs, connaissant particulièrement la ville, très habiles à prendre des petites rues pour éviter les bouchons, nous avons causé de choses et d'autres pendant les trajets. L'un d'entre-eux était doté d'une belle culture et un autre d'une extraordinaire mémoire. Au moment de l'attentat j'ai remarqué qu'ils étaient un peu tendus, mais nous avons soigneusement évité le sujet.

Voilà  quelques mots  sur un mois et demi de ma vie. J'ai ressenti peu d'effets secondaires mais je me suis quand-même  mis au riz. Peut-être un peu fatigué aussi...

Je voudrais terminer en disant que j'apprécie toute la chance que j'ai de vivre ici en  France et de recevoir gratuitement tous ces soins de haute qualité grâce à un système de santé que beaucoup nous envient.  Si quelques-uns se demandent où passe l'argent, il est là en particulier...


samedi 15 décembre 2018

La photo du mois

Le thème du mois : quotidien.



Extrait de ma célèbre série " les petits métiers d'aujourd'hui ", voici " les peintres de pavés ", des fonctionnaires minutieux, chargés d'embellir notre quotidien, qu'on découvre ici en pleine action....

Ont également participé :