lundi 24 janvier 2022

Du rassemblement de la drouâte..

Zemmour se veut rassembleur de la drouâte tout en voulant limiter nos droits au kebab dans nos campagnes :  « Je ne veux pas de Kebabs dans les villages de France »   Cannes ( 22/1/22).  Interdire le kebab est-ce bien raisonnable ?

Cette drouâte rassemblée connait son premier grand succès, Gilbert Collard vient de passer à Zemmour. Il lui apporte ce plus de finesse, de grâce, d'élégance, de poésie et de charme qui lui manquent tant...


Par contre, erreur d'aiguillage, Jean Pierre Pernaut ne dit pas non à la politique, mais avec Ducon Gnangnan. La drouâte se disperse, je trouve...


Petits règlements de compte entre les anciens amis. La drouâte rassemblée  se ramasse des peaux de bananes...


En attendant le ralliement de  Marion - Maréchal, me voilà -  ce qui serait le Graal pour Zemmour, les grandes valeurs chrétiennes  éternelles reviennent...La drouâte se régénère...

jeudi 20 janvier 2022

Quatre minables et un enterrement !


Quatre minables ont, hier au Parlement européen, montré qu'ils n'avaient rien à cirer de l'Europe et que leur seul objectif était de déshonorer la France !
L'Europe a découvert avec stupeur le niveau calamiteux  de l' opposition en France. 

Je cite les noms de ces calamiteux: Jadot, Aubry, Bardella  Bellamy,!

J'aimerais bien que Jadot, avant de brailler partout "urgence climatique" entreprenne quelques études pour comprendre au moins de quoi il parle !  Avec un tel ignare de la chose, on va partir "en urgence" dans des directions infécondes qui ne seront que des impasses financières et techniques. Il n'a aucune expertise à apporter dans ce domaine qui va engager des processus longs et coûteux de reconversion. La moindre des choses serait d'écarter ce braillard opportuniste de toute structure décisionnelle !

Je ne vais rien dire d'Aubry, tout juste capable de faire croire qu'elle existe.

Quant à Bardella, fils d'immigrés,  ce n'est pas avec sa licence de géographie inachevée qu'il va prétendre avoir les bases nécessaires pour gérer quoi que ce soit de l'Etat.  Accumulant  un baratin anti-immigration inépuisable, son appartenance au clan Le Pen  ne l'a pas oint de pouvoirs surnaturellement attractifs et  Jérôme Rivière, son collègue et patron  des eurodéputés RN est passé hier chez Zemmour avec armes et bagages. J'imagine l'ambiance qui doit régner dans ce groupe au Parlement européen.

Bellamy, opposé à l'avortement, on se demande ce qu'il fait dans une assemblée qui eut pour première présidente Simone Veil...

Je termine en  faisant remarquer à Valérie Pécresse  que la présomption d'innocence me semble être un principe fondamental et je n'ai pas changé d'opinion par rapport au tribunal médiatique. Ce que j'écrivais le 26 novembre dernier reste toujours valable et je lui exprime mon plus profond dégoût  pour son intervention face à Jean-Jacques Bourdin !

En photo une petite chose qu'a signée Alain Héribert Schmitt  inconnu au bataillon !  Souhaitons que Google en garde la trace !

mardi 18 janvier 2022

L'an 2000

Je poursuis tranquillement la lecture de mon année 2000. C'est assez répétitif, surtout la partie travail, mais j'aime relire mes aventures diverses et variées alimentées par une  belle libido. Et comme j'ai le goût des collections...
Un petit extrait vers avril 2000 :

"Nous avons fait les courses rapidement le matin . Il n’y avait pas trop de monde. Nous sommes rentrés assez tôt pour boire un café et pour aller à une brocante signalée par M.. Mais quand nous y sommes rendus ce n’était qu’une fête scolaire dans un collège situé prés des haras de Strasbourg. J’en ai profité pour rentrer dans les haras et outre les magnifiques bâtiments du dix huitième siècle, qui malheureusement sont en train de tomber en ruine par manque d’entretien, outre les deux ou trois canassons, derniers survivants de races de trait qu’on maintient en vie pour la conservation des gènes, il flottait une odeur de paille et  d’humide qui m’a rappelé les odeurs de ma prime jeunesse quand je vivais à la campagne. Les paysans  laissaient  tous les enfants  traîner dans les fermes,  aller d’une étable dans  une grange  et nous partagions ainsi la vie des habitants du village. 
Ces odeurs de paille mouillée, d’urine d’animaux, de crottin, d’herbe, de pluie, je les avais oubliées et dans le décor quasi champêtre du manège qui se trouve à l’intérieur des haras, j’ai pu retrouver les sensations oubliées de mon enfance. Je suis ressorti à contre cœur car L. m’attendait dans la rue, mais je me promets de revenir un jour ou l’autre me replonger dans mes souvenirs. Plus rien dans les campagnes aux alentours de Strasbourg ne ressemble au village des tous débuts de ma vie : les animaux ne paissent plus, il n’y a plus d’attelages de chevaux et les villages rivalisent de propreté, d’équipements, de chaussées aménagées, alors qu’il restait encore nombre de chemins de pierres  et de boue dans la campagne de ma petite enfance. 
Pour ne plus jamais en voir dans les prés, on se demande s’il existe encore des vaches alors qu’on boit du lait tous les jours. Mais les formes diverses que prennent les produits agricoles, revus et corrigés après toutes les transformations que leur fait subir l’industrie agroalimentaire nous écarte chaque jour davantage de la présence de la nature. Maintenant que tout est sous plastique, calibré, reconditionné, coloré, enrichi de choses et d’autres,  on ne sait plus qu’à l’origine des tranches de jambon il y a un porc qui a vécu quelque part, ou qu’à la source du yaourt double crèmes enrichi de parfums artificiels il y a le lait d’une vache stabulée dans un hangar immense et nourrie avec des farines provenant des déchet de poissons péchés dans un océan. 
On supprimera bientôt les océans comme on a supprimé les pâturages et après le lait en cube, le poisson en carrés, le chocolat en triangle, nous auront les œufs en cylindre, le vin en boule, les steaks en plaque, les frites en tube... Tout notre monde s’éloigne chaque jour des réalités  de la nature et, retournant dans le passé avec ses vieux bâtiments, ses toitures effondrées, ses pavages en galets, ses rigoles, ses petites fenêtres, ses odeurs , sa boue, tels que je les ai revus en rentrant par effraction à l’intérieur des haras. j’ai pu avec nostalgie mesurer le temps qui a passé, ce dont j'avais complètement perdu conscience..."

dimanche 16 janvier 2022

Kriss

Je ne sais pas si je vais écrire un mot de la candidature Taubira, un mot des dérives de Zemmour, un mot de l'attelage Pécresse/Ciotti, un mot des dernières insultes de Jonluk, un mot des 400 ans de la naissance de Molière, un mot sur le prix aberrant de l'électricité, un mot sur le vote du pass vaccinal,  un mot sur le froid qu'il fait ?  Non !

Non, je vais juste écrire ce nouveau mot pour moi: kriss ! Le nom d'un  objet qui vient de faire son entrée au Sanctuaire. L'image explique le reste...

samedi 15 janvier 2022

La photo du mois

 Thème du mois :  les p'tits bonheurs du quotidien

Il se dégage toujours quelque chose d'un objet et ils racontent tous des histoires : quand, comment, pourquoi ont-ils été fabriqués, qui les a conçus, dans quelles conditions, avec quoi ? Ils sont beaux, ils sont utiles, ils sont laids, ils sont dangereux, ils ont tous une vie, un moment à passer avec nous, puis ils disparaîtront, comme nous.. Mon petit bonheur quotidien c'est d'être entouré de plein d'objets, les livres, les disques, les tableaux, les gravures, les photos... étant des objets, bien entendu... 

 Ont également participé :

mardi 11 janvier 2022

Des naufrages zemmouresques ...


Je ne sais pas quoi penser de la stabilité psychique de ce monsieur, mais, ça me semble évident, il a des problèmes. Peut-être veut-il anticiper sur son futur échec en disant que ce sera de la faute des autres, les journalistes en particulier, à qui il s'adresse dans ces tweets...

Imaginer ce concentré de haines à la tête du pays, ça fait frémir... S'il continue comme cela, il n'a pas fini de sombrer..

samedi 8 janvier 2022

Cas d'école

La situation de Valérie Pécresse est devenue un cas d'école. Suivant les sondages actuels, si elle veut avoir des chances d'être au second tour, il faut qu'Eric Zemmour soit présent au premier pour  diviser par deux les voix de Mémère...

De là quelques LR vont se dévouer pour parrainer le torrent de haine Zemmour en trouvant quelques excuses alambiquées  qui ne convaincront personne, toutes plus fausses les unes que les autres car aucun n'en dira la vraie raison : plomber Mémère.

Ça sera une étape. L'étape suivante va être de passer  devant tout ce beau monde. Zemmour va mener une campagne très agressive je pense, démolissant de manière systématique ses deux rivales qui n'ont pas fini d'en prendre, et le choix de Pécresse sera peut-être perdant finalement : Zemmour est tout à fait capable de lui passer devant.

Le problème de Pécresse c'est qu'elle a des allures de bourgeoise pète-sec avec d'étranges rictus du visage et qu'elle s'est entourée d'une équipe de hasbeen  qu'elle a sorti de la naphtaline et qui sentent tous un peu le moisi. Quand à ses capacités à être présidente, elle nous démontre d'un coup l'étroitesse de ses vues sur le monde qui l'entoure en ne choisissant que douze hommes et pas une seule femme comme conseillers, au point où cette affiche est devenue une vraie caricature..


Zemmour compte, lui, sur  ses qualités oratoires qui sont évidentes, et il râcle à présent dans toutes les directions, les femmes, les jeunes, les vieux, les jolies églises des jolis villages, les fondamentaux bistrots de la culture éternelle et chrétienne de la France, les adorables joueurs de foot, gloires de la France, les indispensables patrons, moteurs de l'économie, bref, tout le monde y passe sauf les homosexuels, les pauvres et les immigrés, vecteurs de tous les maux qui plombent notre belle société aux belles valeurs chrétiennes éternelles.

Mémère dans tout cela va faire ce qu'elle peut. C'est dire que ça ne va pas être grand chose. Mais elle a son fond de commerce de l'immigration qu'elle a su bien exploiter depuis des années, ce qui fait d'elle une candidate dangereuse pour les deux challengers. 

On attend la suite.

Pour illustrer les belles valeurs chrétiennes zemourriennes (se souvient-il que ce sont les juifs qui ont condamné le Christ à mort ?) cet achat de ce matin, flamboyant malgré ses deux cents cinquante ans...

vendredi 7 janvier 2022

De l'an 2000

Je ne sais pas trop si je vais aller au bout, c'est à dire corriger, améliorer, publier, mais j'ai commencé la relecture du journal que j'avais soigneusement tenu en l'an 2000, partant du premier janvier à zéro heure jusqu'au 31 décembre à 24 heures. J'aime bien ce que je relis, mais je ne suis arrivé que fin janvier et je sous-estime certainement beaucoup le côté répétitif d'une vie un peu, ou carrément  trash et décalée, mais que je peux espérer intéressante à plus d'un titre. J'ai toujours été obsédé par le sujet de mes traces et ce journal en est une.

Je vais  envoyer le texte brut à l'éditeur pour savoir s'il veux risquer un peu d'argent là-dessus, la correction étant un gros travail de trois mois au moins et ce n'est pas la peine que je l'entreprenne pour rien. Le journal fera dans les 700 pages à vue de nez, il y a un peu plus de 200 000 mots dont je pourrai mettre ici quelques extraits au fur et à mesure de ma progression.

Un premier extrait:

"FR3 au contraire passait une excellente émission sur la psychanalyse, bouleversante à certains moments en particulier quand parle cette vieille dame face à la mort. Tout cela m’a tiré de mes songes et m’a recalé un peu en face de moi-même. A l’écoute des uns et des autres qui étaient interviewés, je me suis replacé dans la trajectoire de ma vie, dans la quête de mes vérités, dans ma crainte de la mort, dans mes questions et dans mes doutes et, à l’ombre de cette soif de vrai, dans le plaisir que j’ai de vivre finalement. La bienveillante compagnie de ma complexe psychologie, toujours regardée par moi  comme si je me voyais de l’extérieur, m’a toujours tenu en éveil et en alerte face aux autres, m’a souvent protégé des autres, m’a fréquemment  impliqué avec les autres, m’a aussi quelque fois isolé des autres, mais souvent avec bonheur, car on n’est jamais aussi bien qu’avec soi-même…"

mercredi 5 janvier 2022

J'emmerde..

Macron, j'adore !  Ça  lui arrive de pousser mémère dans les orties et je suis certain que son "j'ai envie d'emmerder les antivax" a été dit de manière très consciente et très réfléchie.

Nous assistons en réplique  à un festival d'outrés à droite, à gauche, festival qui va bien sûr se poursuivre pendant quelques jours sur CNEWS, la téloche des Praud, Rioufol, d'Ornellas, ces grandes âmes qui furent longtemps chloroquinesques et raoultiennes et sont toujours bolloresques.

Je suis comme Macron, j'emmerde les non vaccinés, ceux qui coûtent maintenant un pognon de dingue à la Sécu à coup de 3500 euros la journée de réanimation,  obligent  à déprogrammer des opérations et des soins, obligent la police à débusquer les tricheurs, risquent de paralyser le pays, épuisent les soignants quand ils ne fomentent pas des révoltes comme en Guadeloupe ou menacent et attaquent physiquement des parlementaires..

J'emmerde les Taubira, les Mélenchon, les égarés LR, les Le Pen et tous ceux qui veulent râcler les voix des non vaccinés pour espérer  émerger dans une élection où ils sont mal partis.  Ces petits calculs électoraux face à la tragédie du covid ne leur rapporteront rien.

Il faut se faire vacciner, il faut se confronter aux réalités style Bogdanoff, et  oui, je n'en ai rien à battre que les antivax deviennent des citoyens de seconde zone.... Qu'ils assument...

mardi 4 janvier 2022

De la cour de récré..

Pitoyables députés Républicains qui  emmerdent le gouvernement avec des simagrées parlementaires foireuses de cours de récré. Ils s'en vantent même de ce coup du rideau :


Et pendant ce temps là des gens meurent du covid à l'hôpital comme les Bogdanoff qui avaient refusé le vaccin.

Je faisais, hier, une prise de sang. Arrivé au laboratoire le matin, devant la queue de 30 ou 40 mètre sur le trottoir j'ai préféré renoncer. L'après midi c'était plus tranquille. Comme je fermais la porte de la cabine de prélèvement, l'infirmière m'a demandé de laisser ouvert, à " cause du covid qui circule partout", et de me dire qu'elle l'avait eu récemment, que beaucoup de ses collègue étaient en arrêt. Elle a continué sur le rejet que lui inspiraient ceux qui ne voulaient pas se faire vacciner, m'a dit qu'elle n'en pouvait plus, tous propos que j'ai écoutés avec beaucoup d'empathie...

Mon frère de Paris, dans ses vœux m'a dit qu'un de ses amis de 72 ans venait de mourir du covid, ce qui l'a beaucoup affecté..

Oui, chers députés irresponsables, nous ne sommes pas dans une cour de récré...