samedi 18 août 2012

Je caniculise...

Par ces chaleurs je ne mets pas le nez dehors, et  j'enlève tout ce que je peux. C'est un des avantages d'être seul, on ne gène personne si on vit nu...
Je ne peux pas dire que j'hiberne mais c'est à peu près la même chose avec du chaud. Il faudrait créer un mot pour cela : "je caniculise" pourrait  faire l'affaire.
Alors, les pseudos polémiques du jour me passent largement au dessus. Les événements d'Amiens m'ont un peu interpelé, mais tant que Valls réagit de cette manière, tout va bien. L'ultra gauche braille  et voudrait qu'on se laisse envahir de Roms, qu'on ait des camps partout, et là encore je soutiens Valls qui juge  qu'on ne pas tout laisser aller et qu'un minimum d'ordre, de discipline, de sentiment d'être encore chez soi est nécessaire à toute société quelle qu'elle soit.
Mon immense paresse ne me permet pas de faire plus : je fond, je dégouline, je dors... C'est l'été dans ce qu'il a d'écrasant, d'intolérable, de vulgaire. Je respire encore, mais tout juste. Je caniculise...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire