mardi 9 août 2016

Billet de rien: des objets....

Trouvés aux Emmaüs de là-bas et ne sachant pas trop où les poser dans la Caverne en l'Île, un clystère, un soi-même et deux assiettes en étain, et je suis remonté avec tout cela au Sanctuaire qui n'a plus rien à perdre, d'autant qu' une des deux assiettes portait un reste de poinçon lisible indiquant qu'elle avait été fabriquée à Colmar et comme j'en ai quelques-une de cette ville là accrochées sur les murs du dit Sanctuaire, ça allait peut-être me permettre d'en identifier le potier...

G. est venu me visiter hier. Je lui ai montré le soi-même pour savoir s'il connaissait cet objet et je n'ai pas été déçu : "c'est un pulvérisateur de jardin! Qu'est ce qu'on fait avec cet embout là? Ça se démonte? C'est pour graisser quelque chose? De toute façon  je trouverai sur Google !..."
Je l'ai laissé repartir sans lui donner la solution. Quelques instants plus tard un SMS : " C'est pour les lavements "
Oui, c'est pour se faire des lavements tout seul sans avoir besoin de personne à une époque où on  se soignait comme cela, ou bien à coups de lancette, ou encore en avalant de la bave de crapaud... Les temps ont bien changé...

La première assiette a été reconnue ce matin comme ayant été fabriquée par Frédéric Doll qui a exercé à Colmar jusqu'en 1850.
Quand à la deuxième elle est riche d'indications.
Tout d'abord au dos trois poinçons qui se complètent, ici photographiés en lumière rasante :


Faisant la synthèse des trois, on peut déchiffer CARL SCALINI FEIN BLOK ZINN 1810.

Et ensuite cette inscription sur l'aile : KIRCHENPATERON ZU BERGHAUSEN 1849.


Donc  un potier d'étain d'origine italienne devenu maître en 1810, une assiette allemande provenant de Berghausen et utilisée dans une église. Je n'ai pas trouvé sur internet la signification du mot Pateron, et nulle trace du potier Scalini.... J'imagine que c'était un plateau pour faire la quête... J'attends de rencontrer mes amis bilingues pour leur demander ce qu'ils en pensent...
Reste un mystère. Comment une assiette en étain allemande provenant du fin fond du Bade Wurtemberg a-t-elle pu se retrouver sur la Côte basque?  Je pense que c'est une prise de guerre, un souvenir emporté par un soldat et que ses héritiers l'ont donnée à Emmaüs....  Une hypothèse qui en vaut bien une autre....

Aucun commentaire:

Publier un commentaire