mardi 29 novembre 2011

Chronique d'une catastrophe annoncée 10

Les mauvaises nouvelles s'empilent les unes sur les autres: 34000 chômeurs de plus en un mois, deux braquages à la kalachnikov en quelques heures du côté de Marseille, l'agence de notation Standard & Poor's qui va annoncer sous peu le placement de la note AAA de la France sous perspective négative, les ayatollah de l'écologie qui continuent d'attaquer les socialistes, l’extra-terrestre Placé sommant Hollande de "rectifier le tir"....
Voilà une semaine qui commence très mal et ce n'est pas fini. Nous sommes maintenant parti pour des années de galères, à commencer par une campagne présidentielle chaotique où l'on va assister à l'effondrement du sarkozysme quand la France perdra son triple A et quand l'euro va se mettre à tanguer dangereusement. C'est pour demain.
Je conseillerais à Hollande de ne faire aucune promesse, de n'engager aucune dépense, tant les secousses vont être rudes et la situation parfois incontrôlable: il faudra bien souvent gouverner à vue. L'arrêt des centrales nucléaire? trop cher, il faudra attendre, l'embauche de 60000 enseignants? pas les moyens pour l'instant. Les efforts devront se concentrer sur la stabilisation de la dette et le début de son remboursement si c'est envisageable. Reste le cortège de misères qui seront engendrées par une récession prévisible et l'augmentation des impôts. Normalement Hollande s'il est élu en 2012 ne devrait pas être réélu en 2017, tant les mécontentements seront nombreux, même s'il gère parfaitement et parvient à stabiliser la situation économique. Mais il faut bien que quelqu'un s'attelle à cette mission impossible et puisqu'il veut le poste, ça va être à lui de faire le sale boulot....

Aucun commentaire:

Publier un commentaire