mercredi 29 août 2012

Fin de cycle

Forte augmentation du chômage ce mois-ci, problèmes des roms,  la Syrie, la crise financière, le budget 2013, le coût de l'énergie, les sujets qui fâchent ne manquent pas et la cote de l'exécutif  chute fortement. Nous ne sommes plus dans la période antérieure des effets d'annonce mais dans le temps des choix et des décisions douloureuses. L'agitation du N_in avait pu convaincre une partie de l'opinion qu'il faisait toujours quelque chose, mais quand on voit l'héritage qu'il nous a laissé, formé essentiellement de dettes à rembourser, on devrait lui préférer la discrétion de l'exécutif actuel qui prépare des mesures courageuses en silence et qui, je l'espère, seront efficaces à long terme.
L'opposition, qui nous a mené dans ce naufrage depuis dix ans, critique maintenant l'exécutif à tout rompre. C'est assurément  manquer totalement de mémoire. On entend même des propos incantatoires qui réclament le retour du N_in. Je leur fais simplement remarquer qu'avant d'être un problème pour nous, le retour du N_in sera un problème pour eux....

L'été tire à sa fin. Hollande n'a pas eu d'état de grâce et son quinquennat sera  une période de purgatoire. Il voulait faire rêver les français, mais, décidément le réel nous plaque toujours au sol. Autant y faire face. Les gémissants vont être légion à commencer par le plus doué d'entre-eux, Mélenchon, la grande pleureuse pathétique toute dans le verbe mais jamais dans le pragmatique. On va entendre aussi les écologistes enfumés dans leurs vapeurs de cannabis dont on vient de démontrer qu'il affecte durablement le cerveau.

Internet a révolutionné nos vies. J'entendais quelqu'un dire à la radio qu'on choisissait maintenant son vol et sa compagnie parce qu'on gagnait dix euros sur le voyage. Il faisait remarquer que dans ce contexte Air France n'avait plus aucune chance. On peut étendre cette remarque à tout le secteur marchand . Les sites comparateurs de prix, armés par la puissance de l'informatique, orientent la consommation vers le moins cher et ce sont les produits au plus bas coût qui se développent. Conséquence inéluctable, on va produire de moins en moins en France. Dramatique pour l'emploi.

Notre seule échappatoire : l'innovation, la recherche, la qualité, le luxe, le haut de gamme, l'excellence. L'image de la France dans le monde est bonne. Nous avons  la Tour Eiffel, Versailles et le champagne. Il nous reste à trouver des produits innovants qu'on pourra vendre plus cher. Il est temps de relancer la recherche privée et publique et d'augmenter sa part dans le PIB pour des résultats qu'on peut espérer d'ici  dix ou quinze ans. En attendant, ça va être dur...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire