dimanche 15 avril 2018

La photo du mois

Thème du mois : la tête dans les étoiles..



Une photo tout à fait banale cette fois, mais elle illustre la lecture la plus passionnante de ma vie : l'Astronomie,  remise à jour et rééditée régulièrement par Flammarion, une tradition dans cette maison en souvenir d'un frère de son fondateur. Ça m'a pris tout un hiver autour de la quarantaine  pour, tant bien que mal,  en venir à bout. Un peu plus de mille pages en deux tomes grand format avec du texte, des chiffres, des tableaux, des équations mathématiques, des schémas  des graphiques, des photos, des certitudes, des hypothèses, des théories.

Cette lecture rend humble et modeste et relativise tout ce qui se passe ici bas..

Ainsi ce début d'un chapitre écrit par Bruno Morando : "Vu du système de l'étoile Alpha du Centaure (notre plus proche voisine avec Proxima du  Centaure )  le Soleil n'est qu'une assez belle étoile jaune de magnitude 0.5. (...)
Les "observateurs" centauriens constateraient qu'elle a un mouvement propre d'environ 4 secondes par an dans la direction du Cocher, mais il serait bien difficile de voir si ce mouvement propre est troublé par quelques corps massifs tournant autour de l'étoile. Observer de tels corps serait un exploit: le plus brillant aurait la magnitude 22 et serait tous les 6 ans à la distance maximale de l'étoile centrale soit 4 seconde d'arc !  Un autre corps de magnitude 23 serait à 7 secondes au maximum de l'étoile centrale mais une fois tous les 15 ans !  On a peut-être reconnu dans ces deux petites poussières Jupiter et Saturne. S'ils font si piètre figure vu d'Alpha du Centaure, ne parlons pas de la Terre qui, à moins d'une seconde du Soleil au maximum, serait complètement noyée dans ses rayons..."

Voilà. Nos plus proches voisins putatifs, distants de 4,3 années lumière ( ce qui fait environ 40 000 milliards de km ! ) par delà le vide qui nous sépare, n'ont aucune chance de savoir qu'on existe. Nous sommes bien seuls, perdus sur notre caillou, à nous agiter vainement. La Terre disparaîtrait que personne, absolument personne n'en saurait jamais rien.. Le vide sidéral est vraiment sidérant...!

Un  hommage, en passant, à Elie Faure...

Ont également participé:

9 commentaires: