vendredi 2 août 2019

De l'utilité des vieux...

Étonnant jeune homme qui est venu me voir hier pour la première fois. Après m'avoir raconté sur un réseau social comment son père se masturbait devant lui en lui faisant renifler ses chaussettes quand il avait entre dix et douze ans, il m'a demandé si je ne pouvais pas jouer le rôle et m'appeler papa pour réitérer cette scène dont il avait la nostalgie.

C'est ainsi que je ne suis retrouvé  caressant son visage avec mes pieds  en chaussettes déjà portées - il fallait qu'elles sentent un peu-  et le regardant peu à peu prendre son plaisir au fur et à mesure qu'il se déshabillait, suçait mes orteils et se masturbait. Il finit par avoir un bel orgasme et me remercia ensuite d'avoir pu reproduire cette scène fondamentale pour lui qui me laissa cependant complètement inerte, car je le suis définitivement..

Je lui ai répondu qu'il avait de la chance de m'avoir trouvé et qu'un psy ne pourrait pas lui en faire autant.. Ce à quoi il m'apprit qu'il en consultait un régulièrement. Je lui ai alors demandé s'il lui avait raconté cette scène avec son père. Il me répondit que non, ce à quoi je lui ai conseillé de le faire à la prochaine séance et même d'ajouter ce que nous venions de vivre dans le moindre détail. J'ai insisté en remarquant que les psy pouvaient tout entendre et qu'ils étaient payés pour cela.

Mais j'imagine qu'il ne le fera pas, trop peur d'écorner son image, pas assez en confiance, honteux peut-être, trop rabaissé par son père,  il a mille raisons de demander de l'aide sans oser dire pourquoi...

Ça me rappelle S. que j'avais rencontré alors qu'il était en profonde dépression et qui, de la même manière, suivi par une psy, ne lui avait jamais dit qu'il se travestissait  et qu'il rêvait, parfois et même souvent, d'être une femme. Je lui ai fait remarquer que ses séances ne servaient à rien puisqu'il n'abordait pas le cœur du problème. A ce qu'il m'a raconté, la psy n'avait rien vu de ses troubles profonds et elle n'osait pas non plus l'orienter vers d'éventuels désirs homosexuels refoulés.  Quoiqu'il en soit, nos séances à nous, très cul, lui en trav, ont dû, à l'époque, lui faire le plus grand bien, puisqu'au bout de quelque temps je n'entendis plus parler de lui..

Je ne sais pas pourquoi, mais je fais parfois ce genre de rencontre. Je suis pourtant vieux, barbu et chevelu de blanc. Mais peut-être que c'est cette différence d'âge, quelque part rassurante, qui attire des jeunes mecs en quête d'identité. Je peux tout entendre, allant jusqu'aux tréfonds des fantasmes refoulés, et je peux même y mettre de ma personne ce qu'aucun psy ne pourra jamais s'autoriser... Et donc, mes aventures continuent et, je l'espère, pour le plus grand bien des uns et des autres....

Trouvé cette petite gravure 18e.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire