mercredi 2 septembre 2020

Je suis Charlie...


Je n'ai rien dit sur Obono et sur l'article de Valeurs actuelles..
La seule remarque que je veux faire, c'est que les descendants d'esclaves sont en Martinique, en Guadeloupe, en Guyane et qu'ils ne réclament  pas leur indépendance qu'on leur accorderait dans hésiter s'ils la demandaient, tandis que les noirs qui sont en Afrique sont peut-être des descendants de ceux qui razziaient d'autres noirs pour les vendre à des négriers qui n'en ont capturés eux-mêmes que 2%. Présenter un dessin d'Obono avec des chaines est donc un non sens, puisque venant du Gabon elle n'est certainement pas descendante d'esclaves, sans parler du relent raciste qu'il pourrait avoir, ce qui sera dit par la justice, l'intéressée ayant porté plainte.
On peut aussi évoquer en passant la traite faite du 6e siècle jusqu'au 20e siècle, par des arabo-musulmans qui représente 40 % de l'ensemble.  

Aujourd'hui s'ouvre à Paris le procès des attentats islamistes de janvier 2015 à #CharlieHebdo, à Montrouge et à l'Hyper Cacher. L'occasion de rappeler le souvenir des 17 victimes, tuées pour ce qu'elles étaient : des journalistes, des policiers, des juifs. 
Un sondage nous apprend que 72% des «Français musulmans» sondés condamnent les attentats de 2015, contre 88% pour l’ensemble des Français.
Sur la publication des caricatures de Mahomet, les «Français musulmans» sondés sont 69% à considérer que les journaux ont eu tort (contre 31% sur l’ensemble de la population).
21% des moins de 25 ans ne condamnent pas explicitement les auteurs des attentats, le chiffre étant légèrement supérieur (26%) pour les jeunes musulmans interrogés.

Leurs noms et leurs photos...


Aucun commentaire:

Publier un commentaire