mardi 25 juillet 2017

Des fragilités....

En cours d'atterrissage..

Autre événement qui était inattendu c'est la découverte de l'addiction à la voyance d'une amie proche. Ses enfants ont été alertés par d'infimes indices, autant dire par rien, mais son fils, puisqu'il avait une procuration en bonne et due forme de sa mère, une chance inouïe, est allé  à sa banque consulter ses comptes  pour éliminer quelques doutes.
Ce qu'il a découvert est hallucinant! C'est le moins qu'on puisse dire.
Ça durait depuis plus de deux ans. Moi, personnellement je n'avais rien vu. Ils sont en train de faire le bilan qui pourrait s'élever à 20 000 euros.
Leur mère est dans une dépression profonde, mais ne laissait rien paraître, se réfugiant dans les consultations par internet, des consultations par téléphone, des abonnements sur des sites douteux basés partout sauf en France, prélèvements automatiques, crédits revolving, disparition des économies, etc, etc...  Le mois dernier presque toute sa retraite y est passée...

Ils ont réagi rapidement. Examen par un psy, ils lancent la mise sous tutelle de leur mère, blocage des prélèvements, suppression de la carte bancaire, blocage de certains numéros de téléphone, etc.., en attendant la réaction de ces monstres qui ne vont pas cesser de la harceler comme le racontent les forums de ceux qui sont tombés dans cette dépendance et qui sont parvenus à en sortir.

Tout cela, bien entendu, me rend très triste. Mais comme je  le dis plus haut, je suis en train d'atterrir, je reprends le cours ordinaire de mes jours, et je me félicite, puisqu'on peut toujours positiver,  que le problème ait été découvert à temps et que sa maison n'y soit pas passée...

Nos fragilités sont parfois immenses...

Autre système qui exploite les fragilités des gens, cette bonne vieille église catholique qui vient de nous relancer d'une lettre pour nous dire qu'elle avait récolté tant d'argent à la quête lors des obsèques de mon père, qu'elle avait décidé d'en concacrer une  partie, "selon la tradition", la messe de huitaine à laquelle, du coup, mon frère s'est cru obligé d'aller, qu'elle nous demandait nos instructions pour dire quelles messes à 17 euros ( j'ai trouvé que ce n’était pas cher, le Paradis c'est pour rien... )  nous souhaitions choisir dans le planning qu'ils nous proposaient.
Nous avions pourtant dit au prêtre, au cours de cette fameuse réunion, qu'il fasse ce qu'il veut de cet argent.  J'ai donc réitéré poliment avec l'accord de mes frères :

"Monsieur le curé,
Nous vous remercions d'avoir bien voulu nous donner le décompte de la quête qui a été faite durant la belle célébration des obsèques de notre père, laquelle nous a apporté réconfort et apaisement.
Comme nous l'avons dit, vous pouvez disposer de cet argent comme vous l'entendez.
Vous remerciant, nous vous prions d'agréer, monsieur le curé, notre respectueux souvenir."


Aucun commentaire:

Publier un commentaire