samedi 26 novembre 2005

N.

Repas hier soir avec N. dans un petit restaurant de la banlieue de S. L'andouillette mayennaise à la moutarde était parfaite, cuite à point, bourrée d'arômes, bien mariée avec un edelzwicker qui n'était pas des plus grands, mais tout à fait correct. N. avait pris de la tête de veau vinaigrette dont elle m'a fait goûter. C'était superbe également dans sa simplicité.


N. a franchi bien des caps dernièrement. Elle a pris d'importantes décisions. Elle part en retraite en mai prochain et ira vivre à Patmos, île perdue dans la mer Egée, là où l'évangéliste Jean s'est installé dans une grotte pour écrire l' Apocalypse.






"Et, après m'être retourné, je vis sept chandeliers d'or, et, au milieu des sept chandeliers, quelqu'un qui ressemblait à un fils d'homme, vêtu d'une longue robe, et ayant une ceinture d'or sur la poitrine. Sa tête et ses cheveux étaient blancs comme de la laine blanche, comme de la neige; ses yeux étaient comme une flamme de feu; ses pieds étaient semblables à de l'airain ardent, comme s'il eût été embrasé dans une fournaise; et sa voix était comme le bruit de grandes eaux. Il avait dans sa main droite sept étoiles. De sa bouche sortait une épée aiguë, à deux tranchants; et son visage était comme le soleil lorsqu'il brille dans sa force. "







N. a appris le grec. Elle pense pouvoir rester l'année entière sur sa petite île habitée seulement par quelques milliers de personnes qui se connaissent toutes et sont cruellement abandonnées à leur sort l'hiver par les temps mauvais. N. a des problèmes d'intendance: vider son appart d'ici, stocker quelques meubles au cas où, trouver une location là bas et s'installer dans une autre vie. Tout cela n'est pas simple et n'est pas évident...


Nous nous sommes racontés aussi nos amis, nos amours, nos vies...Quand nous nous sommes séparés, comme nous parlions de F., française expatriée qui habite aussi en Grèce, elle m'a dit: "c'est une des deux personnes que j'ai eu la chance de rencontrer dans ma vie". Naturellement je lui ai demandé quelle était la deuxième . Elle m'a répondu "c'est toi !". Je me suis alors écrié:" ne dit plus rien, c'est trop beau ce que je viens d'entendre". Et nous nous sommes quittés.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire