samedi 25 septembre 2010

Vinyls

Pluies intermittentes. J'ai quand même tenté les puces de Quintaou. Beaucoup de belles choses dont des assiettes de la Compagnie des Indes mais hors de mes moyens. Je suis cependant revenu avec cette pince à sucre, toute noire, ce qui ne manque pas d'un certain charme. On devrait, dans un service en argent, conserver une ou deux pièces noires en contraste avec les autres parfaitement astiquées....
Au chapitre des antiquités j'écoute en ce moment l'adagio per Archi ed Organo de Tomaso Albinoni, un titre qui nous avait seriné dans les années 60 (?) - c'était la musique de je ne sais plus quel film - et qui craque d'abondance, comme tout disque vinyl un peu usagé. Autre écoute vinyl, Django Rheinhardt, Rheinhardt, nom qui fleure bon l'alsacien avec une terminaison "dt" qui semble indiquer une appartenance à la religion protestante, disque mieux conservé que je passe juste pour faire chier Hortefeux, car le Django me semble un peu laborieux à la guitare, et de plus, ça a beaucoup vieilli tout ça...
Ces vinyls font partie de la dizaine que j'ai conservés, car devant faire de la place chez mon père, j'en ai au moins bazardé 500 à la déchetterie. Je les ai mis en tas près d'un container en espérant que certains sauront en profiter. J'espère ne pas les retrouver en vente sur une brocante...
Voilà les news tout à fait ordinaires d'un petit samedi entre deux eaux...
Je termine avec Jacques Loussier pour un play Bach de 1962 beaucoup trop craquant, mais qui n'a pas pris une ride...

1 commentaire:

  1. elle est jolie cette pince! jeter des vinyls, quel dommage !!!!!!!!!!

    RépondreSupprimer