vendredi 7 juin 2013

L'effet papillon

Nouvelle galère hier matin dans la banlieue nord de Paris. Un train heurte un camion à un passage à niveau : circulation interrompue. On nous incite à rejoindre la gare de Sarcelles St Brice en bus à partir de Garges  Sarcelles en nous assurant qu'il y aurait des trains au delà. Pas de bol, grève des  bus, trajet en bus super bombé. Arrivée à la gare, pas de navette de train et obligé d'attendre en fait le premier train partant de la gare du nord quand le trafic fut enfin rétabli... Trois heures pour parcourir dix kilomètres finalement...

J'étais avec ma fille. Quand nous fûmes enfin dans le train qui nous amenait à destination j'ai cru bon de lui faire part de mes réflexions sur la fragilité des systèmes, sur l’extrême complexité de notre société, ce qui la rendait très vulnérable, sur les blocages, les routines qui face à l'imprévu empêchent la mise en place de solutions, ce qui n'est pas le cas dans des sociétés moins évoluées plus efficaces dans la débrouillardise et l'improvisation. Chez nous les bas niveaux hiérarchiques ne prennent aucune initiative, pétrifiés peut-être par la peur de se tromper,  et les crises ne peuvent être efficacement gérées que par des sachants compétents, quand ils sont là au bon moment...Notre société hyper-densifiée ne fonctionne bien que dans l'hyper-organisation et l'hyper-programmation, et  à condition que tout le monde joue le jeu. D'où la redoutable efficacité des perturbateurs (un homme soûl donne un coup de poing dans le nez d'un contrôleur et tout s'arrête) et  l’émergence de l'effet papillon.
Notre société, particulièrement dans sa concentration francilienne, est de plus en plus  soumise à l'effet papillon, ce tout petit événement qui entraîne d'importantes conséquences. Ce matin c'était un dixième de  l'Île de France perturbée en heure de pointe par un accident de passage à niveau. Mais l'effet papillon se situe en amont. Qu'est-ce qui a amené ce camion sur les rails? Le chauffeur en retard, son réveil n'a pas sonné, a voulu gagner quelques secondes, un tuyau des freins est poreux, son fils a pleuré toute la nuit et il n'a pas pu dormir, sa femme le quitte et elle lui a annoncé la nouvelle la veille au soir...?  Des petites causes pour de grandes conséquences....

J'ai poursuivi mes commentaires des événements que nous venions de subir en remarquant qu'il serait bon de dé-complexifier la société, de diminuer le nombre et le niveau des normes, de rendre de la souplesse, de valoriser les initiatives, de limiter le  carcan informatique sans lequel elle ne fonctionne plus...  Vœux pieux dont j'ai mesuré instantanément la difficulté au fur et à mesure que je développais mes idées. Quels risques réapparaissent quand on supprime une norme ?  Car les normes, fruits généralement des retours d'expérience à la suite d'accidents ou d'incidents, ne sont pas là pour rien...

Nous allons de plus en plus vers des hyper-organisations pilotées par l'informatique et dans ce monde de plus en plus sophistiqué, de plus en plus idéal, l'effet papillon a de beaux jours devant lui... C'est inéluctable....

Quelques mots sur le drame qui a vu la mort de Clément Méric. Quand nos autorités qui se prétendent "morales" se permettent d'écrire ce genre d'horreur, "Rendez à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu: mais quand César s'oppose au dessein de Dieu, il vaut mieux désobéir à César" ou bien ""Il n’y a pas plus injuste que la loi qui vient de détruire le mariage : ce n’est donc pas une loi, et ses dispositions n’obligeront jamais personne.", il ne faut pas s'étonner que quelques allumés se croient tout permis....

J'ai vu hier  soir la   Frigide Cageot  dans C dans l'air.  Pourquoi  donner une telle tribune à cette toquée? Je lui trouve des airs de ressemblance avec la Vache qui rit...


Aucun commentaire:

Publier un commentaire