lundi 5 décembre 2005

A.

Je reçois des nouvelles assez inattendues. Des anciens habitants de A. où j'ai passé mon enfance me contactent suite au site de photos que j'ai fait sur ce charmant petit village. Il y reste 800 habitants et j'en suis parti voilà bien longtemps, mais comme pour beaucoup, le village de mon enfance, c'est un endroit unique pour moi. Les gens y étaient gentils d'une manière incroyable, savaient vous préserver, étaient solidaires. Je n'embellis pas. C'était une vraie communauté alors et elle avait sû tirer les conséquences des rudes épreuves qu'elle venait de traverser. J'ai vécu une enfance dans la sorte d'euphorie qui saisit les peuples après les guerres quand l'avenir s'ouvre enfin vraiment plus radieux...Il y avait encore des chevaux dans les fermes, des charrois, du crottin dans les rues. Je me souviens encore des sonneries des quatre cloches de l'église. Il y avait des odeurs de foin l'été quand les chariots rentraient remplis au delà des ridelles. Je me souviens aussi de mes grand mères... Oh, que le temps passe...!.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire