lundi 1 septembre 2014

Arrivèche....

Un peu énervé. J'arrive en l'Île. Parfait. J'ai soif. Et là, je ne trouve pas mon verre préféré! J'ai fait  tous les placards et rien. On l'a cassé et pas un petit mot d'excuse. C'était  un Baccarat de 1900. Du cristal comme on n'en fait plus, une sonorité étonnante. Il chantait dès qu'on y versait du vin.. Bon, je vais ne vais pas en faire une histoire non plus mais le coupable aurait pu se dénoncer......

Sinon voyage tranquille. Des tas d'idées pour écrire un post en arrivant, mais elles se sont toutes évanouies.  J'étais là à temps pour regarder C dans l'air. Les commentateurs étaient unanimes pour reconnaitre que Valls s'en est bien tiré hier. Son discours était excellent. Reste pour lui à réussir la quadrature du cercle. 
Je suis cependant sans illusion. Peu de chance pour que la situation s'améliore significativement d'ici la fin du quinquennat. Faute d'effort, faute de large soutien, faute de conviction. Je ne crois pas à un retour de la croissance qui permettrait de maîtriser le gonflement de la dette. Les conditions n'y sont pas.  On a raté la révolution informatique et  pas de de nouvelle révolution technologique en vue. Alors consommer plus, mais quoi? Si c'est pour acheter des produits chinois je ne vois pas bien l'intérêt. L'exploitation des gaz de schiste rendrait éventuellement un peu de marge.
Comme le soulignaient les invités la situation exigerait en plus un consensus entre la droite modérée et la gauche modérée pour avoir la plus large majorité possible, ce qui est impossible avec notre système électoral actuel. Plusieurs intervenants ont prêché pour un retour à la proportionnelle.

J'ai eu droit après à la cracheuse dans la soupe qui intervenait dans l'émission qui suivait. Pour l'inévitable  stagnation de la croissance, elle a sûrement  raison, sauf qu'elle ajoute "il faut créer des activités à haut niveau d'emploi". Elle souhaite peut-être  le retour de la bêche et de la faucille. On pourrait aussi réactiver les dentelières aux fuseaux, les fendeurs d'ardoise et les tailleurs de pavés...  Au contraire de ce qu'elle souhaite à coup de "il faut"  on nous annonce que d'ici 20 ans 70% des emplois actuels pourront être robotisés.  Ses propositions ne sont donc que de vaines incantations, il y aura encore moins de travail demain  qu'aujourd'hui...

Il fait beau ici. Un peu de bronzette en perspective...
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire