dimanche 29 novembre 2020

31e jour Après


L'après Covid, mâtiné de la révolution informatique,  va modifier quelques comportements sociaux. Le télétravail, en particulier, vient de démontrer toute son efficacité quand il est possible et il me paraît évident que ça deviendra une norme dans certaines entreprises : 3 jours de télétravail, 2 jours au bureau par exemple.

Cela aura des conséquences sur les zones de chalandise et de restauration. Si un tiers de ceux qui venaient manger le midi sont restés chez eux, il y a fort à parier que la fréquentation de certains restaurants va être en baisse.

On rapporte aussi que les dirigeants se sont  aperçus , à la faveur de cette crise, que les sièges sociaux pouvaient parfaitement fonctionner avec moins de monde. Des dégraissages sont possibles 

Il semble  que le rapport à l'habillement et au paraître en a pris un coup, les gens allant plus à l'essentiel. Les boutiques de fringues  et le commerce du luxe  ont certainement quelque soucis à se faire. Sans parler des achats par Internet qui ont augmenté et détruisent du commerce traditionnel.

Vis à vis du confinement, les périphéries des villes en zone pavillonnaire ont plutôt été appréciées, ce qui va certainement avoir quelques conséquences sur la géographie des territoires..

Il est donc probable que le monde d'après sera sensiblement différent du monde d'avant. La reprise après la vaccination va être vigoureuse, je l'espère, mais revenir au niveau d'activité d'avant ne se fera pas avant 2022 selon beaucoup de prévisionnistes. Et on peut craindre que le tourisme et l'aviation restent longtemps à la traîne...

L'Allemagne s'en tire mieux. Angela Merckel qui a une formation scientifique avait les bases nécessaires pour comprendre et bien gérer  la crise sanitaire, tandis que sa classe politique est davantage composée d'ingénieurs, de scientifiques, plus à même d'être efficaces et pragmatiques que les nôtres qui, issus en gros des sciences humaines au sens large, sont plus aptes à discourir sur les problèmes qu'à leur trouver des solutions. Je comprends parfaitement qu'un ingénieur qui a le sens de la précision, qui maîtrise les chiffres et les réalités techniques ait quelques réticences à aller se vautrer dans le marécage de la politique, surtout vu ce que c'est devenu. C'est dommage pour notre pays...


Aucun commentaire:

Publier un commentaire