mardi 23 janvier 2007

Etonnant

Il tonne. C'est étonnant. Il pleut aussi, bien sûr...

Après le suicide de L. à Nantes, à qui j'avais prêté un tableau, celui-ci entame son retour dans son emballage en carton. Il m'aura fallu un an. J'ai été étonné hier d'apprendre que ce tableau avait déjà été accroché ailleurs, que sa fille se demandait si son père n'avait pas servi de modèle, qu'elle aurait aimé le garder près d'elle, mais L. m'avait signé un papier reconnaissant le prêt et s'engageant à rendre le tableau à ma moindre demande. L'intervention du notaire réglant la succession a fini par décider les héritiers à effectuer cet envoi.

Mon attitude est peut-être un peu cruelle vis à vis de cette jeune fille. Mais je n'ai appris ces détails qu'hier. Et puis, ce n'est pas son père qui a servi de modèle, mais J., garçon qui prend son plaisir dans le masochisme... Quoi qu'il en soit, je tiens beaucoup à ce petit tableau qui est un de mes meilleurs...

Je suis toujours étonné et surpris quand des gens accordent quelque importance à ce que je fais, moi le petit homme carabi. Ainsi les mots de ce blog ont quelquefois une résonnance que je n'imagine pas. C'est vrai que je n'écris pas pour rien, mais il ne faut pas non plus en rajouter. Dans tous les cas je ne veux blesser personne, ni intervenir pour modifier le cours des choses dans la vie d'autrui. Mais, comme l'écrit fort justement Constantin Copronyme: "Blogosphère : tous ego", il faut bien parler de soi et partant, de son entourage.

Aujourd'hui un peu de ménage peut-être. C. va passer ce soir avant qu'on n'aille à la soirée inaugurale du FIPA. Je ne peux pas laisser autant de désordre, de piles d'assiettes sales, de sac poubelle, à sa vue. Le paraître n'a pas trop d'importance, mais le respect qu'on doit aux autres, si.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire