lundi 3 septembre 2007

Retour

Fin du périple et retour à la case départ. Soirée avec ma fille hier à Paris. Elle se pose de plus en plus en vigilante chef de famille, s'inquiétant du sort des uns et des autres et essayant de trouver des idées et des solutions: je partirai tout à fait tranquille le moment venu. Ses analyses sont justes, bien charpentées et toujours généreuses ou compassionnelles. Je lui parle avec de plus en plus de franchise et je deviens même très direct: sa maturité permet d'aborder carrément tous les sujets. Nous poursuivons, en en modifiant régulièrement les registres, une belle relation père - fille.

En arrivant j'ai, pour une fois, défait ma valise. D'habitude le voyage me tue, mais là j'ai planté les deux noix que L. m'a donné en espérant que des noyers en sortiront au printemps, fait deux lessives ( j'avais prêté mon appartement en partant ) et suspendu le linge un peu partout selon mon habitude ( cette fois-ci, par manque de place, à une patène en étain de 1621: le passé vient au secours du présent...). Etonnante cette énergie après les bouleversements psychologiques qu'impliquent ce passage d'un monde à un autre, espacés de 1300 km. J'ai aussi publié les photos de la dernière sortie des bascobaroudeurs reçues par email. Bref, cette énergie cache quelque chose, mais quoi?

Voilà un retour. Demain je mange chez mes parents et je fais les courses. Je n'ai vraiment rien à grailler ici...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire