mercredi 17 avril 2013

Sa Sainteté, grave de chez grave....

Un grand psychanalyste de renommée internationale vient de nous prévenir qu'une "société de violence se prépare" au motif  que "si l’on fait disparaître les moyens d’identification de la différence dans les relations sociales, cela veut dire que, par un mécanisme psychologique que nous connaissons bien, on entraîne une frustration de l’expression personnelle" et que   "la compression de la frustration débouche un jour ou l’autre sur la violence pour faire reconnaître son identité particulière contre l’uniformité officielle. C’est ainsi que se prépare une société de violence ". CQFD...

C'est hallucinant à lire, d'autant que Sa Sainteté le cardinal 23, est à la tête d'une officine qui depuis deux millénaires est à la pointe des violences et des frustrations : bûchers de l'inquisition,  guerres de Jules II, soutien au franquisme, au fascisme italien, usage des auto-sévices corporels, vœux de chasteté divers et variés, homophobie, homosexualité refoulée, pédophilie, enfermement, sado masochisme omniprésent, etc...

Ses arguments sont tellement grotesques qu'on peut utiliser une de ses phrases pour expliquer l'acharnement des groupuscules catho tradis et autres cathos fachos  qui se mobilisent contre le mariage pour tous : "l’impuissance à accepter un certain nombre de différences dans la vie sociale aboutit à la cristallisation de revendications catégorielles de petits groupes, ou de sous-ensembles identitaires, qui pensent ne pouvoir se faire reconnaître que dans la violence ".

Cette société de violence et de frustrations, c'est bien la sienne, celle qui discrimine les homosexuels entre autres, celle de l'intolérance, celle qui condamne le progrès, bref, un monde du passé et du compassé et qui va disparaître..... Qu'il parte cet anachronique frigide et barjot avec ses dentelles et ses ornements ridicules. Le port ou non de la mozette ce n'est pas ma préoccupation du jour.... Le port du préservatif, qu'il n'a jamais toléré, me semble bien plus  important ...

A ceux qui s'offusquent à droite, du temps qu'il a été nécessaire de consacrer, de leur faute, au vote de cette loi qui marque  la fin de siècles et de siècles de discrimination envers les homosexuels, alors qu'il y a tant d'autre sujets économiques qui pressent, je ne réponds rien. Je les regarde simplement droit dans les yeux jusqu'à ce qu'ils les baissent "par un mécanisme psychologique que nous connaissons bien",  mal à l'aise  de vouloir encore et toujours maintenir des ségrégations envers  les homos,  à la traîne de ces arriérés de la génuflexion et de l’abstinence qui ont  toujours été contre tout.

Cette loi méritait bien qu'on y consacre tout ce temps, ce qui n'est rien devant des siècles et des siècles d'intolérance. Un jour nouveau va bientôt se lever. Vivement demain....


Aucun commentaire:

Publier un commentaire