lundi 1 février 2010

27 mars

Le No-Sarkozy-Day se prépare:


( Amusant, mais après l'avoir bien écouté, je trouve la fin d'un goût douteux et stupide. )
Voici les paroles:
C’est dans un coin de Neully-sur-Seine que j’ai rencontré Sarkozy,
Il approchait de la cinquantaine, et moi j’approchais d’la mairie…
Je trouvais vite une occasion d’engager la conversation
Il pleuvait, enfin peut-être, la mémoire c’est souvent traître
Sarkozy aussi !
C’était une ville sans complexes, tout le monde avait une Rolex
Sarkozy aussi !
La pauvreté, on s’en fiche, la mairie donne tout aux riches
Sarkozy aussi !
Les voitures sur les parkings, elles sont toutes un peu bling-bling,
Sarkozy aussi !

Comme j’avais gagné sa confiance, Il m’emmena dîner chez Fouquet’s
Il me dit « je dis ce que je pense », je lui dis « pensez-vous ce que vous faites ? »
Pendant qu’il mangeait son gratin, je lui parlais de tout et de rien
La France est dans la fournaise, elle a fait un gros malaise,
Sarkozy aussi !
Les affaires vont pas toutes seules, le déficit a une sale gueule,
Sarkozy aussi !
Il y a des jeunes sans travail, mais c’est tous de la racaille,
Sarkozy aussi !
Heureusement par sacrifice, Dieu nous a donné son fils
Sarkozy aussi !

L’amitié devenant si belle, je suis invité à l’Elysée,
Comme c’était le soir de noël, une fête était organisée.
Y’avait des canapés de saumon, je m’assis sur celui du salon
L’ambiance était plutôt cool, un sapin montrait ses boules,
Sarkozy aussi !
Un fort sentiment d’ennui pénétrait Carla Bruni
Sarkozy aussi !
Dans la soupe, y’avait une blatte, elle avait de toutes petites pattes,
Sarkozy aussi !
Des bottes attendaient tranquilles que Mitterrand les enfile,
Sarkozy aussi !

Je lis qu'il s'agit de bottes qu'on enfile. C'est moins douteux que ce que j'avais cru comprendre...

2 commentaires:

  1. Faudrait avoir le texte écrit. Je n'arrive pas à comprendre certains mots tronqués sur la fin.

    RépondreSupprimer