vendredi 12 février 2010

Consommer, voter?

La télé ronronne: Marie-Ange Nardi nous décrit et nous embellit tout ce qu'elle touche. C'est mieux que les écrouelles, c'est le télé shopping: plus béat, tu meurs. Un petit mec officie avec elle. Il est mignon, et peut-être gay. J'espère qu'il l'est: aussi mignon et hétéro, ça serait gâcher...
Le télé achat, c'est un concept fascinant qui racle leurs derniers sous aux miséreux: paiement en trois fois, 30 euros par ci, 20 euros par là, c'est le coût du passeport pour entrer dans un monde forcément merveilleux. Ce merveilleux est à portée de crédit pour un pauvre... La gaine magique qui va vous rendre votre silhouette c'est du bonheur en plus dans une vie pourrie par des petits capitons, le stérilisateur 29 litres qu'on peut utiliser la nuit aux heures creuses en toute sécurité et qui peut faire des pots au feu géants avec 10 kilos de viande pour nourrir toute l'équipe il vous le faut absolument pour recevoir vos amis. Il y a même pour les riches avec ces vrais diamants pour 999 euros, gros plan de la caméra sur les oreilles équipées de l'objet, de quoi baver quand on ne peut s'offrir que du zyrkon...
Oui le télé achat, c'est vraiment du rêve et du pur plaisir. On ne s'en lasse pas.
On nous décrit maintenant toutes les qualités d'un "rangement sous vide" pour 19 euros: ces vendeurs du télé achat, ils feraient bien de se ranger tous dedans...

Ceci, maintenant, qui n'a rien à voir, quoique... Je lis des blogs de jeunes et beaucoup d'entre eux expliquent qu'ils n'iront pas voter aux régionales. Ces quelques lignes de Lediazec dans Ruminances les convaincront peut-être du contraire: " Je suis né et ai vécu sous le régime de Franco jusqu'à l'âge de 16 ans. Ma famille, comme toute famille espagnole, a été touchée par la guerre civile, la dictature, la torture… En matière d'élection, nous n'avions qu'un droit, celui de lire dans la presse les gros titres sur le résultat des référendums : 98% d'espagnols ont dit oui à Franco. Chez les résistants le jeu consistait à chercher qui pouvait se cacher dans les 2 % manquants. Quand, ayant obtenu la nationalité française, j'ai eu le droit d'introduire le bulletin dans l'urne, vous ne pouvez pas imaginer mon choc émotionnel. La banalité n'est pas la même pour tous. J'ai essuyé une larme furtive (...) Même si je comprends les raisons du dégoût que certains citoyens ont pour la chose politique, j'irai voter ".

Voilà.. J'ai fait ma BA aujourd'hui....

Le chantier putzage est arrivé à son terme... C'est beau quand ça brille.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire