vendredi 3 mars 2006

Vider

Dans l'Est, rien de nouveau: neige et froid... Dans l'Ile ils annoncent 15 degrès pour cet après midi : il n'y a pas photo...

Je commence à vider. Des objets emportés ce matin à la salle des ventes. Content de les voir partir. J'en ai marre de toutes ces accumulations. Je vais faire d'autres ventes. J'ai 200 tableaux que j'ai peints et qui m'encombrent. Ca me fait une lourde traînée alors que j'ai envie de bouger léger. Il faut que je m'allège... Ce que j'ai dans la tête me suffit largement.

Je vais bientôt habiter en l'Ile. Et là je vais me remettre à la peinture. C'est total, exigeant, précis, compréhensible dans toutes les langues, universel. On peut même y inclure des sentiments, un art de vivre, une joie de couleurs, des fantasmes, du sexe et que sais-je encore. Encore des accumulations de tableaux en vue. Vider, remplir... Le cycle infernal continue...

J'ai retrouvé avec plaisir, ce matin, la carte postale avec les pécheurs basques. On y voit mon arrière grand-père...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire